Viol en réunion à Aulnay-sous-Bois : quelle sanction pour les coupables ?

Police_AulnayComme vous le savez très certainement, 4 individus dont 1 jeune femme de 17 ans ont été arrêté lundi dernier dans une affaire de viol sur mineure de 15 ans dans un hôtel d’Aulnay-sous-Bois. Cette affaire a provoqué de vives émotions et réactions. Certains sont pour une sanction adaptée et différente des meurtres avec préméditation car ces individus n’ont pas de réseau et n’ont pas tué leur victime. D’autres sont pour la sanction maximale compte-tenu des séquelles que la victime aura toute sa vie.

Quoiqu’il en soit, ce fait divers a fait réagir et a une nouvelle fois mis en avant une supposée clémence d’une justice à deux vitesses. Nous ne connaissons pas tous les tenants et aboutissants de cette sordide histoire et nous laisserons las justice suivre son cours. Ceci étant, la décision aura certainement un impact non seulement pour la victime et sa famille, mais aussi sur toutes les personnes qui ont une crainte (fondée ou non) que cela leur arrive directement ou indirectement.

Dans une affaire odieuse quoique différente, rappelons que la justice n’a appliqué aucun emprisonnement ferme contre l’attaque du RER D à Grigny, bien que des victimes aient été marquées par cet acte scandaleux. De là à ce que d’autres attaques, s’appuyant sur la clémence de la justice, aient lieu prochainement, il n’y a qu’un pas…

Publié le 19 novembre 2014, dans Débat, faits divers, Justice, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. JEAN LOUIS KARKIDES

    « Certains sont pour la clémence car ces individus n’ont pas de réseau et n’ont pas tué leur victime. »
    Qui a dit cela?
    Est ce mes commentaires qui permettent à la rédaction (d’ailleurs,c’est qui la rédaction?) de faire cette analyse mensongère?
    J’ai en effet dit que les violeurs assassins n’avaient pas de réseau.
    J’ai en effet dit qu’un simple viol ne justifiait pas la même peine qu’un assassinat avec acte de barbarie.
    Extrait tiré du site officiel de l’administration française:
    Peines encourues

    Les peines encourues sont de :

    15 ans de réclusion criminelle en cas de viol,

    5 ans d’emprisonnement et 75 000 € d’amende pour les autres agressions sexuelles.

    Ces peines sont augmentées notamment :

    si l’acte a été commis par un ascendant ou par une personne ayant autorité sur la victime,

    si l’acte a été commis par le conjoint, le concubin ou le partenaire lié à la victime par un Pacs,

    lorsque la victime a été mise en contact avec l’auteur des faits par internet,

    si la victime était particulièrement vulnérable (personne infirme, malade, enceinte),

    si l’acte a entraîné une mutilation ou une infirmité permanente (en cas de viol) ou une blessure ou lésion (pour les autres agressions sexuelles),

    si l’acte a été commis à raison de l’orientation sexuelle, réelle ou supposée, de la victime,

    si l’acte a été commis sous l’emprise de l’alcool ou de produits stupéfiants ou avec l’usage ou la menace d’une arme ou encore par plusieurs personnes (auteur ou complice).

    Le viol est puni :

    de 30 ans de réclusion criminelle si l’acte a entraîné la mort de la victime,

    de la réclusion criminelle à perpétuité si l’acte a été précédé, accompagné ou suivi de tortures ou d’actes de barbarie.

    Je demande à la rédaction de s’expliquer ou de modifier l’article me reconnaissant dans ces propos.

  2. JEAN LOUIS KARKIDES

    Merci à la rédaction d’avoir formulé différemment son article.
    Mais pour être tout à fait clair,je ne vois aucun rapport entre la sanction et le fait de faire ou non partie d’un réseau.
    Par contre,il est évident que de mettre en prison des mineurs est un bon moyen de  » se faire des relations »,ce qui explique peut être la clémence du juge d’Evry.
    D’ailleurs dans cette histoire,il n’est pas question de viol.
    Mais en ce qui concerne les adultes,les peines encourues sont bien en rapport avec la nature des actes commis (de 5 ans de réclusion à la perpétuité).

  3. Un viol ne me paraît pas moins grave qu’un assassinat.

    Dans le grinçant film Buffet froid, Bernard Blier, jouant le rôle d’un flic très particulier, explique mettre le moins de coupables possible en prison, de crainte qu’ils n’y corrompent les innocents…

    Dans notre société totalitaire, seule la pensée demeure-t-elle un crime ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :