Archives du blog

Deux villes de Seine-Saint-Denis dans le top 10 des plus chères de France, mais pas Aulnay-sous-Bois

Que partagent comme point commun les villes de Saint-Denis et Montreuil ? Hormis le fait d’être tous deux dans le département de Seine-Saint-Denis, elles ont une particularité plus regrettable : elles sont toutes deux dans le classement des dix villes où l’achat immobilier était le plus cher, en 2021.

Source et article complet : Actu.fr

Le prix de l’immobilier à Aulnay-sous-Bois plus cher au quartier centre-gare

@MeilleursAgents

Le prix de l’immobilier à Aulnay-sous-Bois est assez varié d’un quartier à l’autre : très cher au centre-gare, très bon marché dans les quartiers nord. Si bien que d’un programme immobilier à l’autre, le prix au m² peut varier de 40% !

Ci-contre, la carte des prix de l’immobilier à Aulnay-sous-Bois par quartier via le site MeilleursAgents.

Le prix des carburants met à mal le budget des ménages

Le prix des carburants est historiquement haut, que ce soit le diesel ou le sams plomb. Hormis le superéthanol, même si son prix atteint aussi des niveaux historiquement haut, jamais ces carburants n’ont été aussi chers.

Plusieurs facteurs expliquent cette flambée des prix :

  • L’hiver dans l’hémisphère nord implique plus de consommation de carburant notamment pour les foyers équipés au fioul
  • Un semblant de reprise économique après plusieurs périodes de confinement tirent les prix vers le haut, notamment avec la Chine dont l’économie repart fortement à la hausse
  • Un contexte politique tendu notamment entre la Russie et les occidentaux sur le dossier de l’Ukraine
  • La politique de Joe Biden à l’opposée de Donald Trump aux USA, ce dernier avait mis l’accent sur l’exploitation du gaz de schiste et l’extraction pétrolière (rendant les USA un pays exportateur de pétrole la première fois depuis les années 70), alors que Joe Biden a tout arrêté

Il va donc falloir faire baisser la température de quelques degrés dans le logement, ou faire moins de kilomètres avec sa voiture, le temps que le prix des carburants retrouvent un semblant de normalité.

Les stations-services les moins chères près de chez vous ?

Depuis fin 2021, le plein coûte en moyenne 4 euros plus cher. Autant dire que chaque goutte compte, notamment pour ceux qui utilisent leur voiture quotidiennement. Parmi les près de 9000 stations-services répertoriées en France dans la base de données officielle du ministère de la Transition écologique, des écarts persistent. 

A titre d’exemple, le litre de gazole frôle les deux euros sur l’Île-d’Yeu et à Paris, alors qu’il ne dépasse guère 1,60 euro dans de nombreuses stations. Dans la capitale, le sans-plomb 98 a même dépassé la barre symbolique des deux euros. 

Pour découvrir la carte des stations services les moins chères, cliquer ici.

Découvrez tout ce qui change au 1er janvier 2022 !

Voici ce qui change à partir du 1er janvier 2022 :

  • Contraception gratuite pour les femmes de moins de 25 ans (certains dispositifs de contraception sont exclus
  • Permis de construire en ligne (tout usager pourra déposer sa demande de permis de construire en ligne, à tout moment et où qu’il soit, avec une formalité simplifiée et sans frais
  • Hausse du prix du timbre (Le prix des timbres augmentera de 4,7 % en moyenne au 1er janvier 2022. Pour les particuliers : le prix du timbre vert passe de 1,08 € à 1,16 € ; le prix du timbre rouge de 1,28 € à 1,43 €)
  • Nouvelle pièce de 2 euros
  • Le « Pass culture » pour les 15-17 ans (Il permet d’accéder à un crédit de 20 euros pour ceux âgés de 15 ans et de 30 euros pour les jeunes âgés de 16 et 17 ans)
  • Revalorisation des pensions de retraite (1,1%)
  • Baisse de l’impôt sur le revenu (les tranches du barème de l’impôt sur le revenu seront revalorisées de 1,4 % pour l’imposition des revenus de 2021)
  • Exonération de la taxe d’habitation (La suppression progressive de la taxe d’habitation des ménages les plus aisés va se poursuivre. Ces ménages bénéficieront en 2022 d’une exonération de 65 % de leur taxe)
  • Réforme du système de cautionnement
  • Conditions d’accès au prêt immobilier (Le taux d’endettement maximal sera limité à 35%, assurance emprunteur inclue, contre 33% auparavant et durée maximale de 25 ans)
  • Augmentation du SMIC (0,9%)
  • Crédit d’impôt emploi à domicile ( le crédit d’impôt pour l’emploi d’un salarié à domicile sera versé tous les mois)
  • France Rénov’, nouveau service public
  • Entrée en vigueur de la loi anti gaspillage
  • Nouveau malus au poids véhicule de tourisme

Source : gouvernement

Une aide de 100 euros pour 38 millions de Français pour contrer le prix des carburants

Face à la flambée des prix du carburant, une « indemnité-inflation de 100 euros » sera versée aux Français « de classe moyenne », gagnant moins de 2000 euros nets par mois.

Mais qu’en est-il des démarches à accomplir pour bénéficier de cette aide ? Rien du tout, affirme Jean Castex. Cette indemnisation sera automatique : ainsi, « pour les salariés, ça passera par leur entreprise, pour les indépendants, par les Ursaff », etc.

L’indemnité-inflation sera par ailleurs envoyée « dès le mois de décembre pour la plupart » des personnes concernées. Il faudra attendre janvier pour les fonctionnaires. Un autre volet interviendra plus tard, « notamment pour les retraités. »

Source et article complet : Actu.fr

Le prix du carburant flambe, quid des solutions pour éviter un retour du mouvement des gilets jaunes ?

©Illustration/Le Penthièvre

L’augmentation du prix des matières premières comme le carburant a un impact considérable sur la vie des ménages. Celles et ceux qui ne peuvent pas faire autrement que de prendre leur voiture pour aller au travail ou se ravitailler sont durement impactés. Le prix du diesel est désormais largement au-dessus des 1,5 € le litre, du jamais vu !

Pour éviter la grogne des consommateurs et le retour des gilets jaunes, le gouvernement va faire des annonces d’ici les prochains jours. Baisse de taxe, chèque carburant… de nombreux français attendent avec impatience ce petit geste pour les aider à mieux se préparer pour l’hiver.

L’augmentation du carburant est due en grande partie à la reprise économique, mais aussi au refus de l’OPEP+ d’augmenter sa production et à la baisse des investissements dans l’industrie pétrolière américaine suite à l’élection de Joe Biden (Donald Trump était quand à lui un farouche partisan du gaz de schiste et de l’exploitation pétrolière américaine, les USA était redevenus grâce à lui un pays exportateur de pétrole, faisant baisser mécaniquement les prix).

Le prix du gaz va augmenter de 12,6% le 1er octobre

A l’approche de l’hiver, il va falloir se serrer la ceinture, ou tout simplement baisser de quelques degrés le thermostat pour celles et ceux qui se chauffent au gaz. A partir du 1er octobre 2021, les tarifs régulés vont augmenter de 12,6%. Hausse du prix du gaz sur le marché, augmentation de la consommation, tensions géopolitiques, pressions de certains pays : les consommateurs vont devoir faire quelques sacrifices pour ne pas obérer leur budget.

Le prix du gaz augmente fortement le 1er juin 2021 !

Mauvaise nouvelle pour le porte-monnaie : en juin, les tarifs réglementés (hors taxe) d’Engie vont augmenter. L’évolution dépend de votre consommation, souligne la Commission de régulation de l’énergie (CRE) dans un communiqué.

Ainsi, les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson vont voir les prix croitre de 1,2%, tandis que les foyers qui se chauffent au gaz vont connaître une augmentation de 4,6%. Enfin, les tarifs vont évoluer de 2,6% personnes ayant un double usage du gaz (cuisson et eau chaude).

« Il faut cependant noter que depuis le 1er janvier 2019, les tarifs réglementés de vente de gaz d’Engie ont baissé en tout de 8 % », indique la CRE, évoquant un niveau restant « inférieur à celui de 2015. »

Source et article complet : Actu.fr

En Seine-Saint-Denis, Le Leclerc Drive à Aulnay-sous-Bois est le moins cher !

En se basant sur une étude de l’UFC-Que Choisir, nous avons constaté des différences de prix allant jusqu’à 69 euros entre les services drive des supermarchés du département.

Sur le parking gris du drive E.Leclerc à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Natacha s’appuie sur la portière gauche de l’arrière sa voiture tandis que son conjoint reste au volant. En ce premier jour triste de février, le couple attend les paquets de courses commandées plus tôt en ligne. « Avec le Covid, je n’ai pas envie de croiser des gens », confie cette assistante de direction de 37 ans.

Sur la page Internet consacrée à ses drives, E.Leclerc promet un « retrait en moins de cinq minutes » ainsi qu’un « service 100 % gratuit et rapide ». Dans le cas de celui d’Aulnay-sous-Bois, la première enseigne française de grande distribution pourrait ajouter que les prix qui y sont pratiqués sont les plus bas de Seine-Saint-Denis.

Selon des chiffres collectés par Le Parisien auprès de l’UFC-Que choisir, le prix du « panier moyen famille » — la somme d’une centaine de produits représentatifs d’un chariot familial — s’élève ici à 437 euros. Les trois autres drives les moins chers du département, de la même marque, se trouvent à La Courneuve, au Blanc-Mesnil et à Villetaneuse.

A l’inverse, les drives où les montants sont les plus élevés se situent plus au sud du département, dans les villes limitrophes de Paris comme Montreuil, Pantin ou Les Lilas.

«C’est moins cher qu’à Carrefour»

Habitante d’Aulnay, Natacha retire ses courses à Leclerc « minimum deux fois par mois ». « En début de mois, j’en ai pour 200, 250 euros, calcule cette maman d’une famille recomposée. Puis pour une centaine d’euros si j’ai besoin d’y retourner. Ce qui est sûr, c’est que c’est moins cher qu’à Carrefour. » Le directeur des lieux confirme que l’enseigne propose ici « la part promo la plus élevée ».

Quand on annonce à Sami qu’il fait ses courses dans le drive le moins cher du département, il ne semble pas surpris. Cet employé d’une entreprise de pompes funèbres ne cherche pas pour autant les prix les bas. « Lidl, ce n’est pas cher, mais les produits n’ont pas la même qualité qu’ici », estime-t-il.

Ce lundi-là, le jeune papa repart notamment avec de nombreux paquets de couches. « Je viens ici une fois par mois et j’en ai pour plus ou moins 180 euros, dit-il. Pour les couches pour bébés, il y a tout ce qu’il faut, et c’est de la qualité. Je retire mes courses en drive parce que je travaille toute la journée. Et puis on évite les grosses affluences. »

Source et article complet : Le Parisien

%d blogueurs aiment cette page :