La piscine géante à vagues, une véritable chance pour la ville de Sevran

En 2023, une immense piscine à vagues verra le jour sur la ville de Sevran, s’inscrivant au sein d’une nouvelle base de loisirs le plus grand bonheur des sevranais. Cette ville plutôt pauvre qui a vu ses industries partir et connu une paupérisation mettant ses finances dans le rouge pourrait bénéficier des retombées économiques directes ou indirectes de ce nouvel équipement.

Plus de 70 surfeurs pourront s’exercer en même temps, sans compter les celles et ceux qui voudront faire trempette lors des caniculaires journées d’été. Des baigneurs venant de toute la région pourront également faire vivre les commerces de proximité ainsi que les différents centres commerciaux se trouvant autour. La ville d’Aulnay pourrait également être gagnante, même si sa propre piscine pourrait être fortement concurrencée.

Cette piscine remplacera des terres en friche pu agricoles qui n’ont que peu d’impact économique pour les Sevranais. Seuls quelques irréductibles écologistes semblent critiquer ce projet qui, il est vrai, est loin d’être un modèle de développement durable. Mais le dilemme est : doit-on préserver des terres agricoles ou faire travailler les gens tout en apportant à leurs enfants des équipements ludiques dont ils ont besoin ? La question reste ouverte…

Publié le 23 juin 2020, dans Actualité, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 19 Commentaires.

  1. Véritable chance? Les mêmes arguments que pour Europacity. Le monde d’après, c’est pas pour demain!

  2. Hervé Suaudeau

    C’est étonnant cet article idéologique, peu équilibré sur l’état des points de vues et non signé. Qui en est l’auteur?

    • Redac Aulnaycap

      Bonjour Hervé,

      Signé Arnaud. En quoi cet article est idéologique ? Avez-vous conscience du nombre de chômeurs à Sevran et du nombre d’enfants qui ne peuvent pas partir en vacances ?

  3. Il est affligeant de constater que nous continuons à penser que dans une seule direction et sous le prisme réducteur des retombées économiques d’un tel projet, sans prendre en considération les préjudices écocides irréversibles causés à l’environnement et à la réduction toujours plus grandissante de nos terres pleines !

    D’un autre côté on peut comprendre que dans une ville pauvre qui ne bénéficie pas de la péréquation des territoires, les populations défavorisées qui n’ont pas les moyens de s’offrir des vacances, trouveront à proximité de quoi se détendre, s’amuser et se rafraichir les jours de canicule, toutefois si l’accès à ce complexe de loisirs ne pratique pas des tarifs rédhibitoires.

    Néanmoins il est grand temps de mener une réflexion nationale responsable sur les choix irréversibles que nous faisons, eu égard aux nouvelles données qui s’invitent dans nos quotidiens depuis que nous faisons face à de nombreuses calamités climatiques, sanitaires et environnementales. Je suis frappée et consternée par l’absence de vision à long terme des conséquences des activités humaines et des choix politiques qui portent gravement atteinte à l’équilibre et à la santé de la planète dont nous dépendons ….

  4. Hervé Suaudeau

    Bonjour Arnaud (« Rédac Aulnaycap »),
    L’article est idéologique car il affirme péremptoirement un point de vue et dénigre toute nuance en s’attaquant aux personnes plutôt qu’aux arguments (« Seuls quelques irréductibles écologistes ») tout en caricaturant leur points de vue. Personnellement je ne connais pas de personnes telles que les décrits mais je suppose que tu évoques les articles de MonAulnay.com.
    Tu verra que par exemple, même si mon a priori transparaît, que j’ai essayé d’équilibrer les points de vues sur https://monaulnay.com/2020/06/quels-sont-les-terrains-montceleux-menaces-par-la-piscine-a-vague-que-penser-ce-projet.html en mettant en avant comme premier argument l' »intérêt économique indiscutable » dans cette « ville dévastée économiquement ».
    Au contraire te ta tribune, se poser des questions équilibrées, basées sur les faits, pour chaque projet n’est pas une démarche idéologique. Personnellement je me pose des questions sur ce projet et je ne prétend surtout pas avoir de réponse toute faite. En effet que ferions nous si nous étions à la place d’un maire à la tête d’une ville aussi en difficulté? C’est pourquoi je pose la question suivante : n’existe-t-il pas de friche industrielle qui pourrait accueillir ce projet?.

    • Ce que vous dites sur « l’article idéologique », « s’attaquant aux personnes », de « tribune » sans « nuance » vaut pour tout autre personne ayant l’habitude de faire du bourrage de crâne en pondant des articles et des commentaires pour le moins provocateurs et en dehors du debat et des questions légitimes qui peuvent etre posées, ce qu’ils font depuis des années et des années.

  5. Hervé Suaudeau

    Mais pour autant tu as le droit d’avoir ce point de vue, mais je trouve étonnant que tu engages la rédaction en le signant « Rédac Aulnaycap » alors que d’autres rédacteurs d’AulnayCap n’ont pas ce point de vue.
    Ne prenez pas cela comme une attaque, je trouve cet article sain, car il pose aussi le débat et nos discussions nous font évoluer. Bon courage à toute la rédaction.

  6. Pour répondre à l’article, moi je serais contre ce projet.

    À l’heure du « monde d’après », de la lutte contre l’artificialisation des sols, de l’écologie et de La Défense de la nature etc, je pense que l’on ne devrait pas sacrifier cet espace non construit.

    Je ne sais pas dans quel état est vraiment cette friche agricole mais pourquoi pas en faire une vrai zone d’agriculture biologique, si rare dans l’agglomération, ou bien une zone que l’on remettrait à la nature ( avant l’étalement de l’agglomération c’était de la nature vierge, forêt, prairie etc). Une zone naturelle protégée et plus précieux que quelques emplois.

    La meilleure chose à faire c’est de construire la ville sur la ville, à commencer par les friches industrielles.

  7. @ Jean-Roger

    Je suis d’accord avec votre point de vue : Il faut cesser de minéraliser les sols et au contraire préserver autant que faire se peut les terres pleines qu’il nous reste.

    • Oui il faut cesser de minéraliser les sols non déjà artificialisé comme le sont les forêts et les zones agricoles, mais plutôt construire la ville de demain sur la ville du présent et du passé.

      Aussi pour se faire, il fait cesser l’accaparement du foncier précieux et rare par quelques privilégiés qui il est vrai et c’est l’inconvénient ( toute solution a ses inconvénients) verra leur « qualité de vie » diminuer.

      Je pense que ces « élus » ayant une plus grande qualité de vie que les autres doivent redescendre sur Terre pour le bien commun supérieur au leurs intérêt.

      Mais il ne faut pas trop s’en faire pour eux car la qualité de vie dans les zones concernées, n’est ce pas, restera très vivable.

  8. @ Jean-Roger

    Dans une société en perpétuel changement, il est judicieux de remettre en cause des choix qui ont été faits jadis sur des données qui ne sont plus celles d’aujourd’hui. Si à une époque, la densification en hauteur semblait être une alternative appropriée à l’étalement urbain et donc à la destruction d’espaces arborés au profit du tout béton, il apparait que les mutations qui s’opèrent actuellement doivent nous amener à revoir cette politique.

    Les canicules sont venues nous rappeler qu’il était indispensable de préserver nos espaces verts, donc les jardins pavillonnaires qui offrent une oasis de fraicheur et de biodiversité à la ville entière, et lui confère d’ailleurs son charme très prisé et sa qualité de vie.

    Les inondations qui nous ont frappé au point d’être reconnues comme catastrophe naturelle pointent justement l’excès de béton qui empêche les eaux de pluie et d’orages violents d’être absorbés par nos sols, d’où l’impérieuse nécessité de trouver un juste équilibre entre la protection des terres pleines et la construction de logements.

    Il est un peu facile et expéditif d’accuser certains propriétaires d’être des  » privilégiés  » alors que par le travail à la sueur de leur front, les sacrifices et l’épargne qu’ils ont consenti pour acquérir leurs biens, ils participent à la beauté de leur ville et à la respiration de tous. Les impôts dont ils s’acquittent pour leur pavillon sont d’ailleurs une compensation et une contribution à la collectivité.

    Et l’obligation faite par l’état de construire des logements qui ne profiteront pas nécessairement aux jeunes Aulnaysiens qui veulent décohabiter de leurs parents ou aux séniors qui ne peuvent plus assumer la charge et l’entretien d’un pavillon et de son jardin, sert surtout d’alibi, grâce à la complicité coupable d’élus qui ne servent pas les intérêts des administrés qui pourtant financent leurs indemnités, à l’enrichissement scandaleux de promoteurs immobiliers, qui n’ont bien évidemment que faire de la qualité de vie des résidents et du droit des tiers !

    La France est un pays riche de diversité géographique, de campagnes désertées, de villes moyennes et grandes qui pourraient avantageusement participer à une meilleure répartition des habitants sur tout le territoire au lieu de les concentrer uniquement sur l’île de France qui étouffe, sature et s’enlaidit. La pandémie elle aussi, a mis en lumière que la concentration humaine était un facteur favorisant et aggravant la contagiosité des virus.

    Le télétravail rendu nécessaire par ce virus a très bien fonctionné et a démontré qu’il n’était peut-être plus indispensable d’entasser des populations entières dans les petits appartements de Paris et de sa couronne, tout simplement parce que les nouvelles technologies et nos transports permettent cette mutation vers un réel mieux vivre et une qualité de vie pour tous.

    Dans un article j’ai évoqué l’exode urbain constaté par les professionnels de l’immobilier, mais également par les entreprises qui observent un afflux de demandes de télétravail, et en cas de refus de leur part, la démission de leurs salariés. Ce sont de nouvelles données à prendre en considération avant de commettre l’irréparable par le bétonnage des espaces verts qui nous restent et qui sont de plus en plus réduits à peau de chagrin.

    Les citoyens et les salariés ne veulent plus être entassés dans des clapiers à lapin…. La qualité de vie est désormais une revendication très forte dont les élus devront tenir compte.

  9. Il serait très intéressant de montrer une étude sur l’utilisation des logements construits sur Aulnay.

    S’ils ne bénéficient pas aux Aulnaysiens, mais alors à qui d’autre? Aux gens de Neuilly? De Bretagne? Pourquoi il y aurait-il discrimination communale quand ces logements sont par la suite remis sur le marché ( de la location ou de l’accession)?

    Et d’abord qu’est-ce qu’un Aulnaysien? S’agit-il d’un clan? Comment devient-on aulnaysien? Quelle est la différence entre l’acccessibilité aux aulnaysiens ( pour de la location ou de l’accession) des logements neufs ( qui seront remis sur le marché et qui donc seront par la suite « ancien ») et des logements ancien?

    Quid du Pinel proposant des loyers au dessous de l’ancien. Et des différentes aides pour du neuf. Quelle est la différence de prix finale entre neuf d’Aulnay-sous-Bois et ancien?

    Quid du Grand Paris? De la construction dans le 93? De la démographie Aulnaysiene par rapport au 93?

    Aulnay doit-il dire « merde » à la Région?

    Faut-il détruire les immeubles construit depuis 40 ans pour réparer les dégâts du « bétonnage » ultra mega hyper Massif?

    Pourquoi il y a t-il encore des centaines et des centaines de pavillons à 2 pas de la gare en plein ère du béton corrupteur?

    Le centre ville dense est-il petit ou énorme? Doit-on le réduire et remplacer par des maisons avec de grands parcs arborés privatifs? Doit-on satisfaire le regard du passant par ces belles propriétés dignes de Lamorlaye?

    Cette étude immobilière et démographique m’intéresse grandement, ça serait très sympa de nous la faire partager.

  10. @ Jean-Roger

    Il m’est revenu aux oreilles lorsque je croise des Aulnaysiens sur les marchés ou dans les manifestations de la ville, que les logements construits sont certes esthétiques et de qualité mais chers, et pas à la portée de toutes les bourses, surtout Aulnaysiennes, ce qui amènera effectivement de nouveaux Aulnaysiens plus aisés et argentés que les administrés qui y résidaient déjà et qui auraient aimé rester sur Aulnay….

    Je vous rappelle que la Chambre Régionale des Comptes dans son rapport sur la gestion de la ville a souligné que la population Aulnaysienne était majoritairement constituée d’ouvriers, d’employés, de retraités, de petits patrons, de personnes sans activité et de chômeurs et que moins de 10% de la ville était aisée. Les Aulnaysiens n’ont pas le sentiment que leurs intérêts économiques, sociaux et patrimoniaux sont protégés par le maire, au contraire, puisque ce dernier par sa politique, chasse de fait les modestes au profit de familles beaucoup plus aisées et à l’origine non Aulnaysiennes. Cela se nomme la gentrification, c’est à dire une sélection redoutable et injuste des autochtones par l’argent !

    J’avais utilisé la symbolique du coucou pour désigner les pratiques du maire : S’introduire dans le nid des autres et en chasser petit à petit tous ses habitants pour y introduire de nouveaux résidents. En quoi cette politique assez ignoble humainement et socialement répond aux besoins des Aulnaysiens et respecte leurs intérêts qui sont sacrifiés sans scrupules ni états d’âme sur l’autel des profits pour les promoteurs immobiliers et autres SCI immobilières ?

    Par conséquent la déception est immense chez les administrés car Beschizza avait promis durant la campagne 2014 de préserver les quartiers pavillonnaires de toute implantation de  » mastodonte de béton  » et ne s’attendaient pas non plus à ce que la hauteur des immeubles se mettent à rivaliser à Aulnay, avec les hauteurs parisiennes, à fortiori dans des rues étroites comme la rue Anatole France et la rue Fernand Herbaud par exemple !

    Sous Ségura, dans les réunions sur le PLU auxquelles j’étais présente, il était inlassablement répété par les citoyens de la société civile, qu’ils n’étaient pas opposés à du petit habitat collectif s’intégrant à l’environnement pavillonnaire et paysager qui fait tout le charme et la spécificité de notre ville. Il a été également exigé que les habitats collectifs soient en recul végétalisé et arboré de la voie publique et n’aient aucun balcon proéminent et surplombant les trottoirs !

    Aujourd’hui les habitants qui ont été partie prenante dans ces réunions, ont un peu le sentiment de s’être exprimés sans avoir été vraiment entendus et en d’autres termes, d’avoir  » craché en l’air  » tellement leurs élus de gauche comme de droite les ont bernés et méprisés !

    • Ah oui, on m’a dit que… et bien moi on m’a dit que, j’ai vu que dans le neuf d’Aulnay, beaucoup de proprio occupant originaire d’Aulnay, et aussi beaucoup de locataires d’Aulnay.

      Aulnay aux Aulnaysiens, c’est ça que vous dites, êtes vous « xénophobe » des étrangers non-originaires d’Aulnay?
      Aulnay n’est pas un clan ni un pays avec des frontières et un passeport hein. Moi je viens bien d’une autre ville et acheter dans l’ancien. Qu’avez vous contre nous? Vous avez peur qu’on vole vos logements et votre pain? À la base les Aulnaysiens n’étaient pas Aulnaysiens. Ils viennent de l’extérieur puis ont fait leur vie sur place.

      Avez vous une étude sur l’origine départementale dès proprio occupant du neuf, et de l’ancien sur Aulnay? Et des locataires?

      Savez-vous qu’au final le neuf n’est pas beaucoup cher que l’ancien? C’est à la portée en tous cas des proprio du centre ville et du sud de la vie. Pas de dépenses de travaux, taxe foncière exonérée totalement ou partiellement exonéré, prêt à taux zéro, frais de notaires réduits et offerts dans certains cas, tva réduite dans certains cas.

      Vous prenez les Aulnaysiens pour quoi, des rsa sans le sous? Il y a une classe moyenne à Aulnay vous savez, ils peuvent s’acheter du neuf. Non non non les gens qui achètent du neuf à aulnay ne viennent pas de Neuilly.

      Les aulnaysiens votant ont décidé quel maire ils élisaient, tampis pour les opposant non votant, ils n’ont qu’à aller voir Macron pour se plaindre.

      Savez vous que les « pratiques » du maire d’Aulnay-sous-Bois de 2020 sont les mêmes aux yeux des opposants que celles du maire de aulnay de 1960, ainsi que des autres villes.,Vous en connaissez beaucoup vous des opposants satisfaits de leur maire? Des opposants aux maire de Blanc menil par exemple.

      Je vous rassure, les promoteurs sont bien plus présent dans d’autres villes qu’à Aulnay. Suffit de voir l’évolution du nombre de logements à Aubervilliers, St Denis, Boulogne, Bussy St Georges.
      Renseignez vous sur « le taux de construction ».

      C’est marrant que vous parlez d’Anatole France. Savez vous qu’à Aulnay, la densité des immeubles se font le long des grands axes structurants, comme À.France, Charcot? Vous parlez des 2 récentes constructions de Herbaut mais non des 7 hauts immeubles anciens de cette rue!

      Pourquoi ne parlez vous pas de la rue du commandant Brasseur? Et du Maréchal Foch? De Germain papillon? Du colonel Moll? Et des nombreuses autres rues pavillonnaires épargnées du centre ville?

      Trouvez vous ce centre ville étouffant, grand, dense, ne pouvant en sortir qu’après une randonnée d’une heure? Il n’y a pas de pavillons par dizaines à 2 pas de la gare? La situation est vraiment aussi sombre, catastrophique que ce que vous voulez faire croire? À m’y balader tous les jours, je ne le crois pas. Moi je l’aime beaucoup ce centre ville, il a la même forme qu’il y a 10 ans.

      Ici, point de pâté entier de dizaines de maisons détruites par an pour en faire des quartiers entiers d’immeubles.

      L’hyper mega betonisation? Surtout hyper mega lent oui, ça falloir des siècles pour vraiment avoir une densité de construction digne de Levallois ou Boulogne ou le pré St Gervais.

  11. @ Jean-Roger

    Il se trouve que j’ai pris une part très active dans les échanges avec les Aulnaysiens, pas ceux qui occupent confortablement un siège au conseil municipal et qui sont grassement payés eu égard aux salaires de la France d’en bas, mais ceux qui sont confrontés à la vraie vie, à ses défis et à ses galères que ne connaissent absolument pas les membres du conseil municipal !

    Non, je ne suis pas xénophobe, mais je n’accepte pas qu’une équipe municipale supposée être au service des administrés résidents privilégie en priorité, avec les impôts qui assurent leurs indemnités, les intérêts de non Aulnaysiens et de promoteurs immobiliers dont l’intérêt majeur est de bétonner un maximum, alors que celui des Aulnaysiens n’est absolument pas de voir se dégrader leur qualité de vie par les embouteillages et l’insuffisance de places de stationnements pour approcher toutes les infrastructures de la ville.

    Vouloir des améliorations dans leur ville plutôt que des dégradations de leur qualité de vie est un droit légitime des contribuables et les élus n’ont pas vocation à faire le contraire, sinon cela se nomme trahison et imposture. ! Je ne suis pas la seule à dénoncer cela et je comprends tout à fait que cela puisse incommoder ceux qui prennent la responsabilité de faire l’opposé de ce que souhaitent les administrés qui pourtant se sont déjà exprimé sur le sujet, aussi bien sous Ségura que sous Beschizza.

    Accordez moi le droit de ne pas partager votre point de vue. Peut-être qu’il y aurait une autre façon désormais de réorganiser la répartition des habitants sur tout le territoire, ce qui éviterait d’engorger Paris et l’île de France et d’y pérenniser de piètres qualités de vie dont les franciliens ne veulent plus.

    • Encore une fois, vous êtes une opposante chronique politique, ce qui veut dire par définition que la politique de la mairie ne vous convient pas, quelque soit ce qu’elle fait.

      Soi-disant intérêt des « non Aulnaysiens »? Cela s’appelle de la xénophobie. Vous le redis, être au nez y’a ce n’est pas faire partie d’une secte, ce n’est pas une tribu ce n’est pas un clan. Les étrangers ont tout à fait le droit de venir s’installer à Aulnay pour faire leur vie ou pas. Ils ont Tout à fait le droit d’acheter ou de louer un logement qui se trouve dans une annonce. Que les Aulnay siens peuvent tout à fait aller regarder dans les villes à côté pour trouver leur bonheur. Des gens de Aulnay ou des villes à côté veulent acheter un logement neuf à Aulnay, ils en ont tout à fait le droit.

      Je vous rappelle qu’on est en Seine-Saint-Denis, les villes limitrophes ont sensiblement les mêmes populations.

      Si Vous, vous n’aimez pas les logements neufs qui par la suite sont remis sur le marché en tant que logements « anciens » mais récents, confortables et bien situés, cela vous regarde.

      Citez moi des chercheurs d’appartements qui ne veulent pas du récent, bien situé, proche de toutes commodités, à 2 pas d’un centre ville sympathique?

      Embouteillages, stationnement, qualité de vie, mais aussi on pourrait dire pollution, béton, manque de grands espaces verts, nuisances sonores, promiscuité etc: Vous citez là les désagréments d’une vie en zone urbaine densément peuplée.

      Vous n’êtes manifestement pas citadine, rassurez-vous ce n’est pas un tort. Apparemment, vous vouliez aller vivre en province, vous êtes puisque la mairie vous a refusé la mutation. Moi j’ai envie de dire vous voulez aller vivre en province, ce n’est pas la mairie qui va vous en empêcher. Suffit de prendre des décisions faire des projets et de tout mettre en œuvre pour les réaliser, l’ont déjà fait des centaines de milliers de citadins.

      Il est vrai que vivre dans une métropole tentaculaire avec tout ce que ce que ça implique, les embouteillages, le béton, la pollution, l’insécurité, la promiscuité, le manque d’espace naturel ( dites à un provincial que les parcs Ballanger et du Sausset sont des « espaces naturels avec une remarquable biodiversité », il va vous rire au nez), la construction de logement plutôt que des parcs etc, il faut aimer mais on a le choix d’y rester ou d’en partir.

      Vous voyez la ZAC Clichy Batignoles, Vous croyez que des Riverains en ayant ras-le-bol de la ville ultra dense vont voir d’un bon œil la réalisation d’un quartier de plusieurs milliers de logements à la place d’un grand espace vert? Ceux-là ne doivent pas s’attendre à une dédensification pour rivaliser avec une petite ville province.

      Autre façon de réorganiser voir pour désengorger la région parisienne : rien que ça vous êtes ambitieuse dis donc. Moi j’appelle ça un vœux pieux, une belle parole utopique, un doux rêve.
      Je vous suggère donc d’aller faire un tour du côté de l’Élysée pour soumettre votre projet. Mais j’ai mieux pour vous : déménager dans la zone qui vous conviendra.

  12. @ Jean-Roger

    Je n’aurais aucune raison de m’opposer à la politique de la mairie si elle était vraiment dans l’intérêt de tous les Aulnaysiens et pas uniquement dans celui d’une petite caste minoritaire évaluée à moins de 10 % selon la Chambre régionale des Comptes . Vous pouvez l’entendre cela, ou bien vous préférez jouer les autistes ?

    Les 6 ans de mandat écoulé avec ce maire LR qui nous a été parachuté et qui se comporte comme un coucou à chasser les Aulnaysiens de leur ville pour les remplacer par de nouveaux arrivants plus riches ont été la vitrine d’une gentrification galopante qui déplait à bien des administrés de très longue date, parce que au lieu d’inclure et de servir, elle exclue et dessert effectivement les intérêts des habitants ! Alors vous pensez bien que l’on ne se fait pas trop d’illusion sur l’absence de démocratie à Aulnay sous Bois depuis que ce maire y a établi ses quartiers [NDLR : propos sous la responsabilité seule de Catherine Medioni]

    Il faudrait tout de même avoir le courage de regarder les faits en face : 17 procès intentés avec l’argent des contribuables par ce maire à l’égo surdimensionné dont 9 ont déjà été perdus par l’édile qui admire Napoléon et qui rêve sans doute de prendre sa place dans l’histoire…

    Un commentateur qui a depuis quitté Aulnay pour Poissy le nommait régulièrement  » le poulet qui veut devenir grand aigle « …. Avouez que l’image est parlante !

    Et que dire des tribunes des deux oppositions municipales au conseil d’hier au soir, l’une demandant une réflexion sur les relations police / citoyens et de nouvelles méthodes d’interpellation qui ne portent pas atteinte à l’intégrité physique et morale des enfants de France, et l’autre faisant un bilan catastrophique de la gestion financière écoulée avec une dette colossale et la nécessaire augmentation des impôts qui pèsera sur le budget de tous les ménages Aulnaysiens ??? Monsieur Giami démontre que le maire a les épaules beaucoup trop petites pour gérer une ville comme Aulnay !

    Et nous devrions êtes satisfaits de la gestion de Monsieur Beschizza ???

    Le bétonneur qui a pris la relève de Ségura pour nous massacrer la ville avec des hauteurs d’immeubles qui ne s’intègrent pas à l’environnement, qui captent lumière, soleil et vue tout en amenant une surpopulation entrainant embouteillages et pollutions…. Un maire qui dans un contexte de pandémie, de récession, de chômage, de salaires bloqués, a le culot de s’augmenter grassement, lui et ses sbires, tandis que la majorité de la population Aulnaysienne qui assure toutes ces indemnités est modeste ( toujours selon la Chambre Régionale des Comptes )….

    Un maire autocrate qui ne souffre aucune critique, aucune remise en cause, aucune contradiction et qui, tel un adolescent attardé semble faire « mumuse » avec le pouvoir, sans comprendre ni intégrer que le pouvoir ne donne que des devoirs ! Celui de servir tous ses administrés !

    Les citoyens de la société civile auxquels j’appartiens ne veulent plus que des décisions soient prises sans consultation de la population, car pour l’instant nous considérons être méprisés et desservis !

    • Aucune raison, vraiment? Mouais, permettez moi d’en douter. Vous n’aimez pas Aulnay du 21eme siècle, vous préférez repenser au Aulnay des années 60, et n’acceptez aucune évolution, faisant semblant d’ignorer qu’une ville évolue. À partir de là, votre seule préoccupation sur Aulnay c’est de vous politiser à l’extrême.
      Vous mettez cette évolution irrémédiable sur le dos de votre Maire actuelle comme pour vous donnez une raison d’être là à défaut d’être avec votre famille en province.
      Peut être attendez vous la retraite pour y aller et faire de votre maire et de cette ville de l’histoire ancienne.
      Les 6 ans de mandats? Là vous oubliez votre ancien maire Segura qui vous a fait vous tordre de douleur. Il a eu le culot d’autoriser l’immeuble Évidence à Herbaut. Encore un qui a au passage pris une valise de billet et les remerciements de Bouygues, hein n’est-ce pas? Vous vous tordrais de douleur avec le successeur du maire actuel, à ce stade là cela s’appelle du masochisme.
      Gentrification? Très très très lente alors. Lisez donc le rapport https://www.iau-idf.fr/fileadmin/NewEtudes/Etude_1807/Gentrification_et_pauperisation.pdf Vous devez confondre avec Montreuil.
      Et donc au final vous qui n’aimez pas ou plus cette ville, vous y retenez quoi finalement? Pour vous, Aulnay= le méchant Beschi? Le vilain pas beau qui autorise villa Trevi et villa Eiffel?
      Oh là là mon dieu il y à 2 immeubles de plus en 10 ans sur Herbaut,en plus des 7 anciens, catastrophique!
      Je vous ai dis, promenez vous rue Brasseur, ou Foch. De l’hyper betonisation hein?
      Lisez vous, vous ne me répondez même pas, vous ne faites de reprendre encore et encore le même disque rayé:
      -municipalité corrompu
      -caste dominante
      -argent roi
      -mafia dés prometteurs/élus
      -rue Herbaut
      -ce que veut le peuple ( il est où votre mandat de porte parole du peuple?)
      -le dictateur
      -le censeur
      -Bétonnage, béton partout, pas d’espace vert, densification du centre ville, bruit embouteillage, manque de stationnement, pollution ( tout ça en ville dans une métropole, quoi d’étonnant? )
      Etc.
      Déjà soyez capable d’être élue à la maudite et après vous pourrez mener votre politique. Vous nous promettez d’être mieux que les autres, on a déjà entendu ça hein. Quelque chose me dit que vous aussi nous trahirez les aulnaysiens.
      Le mieux pour vous c’est de déménager en province là où être votre famille, et de laisser loin derrière le Aulnay moderne que vous détestez tant!

    • Ah j’avais oublié: le commentateur qui est allé vivre à Poissy. Et ben voilà, quand on vit dans une zone géographique qui nous convient pas, et bien on déménage. Poissy c’est plus vert que Aulnay, c’est moins grand et un coin plus sélect que le 93. La grande forêt à côté, St germain en Laye etc. Mais vous qui parlez de gentrification, il n’y en a absolument pas là bas? Il n’y a pas de construction, pas d’opposants politiques, pas de circulation, pas de bouchons, pas de destruction de vieilles maison de le centre? Ah bonnnnnn!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :