Opération d’Intérêt National : Une nouvelle cité dortoir sur le site PSA Aulnay-sous-Bois ?

PSA_LibeAvec onze sites à l’étude, la Seine-Saint-Denis est concernée au premier chef par les opérations d’intérêt national envisagées. Mais les élus du département restent très partagés face à l’initiative de l’Etat.

Aulnay-sous-Bois veut garder la main.

L’Etat cible le site PSA et les zones d’activités alentours.

Dans un projet présenté l’an dernier par le groupe automobile, la construction de près de 280 000 m2 de logements était déjà évoquée. Le maire UMP Bruno Beschizza espère ne pas voir le dossier se négocier au-dessus de sa tête. « On est prêts à travailler en bonne intelligence avec l’Etat, si celui-ci apporte ses outils. Mais on refusera la création d’une simple cité-dortoir », prévient son entourage.

Source : Le Parisien

Publié le 8 avril 2015, dans Logement, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. « on refusera la création d’une simple cité-dortoir » à propos de la gestion post PSA. L’argument est cocasse au regard de la gestion sociale des rythmes scolaires.

    Ma fille en CP est contrainte de quitter Aulnay pour avoir un accès total à l’école publique et à de réelles activités en dehors de la garderie du centre aéré le mercredi. Suite à des décisions sans concertation sur les rythmes scolaires, la vraie vie n’a été évaluée ni avant ni après. La vraie vie à 6 ans, c’est déjà 7h30 à 18h00 du lundi au vendredi quand les parents travaillent, sans compter le supplément manqué du samedi.

    Deux ans après le fermeture de PSA, des départs d’Aulnay s’organisent cette fois pour une cause créée de l’intérieur et en commençant par des enfants qui ont déjà le sentiment de vivre dans une valise tous les 15 jours.

    Les nouveaux installés jeunes parents qui divorcent devront ensuite tous les deux déménager pour ne pas enfermer leur enfant dans une situation éducative et sociale défavorables. Cela s’appelle l’amplification des inégalités scolaires. Même habitant loin d’Aulnay, j’ai crû percevoir la nécessité de plutôt mettre du lien social dans toutes les réformes municipales.

    94 % des communes ont choisi le mercredi. Les jeunes parents travaillant tous les deux sont incités à s’installer ailleurs pour voir leurs enfants le samedi. Heureusement que vous avez un maire « VRP ». Les agents immobiliers de Sevran et des autres communes environnantes ont un argument sur un plateau.

  2. JEAN LOUIS KARKIDES

    Monsieur Carlier,votre cas personnel et douloureux,j’en conviens n’est pas un argument permettant de choisir entre le mercredi et le samedi.
    J’ai connu moi même les difficultés d’un divorce et nous avons eu la chance de ne pas perturber la vie de nos enfants en restant localement proches.
    Ce n’est pas possible pour tous,malheureusement.
    Je tiens à rappeler ici que l’Inspection a demandé aux enseignants quel était leur choix.
    En grande majorité,bien que pour leur vie privée le repos le samedi aurait été préférable,ils ont choisi le mercredi se rendant compte que les élèves étaient trop épuisés le vendredi sans coupure.
    Ceci en toute indépendance des partis politiques.

  3. Votre cause est juste, et les maires qui ne se soucient pas de la fatigue inutile que l’on impose à des enfants et des petits 6 jours sur 7, ne démontrent pas se placer au plus près des préoccupations quotidiennes de leurs administrés… La désorganisation ubuesque, chronophage, et épuisante que cela engendre dans toutes les familles, qu’elles soient monoparentales, recomposées ou autre … est un vecteur de grande souffrance, induisant un quotidien exténuant et pénible.

    Où se trouve l’intérêt général en pareil cas ?

    Il est à déplorer par ailleurs que nos élus, pour satisfaire les professionnels du tourisme, imposent un calendrier des vacances scolaires aberrant et déséquilibré, simplement parce qu’ils sont sous la coupe des lobby touristiques plutôt qu’au service de l’intérêt général des citoyens de la société civile !

    Citoyens, levez-vous et ne laissez plus faire quand vous n’êtes pas d’accord !

  4. Quels types de logements ? Si ce sont des HLM, Aulnay a déjà plus que sa part (entre 35 et 40% de logements sociaux, n’est-ce pas déjà trop ?!).

    En outre, continuer de faire venir des familles peu ou pas imposables sur la commune est complètement suicidaire, surtout que cela se fait sur le dos du contribuable.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :