Publicités

La responsable de l’association franco-turque d’Aulnay-sous-Bois attaquée par des kurdes

Le conflit en Syrie entre l’armée turque et les Kurdes s’est exporté en Ile-de-France. La présidente d’une association franco-turque de Villepinte a été victime d’un incendie criminel pour lesquels trois Kurdes de Gonesse ont été mis en examen. Des faits qualifiés de terroristes par la justice.

Les flammes éclairent le quartier pavillonnaire de Villepinte (Seine-Saint-Denis), les voitures partent en fumée détruite par un incendie criminel qui sera revendiqué sur Internet. Une responsable associative turque a été la cible de trois Kurdes originaires de Gonesse. Ils ont été interpellés par la PJ et mis en examen pour « dégradations en lien avec une entreprise terroriste » à Paris.

Les faits se produisent le 11 mars dernier. Trois hommes se rendent à Villepinte en fourgonnette. Leur objectif, ce sont les voitures d’un couple dont l’épouse est la présidente du Centre culturel franco-turc de la région d’Aulnay-sous-Bois. Autour de 4 heures du matin, les visages dissimulés, ils aspergent de liquide inflammable la Mercedes Class A et le Range-Rover, vides de tout occupant. L’incendie se propage à un troisième véhicule. Les flammes touchent aussi des conteneurs poubelles, lèchent les façades des pavillons limitrophes, détruisent un coffret à gaz. Les trois hommes ont pris la fuite après que l’un d’eux a filmé la scène.

Interpellés grâce à la vidéosurveillance

La dimension politique de cet incendie criminel est rapidement révélée lorsque les images se retrouvent sur Internet trois jours plus tard. Une revendication au nom de la cause kurde dont se réclament les auteurs.

Les faits sont survenus alors que la communauté kurde est fortement mobilisée, tout comme le PKK, le parti des travailleurs du Kurdistan, considéré comme terroriste par une partie de la communauté internationale, alors que se déroule en Syrie la bataille d’Afrine. L’opération « Rameau d’Olivier » a été lancée le 20 janvier par l’armée turque et les rebelles syriens contre les forces kurdes, implantées dans cette région depuis 2012. La ville d’Afrine tombant le 18 mars dernier.

L’exploitation de la vidéosurveillance a rapidement permis aux enquêteurs de la sous-direction antiterroriste de la brigade criminelle de retrouver le Renault Trafic qui appartenait à l’un des trois incendiaires, puis à identifier les suspects. Début avril, ces derniers étaient interpellés et placés en garde à vue au siège de la PJ parisienne.

« Je ne comprends pas ce qui m’arrive »

La responsable du centre culturel franco-turc, victime des incendies.

« Je travaille dans le milieu social depuis très longtemps. Je ne comprends pas ce qui m’arrive… » Agée de 43 ans, mère de famille, la responsable de l’association franco-turque d’Aulnay, victime des incendies, a été profondément choquée. « Après les faits, je me suis réfugiée chez moi pendant dix jours, sans sortir. Je n’étais pas bien, complètement effondrée. Je ne sais pas pourquoi j’ai été visée. Je n’ai jamais fait aucune discrimination dans mon travail. J’ai aidé tout le monde. Des Kurdes travaillent avec moi, certains sont des amis. »

Extrait article du Parisien, article complet à retrouver sur le site du journal régional

Publicités

Publié le 18 avril 2018, dans faits divers, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d blogueurs aiment cette page :