L’abstention n’intéresse pas les élus !

electionsProfesseure de science politique et directrice de Sciences Po Saint-Germain-en-Laye, Céline Braconnier alerte sur l’abstention – alors que près d’un électeur sur deux qui a boudé les urnes dimanche 22 mars – et tous les problèmes démocratiques que le non-vote génère. Co-auteure de « Les inaudibles, sociologie politique des précaires » et de « La démocratie de l’abstention », cette universitaire souhaite une réforme de la procédure d’inscription sur les listes électorales mais demeure sceptique quant à l’instauration du vote obligatoire.

La participation électorale est à un niveau si faible qu’elle fait à elle seule le résultat de l’élection !

Du fait des déceptions qu’il génère au sein même du peuple de gauche, le parti de gouvernement (PS) peine à remobiliser son électorat pour les scrutins intermédiaires. Cela contribue à brouiller les rapports de forces politiques.

Comme ce sont toujours les mêmes catégories de la population qui s’abstiennent le plus – les plus jeunes, les moins diplômés, les plus fragiles professionnellement –, l’abstention est systématiquement porteuse de fortes inégalités sociales de représentation. Dit autrement, l’abstention massive des milieux populaires fait que ce sont les fonctionnaires, les cadres les plus riches ainsi que les personnes âgées qui font le résultats des élections.

Ce n’est certes pas nouveau, mais cela pose un vrai problème démocratique. A part une petite complainte sur l’abstention le soir du scrutin, cela n’intéresse pas les politiques. Ils n’ont pas vraiment intérêt à communiquer sur le fait qu’ils n’ont été élus que par une petite partie du corps électoral, pas forcément représentative socialement et politiquement de la population.

La droite modérée dispose d’un électorat sociologiquement plus participationniste – plus âgé, plus diplômé, plus favorisé – donc plus facile à mobiliser et qui de surcroît était motivé dans son vote par l’espoir d’une nouvelle alternance. Les bons résultats de la droite en pourcentage – qui sont toutefois à relativiser si l’on observe les chiffres absolus – doivent néanmoins beaucoup à la très forte démobilisation de la gauche.

Seine St Denis : les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville – qui rassemble des populations plus jeunes et plus pauvres que le reste du pays– cumulent les prédispositions sociologiques conduisant nombre de citoyens à s’abstenir, et c’est systématiquement dans ce type d’environnements que l’on enregistre les records du non-vote. La Seine-Saint-Denis en est un bel exemple.

Quelles solutions ?   A long-terme, seule l’efficacité des politiques publiques permettra de faire revenir durablement les Français démobilisés vers les urnes ! En effet, il ne faut pas espérer que les citoyens aillent voter et légitiment des candidats dans lesquels ils ne croient plus si ceux-là ne parviennent même pas à redonner un minimum de sens à la politique.

Le vote obligatoire serait-il le remède à l’abstention ?   :   Face à l’inégalité de la représentation électorale qu’engendre l’abstention, je comprends bien que certains politiques regardent avec insistance du côté du vote obligatoire qui présenterait l’avantage d’obliger également les candidats à s’adresser à toutes les catégories d’électeurs… et donc peut-être également à davantage penser à eux dans leurs projets politiques, je pense par exemple aux jeunes et aux populations précaires.

Mais recourir au vote obligatoire, c’est aussi ne pas poser la question de la responsabilité des partis et des professionnels de la politique dans cette évolution. Il faut s’interroger sur la coupure entre les milieux populaires et les élites politiques, poser aussi la question du rôle social des partis, qui sont devenus des machines électorales alors qu’ils peuvent assumer d’autres fonctions.

Source : La Gazette des communes. Proposé par Catherine Médioni

Publié le 26 mars 2015, dans Politique, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 14 Commentaires.

  1. Hélas d’année en année nous votons de moins en moins .Les responsabilités sont partagées entre les électeurs et les politiques ?

