Publicités

Après la mort de leur fils Johan âgé de 29 ans, ils mettent en cause l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois

Victime d’un malaise alors qu’il travaillait en déplacement à l’aéroport de Roissy, Johan Laversane a été dirigé vers le centre hospitalier d’Aulnay-sous-Bois. Après lui avoir fait passer une prise de sang, l’hôpital l’a laissé repartir. En soirée, il s’est plaint de nouvelles douleurs. Emmené en urgence à l’hôpital de Senlis, puis transféré à Lariboisière (Paris), il est décédé dans la nuit du 1er au 2 juin. Aujourd’hui la famille de Johan veut porter plainte. La famille habite à Airion. Johan était originaire d’Avrechy. Coup du sort : les parents Laversane avaient déjà perdu une fille en début d’année.

Source : viaOccitanie

Publicités

Publié le 18 juin 2018, dans faits divers, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Ce drame qui aurait probablement pu être évité, est la conséquence et le symptôme d’un système de santé soigneusement et méticuleusement démantelé par les pouvoirs publics, eux mêmes à la solde des technocrates non élus de Bruxelles.

    Pour faire des économies, des services de médecine spécialisée sont supprimés, des lits sont fermés, les urgences sont engorgées et dépassées, et surtout des ordres sont donnés aux médecins de renvoyer les malades chez eux pour qu’ils restent le moins possible à l’hôpital ! Cela conduit forcément à ce genre de drame et on réalise alors que l’état est plus que défaillant dans ses missions et que la vie et la santé humaine des membres du peuple importent fort peu pour nos dirigeants qui se repaissent de nos deniers publics avec une indécence encore jamais atteinte ni égalée …

    J’ai moi-même perdu brutalement il y a 6 mois ma sœur, décédée à son domicile dans des circonstances qui resteront à jamais non élucidées, après avoir tout de même été à plusieurs reprises transportée aux urgences de Bichat, puis renvoyée sans que les médecins aient été capables de découvrir ce qui avait provoqué ses détresses respiratoires. Il y a quelques années encore, jamais l’hôpital n’aurait renvoyé un patient sans garantir que sa vie n’était pas en danger. Aujourd’hui on sacrifie la vie humaine à une logique et des impératifs comptables qui ne répondent plus au bien commun.

    Les responsables de ces vies sacrifiées ne sont pas tant les médecins qui font malheureusement ce qu’ils peuvent dans un contexte de souffrance au travail, de pressions devenues insupportables, et d’ordres du dessus contraires à leur éthique professionnelle, mais assurément les dirigeants de notre pays qui exécutent tels des serpillères sans scrupules, les diktats de Bruxelles, eux mêmes téléguidés par les plus grandes fortunes, les lobbies et les multinationales !

    Chaque décès de citoyen rapporte doublement à l’état : c’est d’abord une économie réalisée sur les droits à reverser au décédé ( pas de retraite à servir par exemple ), et ensuite c’est un profit juteux par les prélèvements successoraux qui s’appliquent dans les 6 mois qui suivent le décès, même si la famille du défunt se retrouve dans de gros soucis financiers et matériels !

    Ne croyez surtout pas que l’état de nos jours nous veut du bien, car tout le système est dévoyé et corrompu ! Il ne veut que nous ponctionner et nous redistribuer le moins possible !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :