Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois ne veut pas de la privatisation rampante du service voirie

Depuis plus d’un an, nous voyons une société privée nettoyer les rues du sud de notre ville et certains grands axes du Nord.

Avant les élections municipales, il nous avait été affirmé que la société Nicollin était un renfort momentané des services de la ville et ne devait nettoyer que les grands axes routiers. Momentané ?

Cela fait maintenant plus d’un an que cette situation perdure et ne semble pas prête de s’arrêter !

Pourquoi certains quartiers d’Aulnay sont-ils confiés à cette société privée, alors qu’en même temps, les agents du service voirie propreté, peinent à avoir du travail et ont à leur disposition, du matériel et des véhicules hors d’âge et en mauvais état ?

Pourquoi la municipalité préfère-t-elle payer une société privée, plutôt que d’investir dans le service voirie propreté de notre ville ? D’après certains agents, la prestation mensuelle d’une balayeuse de cette société coûterait aussi chère que l’achat d’une balayeuse neuve !

Autre exemple de privatisation rampante, par petites touches :

Les agents du pavage s’occupaient de l’installation des bâteaux pavés depuis des années. Pourtant, depuis un an déjà,ces tâches sont effectuées par des sociétés privées !

En même temps, les agents du pavage et de l’enrobage doivent se contenter de matériel et de véhicules hors d’âge voir dangereux. Certains véhicules utilisés ne seraient même pas passés au contrôle technique !

Imaginez une société privée qui agirait de même avec ses employés, ils se retrouveraient au tribunal !

Force Ouvrière rappelle qu’en cas d’accident avec un véhicule non conforme, le chauffeur pourrait être tenu pour responsable, s’il est avéré qu’il conduisait celui-ci en connaissant sa dangerosité.

Force Ouvrière n’accepte pas que l’on mette les agents de la ville et les Aulnaysiens en danger !!!

Force Ouvrière demande aux agents de faire jouer leur droit de retrait et de refuser de conduire des véhicules qui leur semblent dangereux, de rédiger des fiches d’incident pour signaler les faits et de nous contacter immédiatement !

Lorsque nous demandons si le service Voirie sera privatisé, l’administration nous répond que ce n’est pas à l’ordre du jour.

Pourtant, nous assistons à une privatisation par petites touches, une privatisation rampante !

L’obsolescence programmée du matériel et des véhicules fait-elle partie du programme pour justifier cette privatisation ?

Certaines administrations l’ont déjà expérimenté en France pour justifier des privatisations, on planifie la désorganisation de façon à pouvoir dire : « Vous voyez ça ne marche pas ! »

Nous espérons que ce n’est pas la stratégie de la Mairie.

FORCE OUVRIÈRE EXIGE :

  • L’ARRÊT IMMÉDIAT DES PRIVATISATIONS !
  • QUE L’INTÉGRALITÉ DE LA PROPRETÉ DE NOTRE VILLE ET DES AMÉNAGEMENTS DE VOIRIE SOIENT INTÉGRALEMENT CONFIÉS AUX SERVICES DE LA VILLE .
  • QUE LES OUTILS, MATÉRIELS ET VÉHICULES SOIENT REMIS AUX NORMES, RÉPARÉS OU REMPLACÉS.
  • LA TITULARISATION DE TOUS CONTRACTUELS POUVANT L’ÊTRE.

Source : Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois

Publié le 7 avril 2021, dans Syndicats, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Il n’y a pas que la voirie qui est en voie de privatisation. D’autres services de la ville qui relevaient jadis des différentes filières de la fonction publique territoriale ont été démantelés petit à petit et remplacés par des sociétés privées. La filière animation par exemple a mis au chômage les agents de ces services pour conclure des contrats avec une société privée. Le service des ménages des écoles et bâtiments de la ville a été transféré à une société privée ( cela se passait déjà ainsi sous Ségura ) Les contrats des médecins aux différentes spécialités médicales du CMES qui avaient été mises en place sous Abrioux et maintenues sous Gaudron, se sont petit à petit raréfiés sous Ségura et n’ont pas été renouvelés sous Beschizza ! Et désormais le service radiologie à tarif conventionné qui était installé dans les sous-sols du CMES et qui a été fermé va laisser place à l’hôpital privé de l’est Parisien avec ses tarifs conventionnés secteur II !

    Voilà la politique de Beschizza ! De grosses indemnités lui sont versées, mais rien pour des services publics de qualité et en quantité suffisante ! Apparemment ses 8384 électeurs sont contents….. Quid des 86 000 résidents qui ne peuvent plus profiter des services publics pour lesquels ils versent des impôts ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :