En Seine-Saint-Denis, Le Leclerc Drive à Aulnay-sous-Bois est le moins cher !

En se basant sur une étude de l’UFC-Que Choisir, nous avons constaté des différences de prix allant jusqu’à 69 euros entre les services drive des supermarchés du département.

Sur le parking gris du drive E.Leclerc à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Natacha s’appuie sur la portière gauche de l’arrière sa voiture tandis que son conjoint reste au volant. En ce premier jour triste de février, le couple attend les paquets de courses commandées plus tôt en ligne. « Avec le Covid, je n’ai pas envie de croiser des gens », confie cette assistante de direction de 37 ans.

Sur la page Internet consacrée à ses drives, E.Leclerc promet un « retrait en moins de cinq minutes » ainsi qu’un « service 100 % gratuit et rapide ». Dans le cas de celui d’Aulnay-sous-Bois, la première enseigne française de grande distribution pourrait ajouter que les prix qui y sont pratiqués sont les plus bas de Seine-Saint-Denis.

Selon des chiffres collectés par Le Parisien auprès de l’UFC-Que choisir, le prix du « panier moyen famille » — la somme d’une centaine de produits représentatifs d’un chariot familial — s’élève ici à 437 euros. Les trois autres drives les moins chers du département, de la même marque, se trouvent à La Courneuve, au Blanc-Mesnil et à Villetaneuse.

A l’inverse, les drives où les montants sont les plus élevés se situent plus au sud du département, dans les villes limitrophes de Paris comme Montreuil, Pantin ou Les Lilas.

«C’est moins cher qu’à Carrefour»

Habitante d’Aulnay, Natacha retire ses courses à Leclerc « minimum deux fois par mois ». « En début de mois, j’en ai pour 200, 250 euros, calcule cette maman d’une famille recomposée. Puis pour une centaine d’euros si j’ai besoin d’y retourner. Ce qui est sûr, c’est que c’est moins cher qu’à Carrefour. » Le directeur des lieux confirme que l’enseigne propose ici « la part promo la plus élevée ».

Quand on annonce à Sami qu’il fait ses courses dans le drive le moins cher du département, il ne semble pas surpris. Cet employé d’une entreprise de pompes funèbres ne cherche pas pour autant les prix les bas. « Lidl, ce n’est pas cher, mais les produits n’ont pas la même qualité qu’ici », estime-t-il.

Ce lundi-là, le jeune papa repart notamment avec de nombreux paquets de couches. « Je viens ici une fois par mois et j’en ai pour plus ou moins 180 euros, dit-il. Pour les couches pour bébés, il y a tout ce qu’il faut, et c’est de la qualité. Je retire mes courses en drive parce que je travaille toute la journée. Et puis on évite les grosses affluences. »

Source et article complet : Le Parisien

Publié le 3 février 2021, dans commerces, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :