Pour Oussouf Siby, la vidéo-surveillance à Aulnay-sous-Bois n’est pas efficace

En novembre et décembre la majorité municipale a fait le bilan de sa politique sécuritaire, depuis 2014 dans les conseils de quartiers. Mais n’a pas jugé utile de convier la police nationale.

À l’occasion de ces réunions plusieurs sujets furent abordés, notamment la vidéo-verbalisation, la vidéosurveillance, les effectifs de police et la place accordée à la prévention. Notons que ces sujets n’ont pas fait l’objet de réponses concrètes et vous serez pourquoi dans cet article.

  • Combien d’affaires fût élucidées grâce à l’utilisation des caméras suite à un dépôt de plainte !? Pas de chiffres transmis! C’est bien dommage !
  • Pourquoi dans la même rue certaines personnes sont verbalisés et d’autres non !? Pas de réponses ! Euh si c’est un choix politique ! Intéressant il y a ceux qui ont un totems d’immunité et les autres…
  • Quelles évolutions en nombre d’agents de la police nationale depuis la constitution d’une super police municipale à Aulnay!?  « Onà pas les chiffres ».  La Cour des comptes a indiqué l’année dernière dans un rapport que les villes comme Aulnay dotée d’une police municipale importante avaient moins de renforts de policiers nationaux. Ce qui est une aberration totale car la police municipale n’a pas les mêmes missions que la police nationale.
  • Le budget global de la sécurité à Aulnay en intégrant tous les salaires (80 agents de la PM PM +24 opérateurs vidéos), l’équipement et l’armement des policiers municipaux, construction du centre de supervision urbain et des charges courantes, coût d’une caméra (achat, pose et ingénierie) ainsi que l’entretien courant. « Les chiffres sont publics « . Ils ne veulent pas les donner car c’est plusieurs millions d’euros. On y reviendra.
  • Pourquoi aucune référence à la prévention spécialisée ni des médiateurs dans la présentation du bilan?! Un oubli? Non c’est juste que c’est un détail pour eux.

Vous trouverez dans cet article un éclairage et quelques éléments de réponses grâce à Guillaume Gormand, enseignant chercheur qui a mené une enquête fournie dans laquelle il a évalué des systèmes de vidéosurveillance de quatre communes de tailles différentes de la métropole grenobloise, en lien avec des gendarmes de l’Isère.
L’enjeu n’est pas de rentrer dans un débat stérile entre ceux qui sont POUR la vidéosurveillance et ceux qui sont CONTRE. Mais dépassionner le sujet avec des éléments factuels et sortir de l’idéologie.
Pour exemple sur 1 939 cas étudiés, 22 enquêtes élucidées ont bénéficié du concours d’images de caméras, soit 1,1 % des cas du panel. Pourquoi ? Les réponses c’est par ici.

Source : Oussouf Siby, conseiller municipal d’opposition à Aulnay-sous-Bois

Publié le 29 décembre 2021, dans Politique, Sécurité, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :