Publicités

Communiqué de René Augustin Bougourd, suite à l’incendie de NOTRE-DAME de Paris

Hier soir, durant des heures, nous étions des millions rivés à nos postes de télévision. Nous étions des millions à sentir les larmes nous monter aux yeux lorsque nous avons vu se tordre et tomber la flèche.

Chrétien ou pas, français ou pas, peu importe. Nous avons à ce moment senti combien de simples pierres pouvaient nous être chères au point de faire partie de nous, et d’être comme un membre de la famille. Notre-Dame, c’est notre grand-mère à tous, sévère et coquette à la fois, sublimement élégante, universellement accueillante.

Je crois que toute grande épreuve peut nous grandir, pour peu qu’on soit capable d’empathie. Telle épreuve physique nous permettra de comprendre ce que ressentent par exemple ceux que frappe un handicap. J’aimerais que tous soient capables d’un tel retour sur soi.

Une journaliste hier soir a prononcé des mots extrêmement blessants pour tous les banlieusards, en disant à un jeune qui avait sauté dans le RER pour être sur place : « vous qui n’êtes pas tout à fait parisien ». Nous l’avons bien compris, nous qui vivons au-delà du périphérique, pour ceux qui vivent tout près, Notre-Dame, c’est naturellement un peu moins notre patrimoine.

Alors nous avons des Notre-Dame qui n’appartiennent qu’à nous. Les lieux n’ont pas besoin d’être imprégnés de religion pour faire partie de notre vie, ni d’être extraordinairement beaux ou anciens. C’et le nom d’une place, c’est une maison en brique ou en meulière, c’est un grand arbre, c’est un parc. Tout cela n’est pas bien vieux, mais c’est ce que nous avons comme patrimoine bien à nous. Et à chaque fois, il y a eu une intention qui devrait perdurer, un désir de pérenniser le souvenir d’une époque, d’un homme, ou de rendre plus agréable la vie des gens.

À chaque fois qu’on porte atteinte à ce patrimoine, c’est une flèche qui nous perce le cœur. Il est bon d‘avoir un peu de culture locale pour comprendre cela, mais sans doute que le cœur devrait suffire, lorsque l’on sait écouter les gens. Nous comprenons qu’une ville doive changer, et que comme les pompiers hier soir, il faille bien faire la part du feu. Nous comprenons que le temps soit à sa manière incendiaire, mais pas que les pyromanes n’en fassent qu’à leur tête.

Messieurs les élus, si vous avez comme nous été bouleversés hier soir, essayez de comprendre ce que nous ressentons lorsque vos projets s’attaquent à notre patrimoine.

René-Augustin Bougourd, Aulnaysien depuis seulement 25 ans

 

 

Publicités

À propos de Aurore Buselin Duplissy

responsable blog Aulnay cap

Publié le 16 avril 2019, dans Art, artisanat, Culture, Patrimoine, Religion. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Je suis tout à fait d’accord avec votre commentaire sur Notre-Dame et les banlieues. J’ai 72 ans bientôt, pratiquement née à Aulnay, ma mère y était née en 1920. J’habite maintenant en Charente-Maritime mais je suis toujours Aulnaysienne de coeur, et y retourne souvent pour voir ma famille. J’ai toujours été « hérissée » de voir la façon dont on considère les banlieusards, et notamment ceux du 9-3 comme ils disent…
    J’ai également connu Pierre Olmeta dont ma mère était une camarade d’enfance.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :