Indemnisation des effets secondaires vaccinaux par une proposition de loi

Sir Christopher Chope, membre du Parlement britannique, dont vous avez pu voir l’extrait vidéo de son intervention au parlement dans un précédant article  dont voici le lien ci dessous :

….fait une proposition de loi pour que les victimes qui ont désormais à souffrir des effets indésirables des vaccins soient indemnisées. Pourrions nous rêver qu’il en soit un jour de même en France  tant elle n’est pas épargnée par les accidents et les décès suite aux injections Covid ?

En effet et pour rappel, le parlementaire avait au cours de son intervention noté que

« Il y a plus d’accidents provoqués par les vaccins anti-covid que par tout autre programme de vaccination dans l’Histoire ». Et Selon lui, « nos citoyens sont en train de souffrir davantage d’effets secondaires en conséquence des vaccins anti-covid qu’en conséquence de tout autre programme de vaccination dans l’histoire ».

Sir Christopher Chope ne conteste pas en tant que tel le programme de vaccination, mais il observe que « ceux d’entre nous qui ont pris les deux doses du vaccin anti-covid doivent s’estimer heureux (« count our blessings ») de ne pas avoir souffert d’effets secondaires ».  Arguant du fait  qu’Il y a désormais tellement d’accidents vaccinaux au Royaume-Uni que sa proposition de loi définissant un nouveau régime d’indemnisation est urgente. Faute de quoi, les gens ne se feront plus vacciner.

Selon le raisonnement de Sir Christopher Chope, les gens se sont fait vacciner pour « le bien de l’État », exactement comme s’ils s’enrôlaient dans les forces armées. C’est la raison pour laquelle toujours selon sont point de vue, les accidents vaccinaux devraient être assimilés à des blessures de guerre pour lesquelles l’État assume l’entière responsabilité. Il propose donc un régime d’indemnisation de type « hors faute », c’est-à-dire sans que l’accidenté identifie une agence, une personne ou une institution directement responsable du préjudice.

Compte tenu de l’urgence de la situation, la proposition prévoit que toute demande d’indemnisation puisse être déposée devant le juge judiciaire, plutôt que devant une quelconque agence gouvernementale.

Affirmant que ces vaccins ne protègent ni contre l’infection ni contre la transmission, il ajoute qu’une masse de preuves existe concernant les effets secondaires et cela en dépit du déni érigé par le gouvernement. Il juge en outre qu’il est parfaitement inutile de définir des procédures complexes destinées à forcer les lésés de prouver un lien de causalité vaccin/accident ou décès.

Sir Christopher Chope révèle également que :

« nos hôpitaux sont occupés par un grand nombre de patients qui s’y trouvent uniquement pour avoir accepté de se faire vacciner. Les médecins hospitaliers sont dans un état d’anxiété aigüe. Il faut mesurer le bénéfice-risque.  ( … )  Le sujet de cette proposition de loi est brûlant (…) Il concerne toutes ces personnes accidentées voire décédées suite aux vaccins (…) Ce gouvernement devrait cesser de faire la sourde oreille face à des gens qui voulaient bien faire ».

«   le dernier rapport de pharmacovigilance (Yellow Card Report) est sorti le 9 septembre et couvre la période du 9 décembre 2020 au 1er septembre 2021. Y figurent 435 signalements de thromboses et de thrombocytopénie graves ; 35 000 signalements de désordres de la menstruation ; un grand nombre d’autres accidents (…) 1 632 décès survenus peu après l’administration du vaccin ».

Sir Christopher Hope qui a reçu plus de 10 000 signatures à la pétition qu’il a lancée,  affirme que  lien causal n’est plus à démontrer  entre les effets indésirables et les vaccins :

 »    Nous avons déjà une masse de preuves concernant les accidents voire les décès, causés par ces vaccins. Nous avons un rapport récent d’un médecin légiste quelque part dans le Nord de l’Angleterre, qui conclut au vaccin comme la cause directe de la mort. (…) La réalité est que les gens ont peur de ce vaccin et il faut arrêter de faire comme si cette peur n’existait pas. Nous ne pouvons continuer à occulter les rapports de médecins légistes qui ont conclu que telle ou telle personne était morte suite au vaccin. J’en connais dans mon propre entourage, des gens qui allaient très bien et qui se sont retrouvés à l’hôpital avec un AVC et des problèmes cardiaques graves. Ce ne sont pas de simples anecdotes, ce sont des faits connus de gens partout dans ce pays. « 

Il poursuit  :

 »   Le gouvernement aurait sans doute préféré que cela ne se sache pas mais les faits sont têtus. (…) Si quelqu’un se présente à ma permanence parlementaire et m’explique avoir peur pour lui-même ou pour ses enfants, je ne puis lui dire « Ne vous faites pas de mauvais sang. Dans le cas, improbable, d’un accident, vous serez entièrement indemnisé ». Je ne puis me permettre de le leur dire. Alors que si je le pouvais, ils seraient plus enclins à prendre le risque. (…) Par ailleurs, si les soignants en EHPAD par exemple, ont peur des conséquences du vaccin et le refusent, c’est à eux seuls de juger s’ils souhaitent prendre ce risque ou non « .

Finalement, la date du  22 octobre 2021 a été fixée pour une deuxième lecture de cette proposition de loi.

Ce parlementaire conservateur est au moins est honnête, transparent, lucide, et surtout ne pratique pas la langue de bois. Il reconnait et  soutient  les liens de causalité entre la vaccination et les accidents qui peuvent malencontreusement survenir, sans pour autant nier les bénéfices éventuels ou escomptés de cette vaccination. Autre point très important de son intervention : il reconnait le droit aux soignants de choisir s’il veulent prendre un risque ou non, ce qui diffère totalement des positions dictatoriales françaises.

Article  rédigé  le  18  septembre  2021   par  Catherine  Medioni

Publié le 18 septembre 2021, dans Actualité, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. Je ne comprends pas cet article est une redite de l’article du 15 septembre.

    Voir mes remarques précédents pour ceux qui le veulent.

    Pour faire simple, Sir Chris Chope confond ce qui est appelé en Angleterre « carton jaune » (et en France « signalement ») avec les effets secondaires avérés.

    Contrairement à ce qui est dit, il n’y a aucun éléments nouveau.

    Le Ministre lui a promis d’apporter pour mi Octobre des précisions sur la manière dont sont contrôles ces effets secondaires avant d’être validés.

    A suivre.

    • @ Patrice | 18 septembre 2021 à 20 h 05 min

      Non, absolument pas ! il n’est pas une redite mais la continuité de l’article précédent avec juste un rappel des propos développés dans la vidéo faisant le lien avec les propositions que nous n’avions pas et que j’ai trouvé ensuite sous forme écrite puis reproduits avec mes observations.

      Je ne suis pas d’accord avec vous sur le fait qu’il y aurait confusion entre les effets secondaires avérés et les effets indésirables remontés par les plaignants. Dans tous les cas, je reproche aux gouvernements, comme Sir Christopher Chope, le déni criminel des autorités qui sont à la fois juge et partie et au cœur de conflits d’intérêts qui les conduisent à nier les dommages subis par les vaccinés.

      Leur volonté de vacciner massivement, au besoin en l’imposant par la contrainte, la force ou l’obligation les rendent incroyablement malhonnêtes et coupables d’aveuglement délibéré dont ils devront forcément répondre un jour, du moins je l’espère….

      En tant que citoyenne je suis scandalisée que l’on puisse renvoyer chez eux des vaccinés non encore décédés présentant de graves effets secondaires aux injections, sans surveillance médicale et avec une ordonnance de Doliprane ! J’appelle cela de la non assistance à personne en danger.

      Tant mieux pour vous si présentement vous n’avez pas à vous plaindre de vos injections, mais ce n’est pas parce que vous n’avez pas observé le moindre effet secondaire chez vous, que cela n’existe pas chez les autres ! Alors merci de vous ouvrir à la réalité des autres sans les traiter implicitement de fabulateurs, de prendre en considération les maladies, les handicaps et les décès qu’ils signalent dans une grande perplexité et souffrance, et de cesser de tenir le même discours que nos dirigeants qui n’ont fait que nous mentir et nous manipuler sur ce virus depuis les tous débuts de la  » covidémie  » !

      Ce virus a été lâché dans la nature par un laboratoire et il est directement issu d’une création humaine. Est-il intentionnellement sorti du laboratoire ou résulte-il d’une erreur de manipulation ? le saurons nous seulement un jour ? Le Covid 19 n’a jamais engendré le nombre de morts qui nous a été fallacieusement et quotidiennement annoncé pour effrayer par le conditionnement et la suggestion subtile la population.

      Tous les morts d’autres maladies ont été déclarés morts du Covid ! Voilà la vérité que vous refusez de voir. Libre à vous de vous laisser manipuler et de croire les scandaleux mensonges de ce gouvernement !

      Tout ce que je constate, c’est que le résultat de cette macabre mise en scène a engendré la moutonnisation d’une bonne partie des citoyens près à renier leurs droits les plus fondamentaux pour une bien illusoire sécurité sanitaire ! Nous ne voyons plus nos visages ni les sourires, nous ne nous embrassons plus, nous ne nous fréquentons plus et tout le monde est devenu suspicieux au point de se chercher des boucs émissaires parmi les non vaccinés !

      Aujourd’hui nous constatons que ce sont les doublement vaccinés qui tombent malades, attrapent le Covid, le transmettent, atterrissent aux urgences et parfois en meurent ! Pas les non vaccinés, bien que cette allégation soit continuellement serinée sur nos médias détenus et subventionnés par des financiers proches de nos dirigeants qui dictent l’information qui doit nous être donnée.

      Une grande fracture est née entre ceux qui mentent et manipulent, ceux qui se laissent naïvement biberonner aux fausses informations et ceux qui refusent de tomber dans le piège de cette grossière mise en scène. Cette situation où quantité de citoyens sont exclus de tout sans aucune justification ni droit ne pourra perdurer…..

    • Patrice,

      Vous qui êtes bien informé et ne tente pas, à partir de données biaisées, à convaincre les antivax par tous les moyens, j’avais une question à vous poser :
      – Des personnes disent que grâce aux vaccins, la contamination est maîtrisée et que l’on voit le bout du tunnel
      – Pourtant il semblerait qu’au même moment, des pays peu vaccinés ont réussi eux aussi, avec moins de moyens hospitaliers, à endiguer cette vague. L’Afrique du Sud est par exemple très touchée mais semble sur la voie du rétablissement, quasiment toutes les restrictions ont été levées : https://www.samrc.ac.za/reports/report-weekly-deaths-south-africa

      D’où ma suggestion : que l’on soit dans un pays très vacciné ou non, ce Covid fonctionne par vague, de manière cyclique, et reviendra d’ici quelques mois, que l’on soit tous vaccinés ou pas. Par contre il est vrai que certains vaccins (Moderna, dans une bien moindre mesure Pfizer et encore moins Jaenssen) semblent efficaces pour limiter les complications et les formes graves (peut-être parce que les personnes les plus fragiles n’ont pas un système immunitaire suffisamment performant pour faire face à la nouvelle apparition du virus, mutant, et que leur corps a besoin de temps pour produire des anticorps dopés par l’apparaition d’un virus « inoffensif » via le vaccin).

      Moderna semble le plus performant et il est de notoriété que le Pfizer perde rapidement en efficacité. Jaenssens serait à la ramasse selon certains spécialistes. Ne faudrait-il pas mettre à la poubelle les Pfizer & co et ne garder que les vaccins qui ont prouvé une certaine efficacité contre les variants ?