  2. Olivier Rimbert

    Je ne suis pas d’accord avec le titre de l’article

    Bien sur que si l’abstention intéresse les politiques, c’est d’ailleurs dit dans le contenu . Prenons l’exemple d’Aulnay, l’électorat du nord étant plus populaire votera en majorité à gauche et à l’inverse le sud plus à droite.
    Et bien la non mobilisation d’une tranche de la population , en fonction du camp aux manettes arrangera celui-ci et il ne fera rien pour remédier à cela. il cherchera à travailler dans son territoire en ignorant l’autre.

    Le dernier chapitre souligne bien l’inutilité des partis dans la cité aujourd’hui, mais il se trompe de sens. C’est sont les élites ( terme mal choisi) politiques qui se sont coupés des citoyens et non l’inverse.
    La solution serait peut être de limiter à un seul mandat la charge d’élu.
    Cela éviterait la professionnalisation des politiques qui privilégient souvent leur carrière à leur devoir envers la nation que devrait leur imposer leur élection.

    Salutations républicaines

  3. Liberté chérie

    Surtout ne rien changer!! Cela risquerait de modifier le visage politique de la France , ce que ne veulent surtout pas les hommes et femmes politiques de droite comme de gauche. Sinon, il y a longtemps qu’ils auraient agi . Vive le statu quo! Vive l’abstention Et tant pis pour nous pauvres manants……et couillons d’électeurs (dont je fais partie).

  4. Parfaitement d’accord avec MR Rimbert un seul mandat devrait devenir la règle

  5. Ce sont effectivement les élus qui se sont coupés des citoyens, et qui ne leur accordent jamais les audiences demandées. Une fois au pouvoir, ils sont inaccessibles, maintiennent la distance et ne supportent pas qu’on le leur fasse remarquer ou qu’on le leur reproche !

  6. Cet article et les commentaires sont pertinents dans le contexte d’Aulnay.

    Par exemple si l’on s’arrête sur le parcours de votre Maire à qui j’ai envoyé 2 LRAR (sept et février) pour exposer une situation inextricable à cause de son bricolage (lever ma fille à 6 h le samedi puis footing dans le RER – ma fille est en CP avec des parents séparés) et ayant reçu la même réponse que d’autres parents d’élèves : le mépris.

    Votre maire fût syndicaliste de la police entre 1998 et 2010. Comme tout syndicaliste, Monsieur Beschizza a regretté le manque de débats constructifs avec les pouvoirs publics aveuglés par les élections. Il a mis en avant l’observation par sa corporation de réalités de terrain pour se créer une légitimité dans les débats orientant les pouvoirs publics. C’est notamment le cas dans cet interview de 2006 : « les policiers constatent une augmentation de la violence et de la dangerosité de leur métier. Ils veulent qu’on lui redonne du sens, mais se sentent oubliés du débat. »
    Source : http://www.20minutes.fr/…/119635-20061109-bruno-beschizza-l…

    Le syndicaliste Beschizza se plaignait du manque de … concertation !

    En passant du bon côté du manche, votre Maire a gardé son fil conducteur. Il y a deux types de syndicalistes : ceux qui exercent leurs responsabilités pour l’intérêt de leur profession et ceux qui l’exercent pour eux-mêmes. Un journaliste de Mediapart spécialiste des questions de police a un avis tranché à l’égard de votre Maire et résume ainsi son parcours :
    « Le parcours de Bruno Beschizza témoigne d’une proximité avec le politique qui décrédibilise le syndicalisme policier – qu’on entend le plus – et dont il n’est possible d’en déduire qu’une forme de clientélisme. Ce dévoiement de l’action publique qui peut expliquer en partie l’abstention des électeurs, laquelle a profité à Bruno Beschizza pour se faire élire à Aulnay sous Bois ! »
    Source : http://blogs.mediapart.fr/…/04…/le-syndicalisme-de-la-police

    Le dévoiement de l’action publique par Monsieur Beschizza se poursuit avec les rythmes scolaires. Les leviers pour en débattre sont mis sous le paillasson. Cela ne gêne semble t’il pour l’instant que quelques parents d’élèves, de la même façon placés face aux réalités de terrain mais, immédiatement accusés de violence lors d’une manifestation pacifique. C’est l’ADN du syndicaliste qui revient. Il est interdit de s’attaquer à un policier. Les communiqués des syndicats de police portent principalement sur la dénonciation de la violence à leur égard.
    Exemple : http://www.rtl.fr/…/un-syndicat-de-police-s-inquiete-des-vi…

    Un courrier du directeur d’académie à destination des 40 maires du 93 précisait le 16 janvier 2015 : « j’attacherai une attention particulière à ce que l’ouverture de la classe le samedi matin fasse l’objet d’une véritable consultation de tous les acteurs. ».

    Ce rappel aux 40 maires a pour cible les mauvais élèves. 37 villes n’ont pas mis en place le samedi cette année. Parmi les trois autres, une ville (la vôtre) fait tout pour rendre impossible le débat : opacité sur l’évaluation qualitative de l’année scolaire en cours, opacité sur les activités périscolaires (non) mises en oeuvre, opacité sur les subventions accessibles-demandées-reçues-affectées, opacité sur le choix des horaires quotidiens et de la demi journée supplémentaire en 2015-2016. Si les choix de Monsieur Beschizza sont fondés, ils résisteront à la concertation et à la transparence. On ne nous dit pas tout !?!?!?!?!

    Le dévoiement de l’action publique source d’amplifications des inégalités sociales est en contradiction majeure avec les multiples diversités de votre ville attachante.

    De la part d’un parent d’élève « sous influence » d’une part, du pragmatisme du maire UMP d’Aubagne ayant mis en œuvre la réforme des rythmes scolaires avec rapidité, concertation et méthode, et d’autre part, du mépris, du cynisme et de l’opacité entretenus par votre Maire

  7. JEAN LOUIS KARKIDES

    Un réforme bâclée,passée en force, à l’origine « pour le bien de l’enfant »,à la charge des municipalités (avec un petit coup de pouce les 2 premières années) d’une part.
    Un maire qui la met en place à minima comme lui permet la loi:

    http://www.20minutes.fr/france/1087739-20130125-nouvelles-activites-periscolaires-facultatives-toujours-gratuites

    Pour en revenir au sujet de cet article,PS molasson et UMP teinté F Haine devront prendre en compte ces suffrages non exprimés que l’on appelle blancs ou nuls.

  8. Blanc il n’y a pas eu trop en fait, 3.14 % sur Aulnay comme nuls aussi 1.10 %
    Par contre l’abstention personne ne veut s’y pencher 65.06 %, ça doit les favoriser (UMP et PS) et desservir les autres, car ce sont les 1ers qui sont élus systématiquement par alternance
    Vu sur 93600infos

    Le tableau complet du 1er tour bureau par bureau
    https://docs.google.com/spreadsheets/d/tmsfkdUWvRyaxNki_MAh7Kw/htmlview#

  9. Je constate avec consternation que l’absence totale de réponse du Maire aux lettres recommandée avec AR et aux demandes d’audience des administrés démontre que Bruno Beschizza, comme son prédécesseur, Gérard Segura, fait exactement le contraire dans les actes de ce qu’il avait pourtant annoncé dans sa campagne municipale :  » Je serai au service et à l’écoute de TOUS les Aulnaysiens  » !

    Après seulement un an de mandat de l’édile UMP parachuté sur notre ville bien aimée, les citoyens heureux de rompre enfin avec un PS local qui a sali les valeurs de la gauche et trompé son électorat par des actes administratifs contraires aux lois, aux statuts de la fonction publique territoriale, et aux intérêts de ses administrés, réalisent avec amertume et colère que Bruno Beschizza et ses adjoints, entravés dans leurs ambitions politiques par quelques citoyens rebelles et récalcitrants à subir sans protester ni affirmer leur droit d’expression et d’indignation, leurs honteux et inadmissibles abus de pouvoir et le non respect des lois, sont des élus très éloignés des difficultés des membres du peuple qui font les tristes frais de ce mépris, de ce manque de considération, d’empathie, de solidarité et de fraternité et de cette absence absolue de « redevabilité » et de justice envers les administrés !

    Si les politiques une fois élus, qu’ils soient de gauche ou de droite, sont de par leur statut les représentants de la puissance publique, et donc à ce titre doivent s’obliger à un devoir d’exemplarité irréprochable dans le respect et l’application des lois de la république une et indivisible, les citoyens découvrent sur le terrain et dans la vraie vie qu’ils sont les dindons de la farce, et que leurs élus sont les premiers à s’affranchir de leurs obligations déontologiques et politiques en toute impunité et sans le moindre contrôle de la justice ou de l’état !

    Cela est inacceptable et il faudra que les élus de tous bords politiques se souviennent que les citoyens qu’ils prennent ouvertement pour des demeurés et des moutons de Panurge, ont, comme les éléphants, une mémoire pérenne…

    Parce que le PS local a usé et abusé de ses pouvoirs de façon un peu trop discrétionnaire, que l’UMP local est en train de lui emboîter le pas avec les mêmes scandaleuses méthodes, et que le FN ne saurait répondre à mes aspirations profondément humanistes et écologiques, dimanche prochain je remplirai mon devoir citoyen en me rendant aux urnes, mais je voterai BLANC !

    Je ne veux plus cautionner la façon anti démocratique et anti républicaine de pratiquer la politique, et je désavoue publiquement l’autisme scandaleux d’hommes et de femmes qui ne nous servent absolument pas et qui ne nous représentent plus !

  10. Oui Catherine, la mémoire d’éléphant des « moutons de panurge » aura une conséquence sur les ambitions politiques de l’ancien syndicaliste de la police :

    « un poulet qui fait l’autruche ne peut pas devenir grand aigle  » (proverbe aulnaysien)

  11. Les belles promesses non tenues de n’importe quel élu, quelle que soit sa couleur politique, et la non concordance entre ses dires et ses actes, ne pourra jamais emporter l’adhésion républicaine de citoyens avisés qui refusent d’endosser le costume des dupes !

    A tous les entendeurs, Salut républicain !

  12. Vous ne l’avez pas déjà dit, ça Catherine ?
    Et vous croyez que ça va changer la donne ? Tout le monde s’en fout…. lol
    Chacun pour soi maintenant, avec 5 000 000 de chômeurs (ou même plus si on compte les précaires)… Et dès lundi vous ne saurez plu quoi dire, car vous intervenez qu’au moment des élections on va devoir attendre les Régionales et Valérie Pécresse vs Paul Hochon, mais je vous jure ceux là, ils s’en foutent, mais alors… Royalement, lol

    Sinon bon vote… (Socialo, droite extrême, blancs ou nuls !)
    De toutes les façons notre sort est tracé, on finira tous dans le trou..
    Alors pourquoi se prendre le chou ?
    Vive la vie…. Et ceux qui ne sont pas contents, on les emm****

    Je suis un homme libre !!!! C’est peut être ça mon problème d’ailleurs, mdrrrr
    Nan, je n’ai pas de problème, d’autres si, mais moi ça va…. 😉

  13. Je précise quand je dit « Droite extrême » je ne parle pas en mon nom, mais je caricature quelques uns (au cas où le cabinet du maire ou quelques élus liraient mes proses)
    Ce qu’ils font d’ailleurs 🙂

  14. Oui Michel, c’est bien  » parce que tout le monde s’en fout  » ( du moins en apparence peut-être ? ) que les corrompus et les imposteurs de tous crins et de tous partis politiques, s’en donnent à cœur joie pour berner et trahir leurs administrés et ainsi desservir gravement la démocratie ! Mais jusqu’à quand pourront-ils le faire ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :