Publicités

Archives du blog

Les policiers municipaux privés de caméras mobile à Aulnay-sous-Bois faute de décret

En France, 400 villes ont choisi de doter leur police municipale de ce dispositif pour filmer leurs interventions… Pour l’instant illégal, le décret d’application n’étant pas encore paru. De quoi faire enrager Bruno Beschizza, maire (LR) d’Aulnay et ex-policier.

« Ubuesque ! » Bruno Beschizza n’en revient pas. Depuis six mois, le maire (LR) d’Aulnay-sous-Bois est contraint de garder dans ses cartons une vingtaine de « caméras piéton » destinées à sa police municipale. Car le décret d’application de la loi définissant leurs conditions d’utilisation, votée en août dernier, n’a toujours pas été produit par l’Etat.

Ce qui rend de fait illégale l’utilisation du dispositif par les policiers municipaux des 400 villes en France ayant choisi de s’en doter !

« Un bon outil pour les policiers et les citoyens »

« C’est pourtant un bon outil, à la fois pour les policiers et les citoyens », estime Bruno Beschizza, qui vient d’envoyer un courrier au ministre de l’Intérieur Christophe Castaner pour s’en agacer.

Ces caméras portatives, fixées sur l’uniforme des policiers municipaux, servent à filmer leurs interventions. Et en cas de litige – par exemple, d’accusation de bavure, elles permettent d’avoir la vérité des images.

Elles viennent d’ailleurs d’être remises sur le devant de la scène à l’occasion du mouvement des gilets jaunes, dont plusieurs ont été blessés par des tirs de lanceurs de balles de défense (LBD).

Le 22 janvier, Christophe Castaner a ainsi instauré l’utilisation de ces caméras par la police nationale – pour qui le décret d’application a bien été produit – lors de l’utilisation des LBD.

Source et article complet : Le Parisien

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :