Archives du blog

Quelques réflexions autour de la gestion du virus et de l’obligation vaccinale

En tant que simple citoyenne de la société civile, terriblement choquée par l’obligation vaccinale déguisée qui nous a été infligée par Emmanuel Macron dans son allocution du 12 Juillet dernier, je suis totalement dubitative et circonspecte sur le fait que la stratégie vaccinale de masse qui nous est imposée sans aucune discussion ni débat démocratique en amont, soit vraiment la meilleure façon de faire face à cette pandémie qui pourrit la vie de tous depuis 20 mois maintenant et dont on ignore totalement si nous en sortirons vraiment un jour….

Comme on dit, la ligne d’horizon recule au fur et à mesure où nous avançons !

Dans un contexte d’informations pléthoriques, contradictoires, parfois rassurantes, parfois terrifiantes et où nous avons entendu les mêmes locuteurs dire tout et son contraire, où la communauté scientifique ne semble pas être d’accord sur les stratégies de soins recommandées par l’ARS, l’OMS, et l’ANSM, les citoyens lambdas que nous sommes ne savent plus qui croire, en qui ils peuvent avoir confiance et en qui ils « devraient  » remettre leur pouvoir de décision quant à l’utilité ou la nécessité de cette vaccination !

La France d’en bas ( et je m’inclue dedans ) constate que dans le pays des droits de l’homme la censure n’a jamais été aussi active, brutale et violente et parallèlement, ne comprend pas non plus pourquoi soudainement des chercheurs, des scientifiques, des médecins, des neurologues, des virologues qui ont fait leurs preuves d’efficacité tout au long de leur carrière professionnelle, sont aujourd’hui traités de fous, de complotistes, poussés à la démission, voire radiés parce qu’ils osent ne pas être d’accord avec la ligne sanitaire de notre gouvernement !

Est-ce imaginable et concevable dans le pays du droit d’expression ? Nos dirigeants ont-ils vraiment le droit de s’octroyer la main mise sur tout ce qui concerne les soins et la santé qui s’applique au peuple ? Ce dernier n’a-t-il pas son mot à dire sur les actes médicaux qu’on entend lui imposer de gré ou de force ? Pourquoi nos dirigeants actuels cherchent-ils donc à mettre sournoisement fin à la liberté de prescription des médecins et par voie de conséquence au droit pour chaque membre du peuple de choisir par qui et comment il veut être soigné ?

Ces mesures gravement liberticides et attentatoire au libre arbitre de chacun ne présume strictement rien de bon !

Pour les citoyens de la société civile qui subissent des mesures très coercitives visant à les pousser à se faire vacciner alors qu’ils y sont réticents, ces constats énoncés ci-dessus leur apparaissent très suspects et alimentent forcément ce que d’aucun nomme les théories du complot. Dans une société réellement démocratique et transparente, chacun devrait pouvoir s’y exprimer sans peur ni crainte d’être jugé ou étiqueté, ni taxé de qualificatifs visant à les ridiculiser, à les décrédibiliser ou à les faire passer pour des demeurés et cinglés qu’ils ne sont assurément pas !

Je suis sidérée par l’intolérance qui transpire des vaccinés envers les non encore vaccinés, soupçonnés à tort d’être les propagateurs du virus et de mettre la vie des autres en danger, ce qui là aussi est inexact, puisqu’ils sont bien portants et qu’ils respectent scrupuleusement toutes les mesures barrières, les confinements et les couvre-feus qui leur ont été prescrits par le gouvernement et qui les ont fait incroyablement souffrir sur de très longs mois, impactant négativement leur vie professionnelle, économique, familiale et sociale.

Ce virus, mais également ce gouvernement sont parvenus en moins de deux ans à monter les français les uns contre les autres, à diviser au lieu de rassembler, jusqu’à créer à terme deux sociétés irréconciliables ! J’en suis profondément consternée et inquiète, mais cela risque de nous promettre des heures bien sombres ! Devons-nous nous y résigner ?

Article  rédigé  le  1er Septembre  2021  par  Catherine  Medioni

%d blogueurs aiment cette page :