  2. Les médias ne sont pas toujours compétents pour sélectionner les bons experts pour éclairer un sujet. On a ainsi médiatisé un célèbre géologue diffusant des idées climato-sceptiques, un microbiologiste faisant des prédictions erronées d’épidémiologie ou même un sociologue devenu d’un coup expert en Covid-19. Le CNRS a ainsi rappelé récemment que les scientifiques ne devaient pas s’exprimer au titre de leur fonction hors de leur domaine de compétence.

  3. Arnaud,

    Je ne suis qu’un simple observateur.
    Vous posez des questions sur la performance des différents vaccins qui dépassent de très loin ma compétence.

    Pour ce qui est de l’Afrique du Sud, ils sont sans doute en phase d’amélioration, mais si j’ai bien compris :
    – ils sont pour l’instant sous un confinement qui parait strict ?
    – la Vaccination semble en effet avoir des difficultés à s’installer ?
    – le gouvernement réfléchirait à la mise en place d’un système de « passeport vaccinale » ?

    Les comparaisons des situations selon des zones géographiques différentes me semblent très compliquées à analyser. A tout état de cause, c’est hors de ma compétence également.

    Je pense qu’il est possible d’avoir des stratégies sanitaires différentes qui fonctionnent. L’important est que ces stratégies soient adaptées aux situations locales.
    Exemple l’Australie qui n’a pratiquement pas de cas semble avoir une stratégie « 0 covis » quitte à faire des confinements de 2 à 3 semaines sur les zones géographique concernées.

    Si je reviens sur le cas française, il me semble que la situation est en phase d’amélioration.
    Pour autant si je compare à la situation de l’année dernière, à première vue la situation apparait aussi tendue.
    Fin juillet 2020, il y avait 21 départements qui n’avaient plus de cas depuis 3 jours, et 9 depuis plus de 5 jours.
    Naïvement, à cette époque je ne pensais qu’il n’y aurait pas de 2° vague…. Je me suis largement trompée.
    L’année dernière à la même date l’épidémie était comparable à ce qu’elle est actuellement (7767 cas contre 7400 en moyenne sur la dernière semaine). Elle était devenue nationale. Nous nous dirigions vers la 2° vague et le second confinement.

    Depuis, il y a eu, me semble t’il 2 changements majeurs :
    – La vaccination s’est mise en place,
    – Le variant Delta est apparu. Plus contaminant.

    Les questions qui nous sont donc maintenant posées me semblent être :
    – La vaccination est elle suffisante actuellement en France pour limiter le développement de l’épidémie ?
    – La vaccination va elle être efficace dans le temps ?

    Pour la première question, au début d’année je lisais qu’un taux de 85% de vaccination chez les adultes devrait être suffisant.
    J’ai cru comprendre que le variant Delta étant plus contagieux, il faudrait atteindre un taux de 95%.
    Nous n’y sommes pas encore, (environ 88% pour les adultes avec une dose et 69 % pour les 12-18 ans).Il reste du chemin à faire.

    Je n’ai aucune compétence pour donner un avis fiable sur la question de l’efficacité des différents vaccins dans le temps.

    Mon sentiment, est donc :
    – qu’il faut continuer à pousser à la vaccination,
    – que même vacciné, il faut veiller aux gestes barrières
    – Je laisse les scientifiques avec le Gouvernement définir les conditions qui permettrait un allégement du « pass sanitaire » car la situation n’est pas la même sur tout le territoire.
    Par contre j’ai le sentiment qu’il est nécessaire de tester un éventuel allégement de ce « pass sanitaire ».
    – L’épidémie étant mondiale, je pense qu’il faut continuer à aider les autres pays (essentiellement l’Afrique) à se vacciner .Sous réserve qu’il le souhaite. On voit bien que chez nous aux Antilles, en Guyanne, à la Réunion, et à un degré moindre à Marseille, il y a des réticences)

    A suivre.

Répondre à jlkarkides Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :