Sylvie Billard, mes petites brèves de mai (3/10) 9 mai : Manifestation écologique

C’est un combat légitime, ainsi que celui de l’amélioration de la qualité de l’air qui engendre environ 6 600 décès prématurés par an sur le territoire métropolitain.

Mais je dis non à l’écologie punitive qui maltraite les classes populaires !

Lors du Conseil municipal du 7 avril dernier, j’ai donc voté contre le vœu de moratoire relatif à la zone à faibles émissions (ZFE) de la Métropole du Grand Paris compte tenu de ses conséquences pour les Aulnaysiens (Délibération n° 69), car plus qu’un moratoire nous avons besoin de dénoncer les décisions irresponsables prises sans étude d’impacts dignes de ce nom et de demander un plan d’accompagnement concret des populations les plus impactées économiquement et socialement, coconstruit avec elles.

Le 8 octobre 2018, l’État et 15 métropoles, dont celle du Grand Paris, se sont engagés à développer d’ici fin 2020 des ZFE. « Son principe : encourager la circulation des véhicules les plus propres. Pour circuler dans une ZFE, la vignette Crit’Air doit être apposée au parebrise. Elle permet de distinguer les véhicules en fonction de leur niveau d’émissions de polluants atmosphériques. Les plus polluants et les “non classés” ne pourront pas rouler dans la ZFE sur certaines plages horaires. La mise en place de la ZFE s’accompagne de dispositifs d’aides au renouvellement des véhicules qui cumulés peuvent aller jusqu’à 19 000 euros pour l’achat d’un véhicule propre neuf, et jusqu’à 12 000 euros pour l’achat d’un véhicule propre d’occasion».

Notre ZFE – qui rassemble 79 communes de la Métropole soit 5,61 millions d’habitants – aboutira à une interdiction progressive de circuler en semaine et en journée à l’intérieur du périmètre défini par l’A86 à compter de :

  • juin 2021, pour les véhicules badgés Crit’Air 4,
  • juillet 2022, pour les Crit’Air 3,
  • 2024, pour les Crit’Air 2,

=>  2030 : objectif de 100 % de véhicules propres.

Or, à Aulnay 24 980 véhicules particuliers sont classés Crit’Air 2, 3, 4, 5 soit 78 % du parc. La moitié des 15 à 64 ans (54 676 personnes) sera privée de véhicule, alors que l’on sait que l’accès à l’emploi dépend pour partie de la possibilité de se déplacer qui est déjà inférieure à Aulnay-sous-Bois au taux régional.

Comme l’écrivain Édouard Louis l’explique, «  la politique c’est la mort  » pour les classes populaires. Exemple : 5 € d’APL en moins pour les classes dites supérieures non concernées cela ne représente rien. Mais pour les classes populaires, cela représente plusieurs repas en moins pour des personnes qui ont déjà des difficultés à s’alimenter correctement.

Cette décision de ZFE – prise dans le cadre d’un calendrier de mise en œuvre irréaliste par des gens pour qui cela ne représente pas grand-chose et sans véritable étude d’impacts – est irresponsable dans le contexte de pauvreté de la Seine Saint-Denis décuplée par la crise sanitaire qui l’année dernière a fait craindre des émeutes de la faim.

Plus qu’un moratoire – certes nécessaire – demandons à Denis CAHENZLI – notre représentant à la MGP – de définir d’urgence un dispositif opérationnel et renforcé d’accompagnement des populations les plus impactées économiquement et socialement, coconstruit avec elles.

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les Aulnaysien.ne.s

Votre.elue.citoyenne@gmail.com

Publié le 21 mai 2021, dans A vous la parole, Environnement, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :