Archives du blog

67% d’abstention à Aulnay, une élection sans électeurs !

Réflexions et article rédigé par Catherine Medioni le 21 mars 2020, seule responsable des propos tenus et assumés.

67% d’abstention à Aulnay, une élection sans électeurs !

Les 67 % d’abstention, un record sur notre ville, devrait d’office invalider ce 1er tour des municipales 2020 à Aulnay sous Bois!

Indépendamment des irrégularités et autres bizarreries constatées et dénoncées par deux recours au tribunal administratif ainsi que par des électeurs Aulnaysiens lambdas sur les blogs locaux et dans les échanges interpersonnels via le téléphone, les mails et autres SMS imposés par le confinement, avant et pendant le scrutin par le maire et ses soutiens pour garantir son élection, les scores affichés sont contraires à toute démocratie : seulement 8384 votes pour le maire sortant quand la ville affiche 86 000 habitants indique factuellement et matériellement que nous ne sommes plus que dans un simulacre de démocratie, remettant totalement en cause la sincérité du scrutin !

La  » victoire  » apparente de Beschizza est donc loin d’être un triomphe…. Elle est même le symptôme alarmant d’une démocratie à l’agonie ! Faut-il rappeler à tous ceux qui préfèrent ne rien voir, ne rien entendre ni ne rien dire, et qui de ce fait alimente la déconfiture de notre démocratie et s’en rendent même complices, que ce maire coucou parachuté est davantage :

— le fossoyeur des libertés citoyennes : 9 procès-baillons perdus et donc autant de dénonciations calomnieuses , avec encore 8 procès à venir payés avec nos impôts ! Ces attaques judiciaires abusives visent à semer la terreur parmi les victimes qui n’ont pas les moyens financiers d’assurer leur défense, et à les assigner au silence par la peur et des mesures de rétorsion, alors qu’elles n’ont fait que d’user du droit d’expression citoyen et d’exercer leur citoyenneté dans l’espace publique !

— le chantre de l’autoritarisme exacerbé : pressions, menaces, intimidations, méthodes musclées, attaques judiciaires font parti de son ADN !

le promoteur zélé d’un impérialisme rétrograde : décisions unilatérales, refus d’audiences, absence d’écoute des administrés, simulacre de consultation citoyenne etc…

— l’acteur d’un système féodal où en échange des services et cadeaux rendus, ( par exemple, un emploi en mairie, un marché public, des rémunérations injustifiées ou hors norme à des collaborateurs, des avantages matériels ou des dons en numéraires à certaines associations quand d’autres sont en sont écartées, etc… ) Les bénéficiaires de tous ces  » octrois » ont le devoir  » moral » ou implicite de soutenir leur  » bienfaiteur  » par leur vote !

Qu’un être humain se sente l’âme assez généreuse et bienveillante pour aider ses proches, les sortir de situations difficiles et les couvrir de cadeaux, cela ne pose aucun problème, bien au contraire, tant que cela se fait avec ses moyens, ressources et deniers personnels ! Par contre, qu’un élu se permette d’utiliser sa position de maire ou d’adjoint et la richesse collective de la ville pour aider ses proches, leur octroyer discrétionnairement un emploi ou un marché public pour lequel ils ne justifient d’aucune des qualités et compétences requises très explicitement définies par les lois ou encore pour favoriser et gratifier ses soutiens électoraux, c’est inadmissible et hors la loi et nous avons le devoir de le dénoncer !

Ce qui est définitivement contraire à la loi et à notre état de droit dans ces pratiques qui relèvent très clairement de la corruption combattue par transparency-France et Anticor, c’est que le maire utilise sa position de pouvoir et d’autorité, ainsi que les ressources matérielles et les finances de la ville abondés par l’ensemble des contribuables, pour favoriser seulement quelques administrés bénéficiaires, au détriment de tous les autres, en échange d’un vote, voire de dessous de tables qui ne profitent qu’au  » bienfaiteur  » qui se livre à la corruption !

Cela se nomme entre autres, discrimination politique, clientélisme, favoritisme, abus de pouvoir, délit d’octroi d’avantages injustifiés, et bien évidemment, c’est totalement proscrit pas les lois !

Cependant qui a le courage de nos jours et sur Aulnay, de mener enfin cette guerre à la corruption qui se répand depuis des années comme la petite vérole sur le bas clergé ?????

De plus en plus d’Aulnaysiens comprennent que les pratiques de certains pour se faire élire par tous les moyens, ne relèvent plus vraiment d’un état de droit, mais d’une république bananière qui n’assume pas son identité et qui de surcroît n’est pas vraiment contrôlée, en dépit des instances mises en place pour le faire !

Malheureusement le problème de la corruption à Aulnay ne date pas d’aujourd’hui, puisque déjà en 1962 dans le journal l’écho d’Aulnay, Pierre Abrioux , le premier adjoint modéré et oncle de Jean-Claude démissionne, mettant en cause les marchés passés par la municipalité et affirmant même que la corruption s’était installée à Aulnay !

La création d’un collectif citoyen contrôlant la gestion de notre ville, conformément à l’article 15 de la déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen semble désormais inévitable et indispensable, tant les abus de ceux qui accèdent aux pouvoirs sont légion et rarement retoqués ni condamnés !

 

Réflexions et article rédigé par Catherine Medioni le 21 mars 2020, seule responsable des propos tenus et assumés.

 

%d blogueurs aiment cette page :