L’exode urbain et la nécessité de stopper la densification

L’exode urbain et la nécessité de stopper la densification

Photos prises et Article rédigé le 8 juin 2020 par Catherine Medioni

Dans sa lettre de décryptage économique du 8 juin 2020, Charles Sannat met en avant l’exode urbain auquel le confinement a donné un véritable coup de pouce. Bien des familles qui ont été contraintes de télétravailleur ont découvert les multiples avantages de travailler depuis leur domicile et ainsi de ne plus perdre un temps considérable dans les transports en commun ou dans leur voiture pour se rendre chaque jour dans leur entreprise.

https://insolentiae.com/lexode-urbain-vient-de-commencer-et-cela-va-tout-change

Parallèlement à ce constat, ils ont également découvert que si le télétravail était possible depuis leur lieu d’habitation, ils n’avaient plus aucune raison d’accepter de payer des loyers parisiens faramineux pour des surfaces exsangues ! C’est ainsi que tous les professionnels de l’immobilier ont noté un afflux de demandes pour des pavillons avec jardin dans la grande couronne, mais également pour des maisons au milieu de grands espaces en province !

Cela annonce donc très clairement une mutation dans nos modes de vie et de travail qui ne sera pas qu’un phénomène de mode passager !

Les citoyens et les travailleurs ne veulent plus sacrifier leur qualité de vie au travail, ni s’entasser dans des clapiers à lapins pour des loyers exorbitants et une qualité de vie médiocre. Ils ont tous unanimement ressenti et redécouvert le besoin de garder un lien étroit avec la nature et les espaces verts, et ils ne veulent plus jamais se satisfaire de la promiscuité et de la densification des villes.

Cette prise de conscience doit provoquer en urgence un moratoire concernant toutes les politiques urbanistiques impulsées et une redéfinition des priorités à développer désormais au sein des plans locaux d’urbanisme. Le gouvernement et les élus locaux vont devoir revoir leur copie et cesser d’imposer aux citoyens et à marche forcée une densification qui ne répond plus ni à leurs aspirations ni à leurs besoins, d’autant plus que le réchauffement climatique, les tempêtes de vents, les inondations et les canicules régulières se sont invitées dans nos quotidiens et nous obligent à repenser totalement les politiques du logement et de l’environnement.

Face à ces calamités récurrentes, la minéralisation de nos sols devient donc une aberration insensée et absolue !

Depuis plusieurs mandats, Aulnay sous bois est l’exemple type d’une densification et d’une minéralisation des sols à marche forcée, à la fois dans le centre-ville et dans le nord par des immeubles tutoyant le ciel avec 6 étages, mais également dans les quartiers pavillonnaires du sud où désormais, en dépit des protestations régulièrement exprimées des Aulnaysiens depuis de longues années, des permis de construire sont traîtreusement accordés a des SCI immobilières pour implanter carrément un deuxième pavillon sur une seule parcelle, détruisant sans scrupules ni états d’âme les arbres et remplaçant les espaces végétalisés qui étaient le poumon de la ville !

Comment des élus grassement payés et honteusement augmentés pour desservir les intérêts des administrés peuvent-ils se prétendre  » nos représentants  » et continuer à bétonner sans l’approbation des Aulnaysiens ?

Photos prises et Article rédigé le 8 juin 2020 par Catherine Medioni

Zone UG ( pavillonnaire ) 18 avril 2020 : pavillon rénové et surélevé d’un étage au fond et devant dalle du second pavillon sur une seule parcelle. Plus de terre pleine, plus d’arbres, que du béton ! Merci Qui ? Beschizza et Cahenzly, les fossoyeurs de notre qualité de vie !

10 mai 2020 : 1er niveau du second pavillon sur la même parcelle, devant le pavillon du fond rénové et surélevé. Minimum 4 familles sans places de stationnements dans une rue à stationnement unilatéral alternatif ! Merci QUI ? Beschizza et Cahenzli, les traîtres aux Aulnaysiens. Promiscuité garantie. Jardin disparu ! Ce sont les méfaits de la densification !

 

À propos de Buselin Aurore

Responsable blog Aulnay cap

Publié le 8 juin 2020, dans A vous la parole, Urbanisme, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 7 Commentaires.

  1. L’urbanisme devient un réel massacre sur Aulnay(peu importe ce qui se passe ailleurs) et M.Beschizza et sa compagnie si fidèle dont un adjoint à l’urbanisme cité dans l’article qui n’est qu’un simple passager , en dénoncent régulièrement la responsabilité à l’ancienne équipe de Ségura, quelle belle façon de se délester de ses atteintes à la ville d’Aulnay qu’il connaît depuis….2014 . Oui cela devient un scandale où des intérêts personnels priment avant tout, sinon pourquoi?

  2. Catherine Medioni est certainement très sympathique et idéaliste mais enfin totalement à l’ouest et déconnectée de la réalité.

    Moi je pense qu’il faut se reconnecter à la réalité: la population augmente en Île de France, on est en zone très tendue, il faut donc construire plus de logement car il en manque.

    Que l’on soit d’accord ou non, le grand Paris a pour objectif de construire 38000 logements par an sur 814km2. Les idéalistes passéistes voulant garder leurs privilèges de pavillons en pleines agglomérations, au lieu de chouiner pendant des années sur des blogs feraient mieux d’aller voir la Métropole pour le leur dire.

    Ces gens-là voudraient que Aulnay-sous-Bois se distingue par un refus catégorique de sa part d’effort. En quelle honneur? Ont-ils empêché la construction des 3000 sur des champs?

    Va falloir s’y faire, la construction est dans l’air du temps, BB ou pas BB, 400 logements supplémentaire sur Aulnay chaque année, telle est notre part d’effort pour desserrer l’étau sur le manque de logement.

    Mais ça saute aux yeux que l’envie de certains c’est juste d’être « en opposition », cela fait des années qu’ils rabâchent les mêmes jérémiades.

  3. @ Jean-Roger

    Vous êtes nouveau venu dans la blogosphère Aulnaysienne et vous vous permettez de porter des jugements quelques peu hâtifs sur ma personne, alors que je n’ai pas l’honneur de vous connaitre, pas plus que le Lectorat ne connait d’ailleurs l’identité de la personnalité qui commente sous le pseudo Jean-Roger.

    Non, je ne suis pas à  » l’ouest  » ni déconnectée de la réalité car en tant que citoyenne de la société civile très engagée dans la vie de notre ville depuis de nombreuses années, je porte des préoccupations et des combats qui sont justement ceux des petites gens, et non pas ceux d’une minorité égoïste et bien nantie qui interprète à sa façon les consignes de densification imposées par les différents gouvernements et qui ne traduisent pas fidèlement les aspirations des citoyens de la France d’en bas !

    Si effectivement le besoin en logements à Paris et en grande couronne se fait sentir depuis de nombreuses années en raison des étrangers qui cherchent asile et travail, mais également des populations rurales qui ont déserté leurs campagnes et se sont rapprochées des villes pour trouver un emploi, ces flux migratoires qui ont négativement impacté la qualité de vie de toute l’île de France, devraient à minima poser le problème des facultés réelles d’absorption de ces populations là où elles s’implantent sans pour autant dénaturer de façon irréversible notre environnement, ni détruire la qualité de vie des autochtones qui se retrouvent avec des désagréments non anticipés et non solutionnés.

    La politique qui consiste à déshabiller Pierre pour habiller Paul, ou à favoriser l’un pour désavantager l’autre, n’est jamais une bonne politique car elle ne fait qu’engendrer de nouveaux problèmes qui mécontent finalement la société entière !

    Il est assez anti démocratique d’ailleurs qu’un gouvernement prenne des décisions nationales qui s’appliquent sur les plans locaux, alors que les habitants concernés qui vont subir ces décisions péremptoires n’ont jamais été consultés et n’ont jamais donné leur approbation !

    Cela étant dit, en admettant que chaque ville s’efforce de se soumette à ces décisions nationales, rien n’interdit sur le plan local que les élus locaux consultent et associent leurs administrés pour qu’ils définissent eux-même les grandes lignes de la politique d’urbanisation tenant compte à la fois de la nécessité de construire des logements tout en respectant l’existant architectural et patrimonial, et tout en préservant impérativement ce qu’il reste de nature dans nos villes !

    Or à Aulnay sous Bois, c’est précisément ce qui n’est pas fait et qui mécontente légitimement ceux qui y vivent et qui, au lieu de voir leur qualité de vie s’améliorer et leur environnement protégé et préservé malgré tout, constatent avec tristesse et chagrin que le massacre une fois consommé est irréversible !

    L’article met pourtant bien en avant les nouveaux enjeux de ce xxième siècle : Stopper la minéralisation de nos sols pour que les eaux des gros orages puissent s’évacuer dans les terres pleines et non pas se voir refouler dans les habitations à cause des sols bétonnés, cesser d’abattre des arbres quand il faudrait au contraire en planter davantage pour se mettre à l’abri du soleil et des canicules, préserver nos parcs au lieu de les bétonner pour ne pas anéantir la biodiversité qui s’y est installée…. etc….

    Construire oui, pourquoi pas, mais pas n’importe comment ni à n’importe quel prix !

    — Oui pour du petit habitat collectif s’intégrant dans le paysage Aulnaysien, non pour des immeubles de 6 étages dans des rues excessivement étroites ( la hauteur des immeubles ne devrait jamais surplomber ni écraser les pavillons environnants, léser les riverains, ni causer des dommages à l’environnement. )

    — Pas de balcons au dessus des trottoirs qui agressent les passants et violent l’espace public,

    — un recul végétalisé de quelques mètres de la voix publique pour ne pas donner cette sensation d’étouffement et de manque d’espace

    — deux places de stationnement minimum par logement

    — des trottoirs suffisamment larges devant les immeubles pour que les handicapés et les poussettes puissent circuler sans danger.

    Ces quelques propositions non exhaustives à respecter pourraient réamorcer un dialogue inexistant entre les administrés qui subissent et une municipalité autiste et dictatoriale qui impose sans ménagement !

    • Medioni tu n’arrêtes pas de juger tout le monde, alors CAMEMBERT.
      Pire qu’un troll cette mémère

    • Votre comportement à l’égard de Catherine Medioni, vous vaut expulsion, à effet immédiat.

      Vous etes renvoyé!!!

  4. Directeur de la justice

    Bonsoir
    Je demande solennellement au PDG d’Aulnay cap monsieur Arnaud Kubacki de bien vouloir expulser de ce blog la dame nommée Medioni
    Merci

  5. @ Troll Georges

    Eh bien petit pèpère brut de décofrage, vous êtres tellement frustré et à court d’arguments que vous n’avez plus que les insultes publiques à votre répertoire pour vous défouler…. Sur une femme ! Cela vous excite ? Mufle, goujat, macho sont les attributs que l’on décerne aux masculins minables envers les femmes, incapables de briller par des valeurs humaines et morales élevées.

    En attendant Aurore a eu raison de vous publier pour ensuite vous virer. ! Cela laisse entrevoir au lectorat le niveau intellectuel et la bassesse morale des énergumènes qui se cachent lâchement derrière des pseudos pour pouvoir, salir, déverser leur haine ou chercher à nuire…. En vain !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :