PCF Aulnay-sous-Bois : Cantines, ce qu’exclure veut dire

cantineLe 24 juin 2015, la délibération N° 28 du Conseil Municipal d’Aulnay-sous-Bois a confirmé la réunion des différents règlements intérieurs à l’usage des familles pour les activités extrascolaires et périscolaires et du règlement applicable aux usagers des restaurants scolaires.

Le règlement pour la restauration scolaire n’appelait pas de changement par rapport aux années précédentes, de ce fait les élus de l’opposition ne se sont pas exprimés contre. C’était sans doute une mauvaise appréciation car les consignes d’application strictes du règlement excluent les enfants dont les parents sont au chômage.

La précédente majorité même si elle avait définit des critères d’accès à la restauration a toujours demandé aux services d’examiner au cas par cas la situation des familles dont les parents sont en recherche d’emploi. Des solutions pour permettre la prise en charges des enfants existaient donc bien.

Encore une fois, la volonté de M.Beschizza et son équipe est de ne pas investir dans l’avenir de notre ville, et de laisser sur le bord du chemin toutes celles et tous ceux qui font peser un poids financier sur le budget de la ville. La solidarité avec les plus démunis n’est pas la priorité de la nouvelle équipe.

Pour un parent au chômage, voir ses enfants refoulés à l’entrée des cantines constitue une humiliation de plus.

Comment les familles Aulnaysiennes vont-elle expliquer à leurs enfants que, d’un seul coup, parce que son père ou sa mère est au chômage, il n’a plus le droit d’aller à la cantine. L’application du nouveau règlement pointe du doigt les familles qui vivent le chômage.

Ces restrictions peuvent avoir des conséquences désastreuses. C’est une manière de « condamner les chômeurs au chômage ». Pourtant être demandeur d’emploi nécessite de nombreux déplacements pour les démarches.

Les élus PCF-Front de Gauche avaient déjà soulevé cette contradiction lors de précédents débats sur la restauration scolaire.

Aujourd’hui, ils réaffirment leur volonté de ne voir aucun enfant exclu de la restauration scolaire à Aulnay-sousBois.

Ils appellent les parents à se mobiliser et à porter en annulation auprès du tribunal administratif de Montreuil le règlement voté le 24 juin2015 et contestable pendant deux mois.

Les élus PCF Front de Gauche au conseil municipal d’Aulnay-sous-bois demande au maire Bruno Beschizza de sursoir à cette mesure d’exclusion pour le respect des familles Aulnaysiennes et dans l’intérêt des enfants fréquentant les établissements publics de la ville.

Source : communiqué PCF d’Aulnay-sous-Bois

Publié le 31 juillet 2015, dans Education, Politique, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 8 Commentaires.

  1. Enfin ! Un réveil républicain sur ce sujet de la part de membres du conseil municipal. Quand aux élus du PS, il semble parti à la cueillette des fraises des bois.
    L’exclusion des enfants de parents séparés, avec gardes alternées par quinzaine, et ayant des besoins différents, relèvent du même cynisme.
    Le « flasball social » est à l’œuvre à Aulnay.

  2. Voyez vous je me sent moins mal. je me pensai devenu tristement émotif.on s’amollit en vieillissant.
    Et personne dans les élus ne relevant cette abjection.
    S’en prendre à des enfants est d’une facilité.
    Donc les familles au chômage, souvent monoparentales désormais, ne sont pas prête de retrouver du travail, vu que le travail se fait attendre sur l’ex site de PSA, on se demande même si il reviendra puisqu’il est question de construire des logements , des logements dans l’axe des avions du Bourget, ouh ouh.
    Mais je digresse, alors il faut allez loin pour postuler paris, et au delà, inter-banlieues, mais rentrer le midi pour le repas.
    Et puis même si on n’a pas d’offre et qu’on est chez soi, croyez vous que pour un loupiot, dans ce genre de dénuement, le repas du midi sera aussi équilibré que le celui de la cuisine centrale ?
    Pourtant ce qu’en ont ramené les miens de leurs primaires c’est que c’est pas le Ritz ct’crèche
    combien coûte en revient un repas ? une réponse ? et combien de gamins de chômeurs ?
    Ne peut on pas vendre les chemins vicinaux de PSA pour s’offrir quelques années de cantine, ah ! non on peut pas , on les a donnés symboliquement.
    on est grand seigneur.
    cet équipe fait dans le lourd au propre comme au figuré.
    le social comme dirait un ou deux épistolaires qui vident leur fiel par ici
    c’est terminé.
    je salut le courage des communistes de mettre les pieds dans le plat.
    je me demande d’ailleurs, quand, tout ces gens qui se font enflés, jusqu’à gratter sur leurs enfants, vont retourner voter.

  3. Combien de places les cantines de la ville offrent-elles ?
    Combien d’élèves sur Aulnay sont-ils potentiellement concernés par la prise de repas à la cantine scolaire ?

    Si l’on trouve plus d’élèves que de places proposées, comment doit s’opérer la nécessaire sélection ?

    PS : les chômeurs sont effectivement contraints d’effectuer de nombreuses démarches. Mais je doute qu’à la pause méridienne, les employeurs éventuels, les agents de Pôle emploi ou d’intérim aillent jusqu’à sacrifier cette pause pour permettre à un chômeur de retrouver du travail…

  4. Jean Louis KARKIDES

    Vision de RV qui a un emploi et qui ne comprend pas que si l’on a un rdv à 14 ou 10 h, si l’on doit faire des recherches, répondre à une intérim au dernier moment, on a besoin de savoir ses enfants pris en charge à midi.
    Et si le problème venait du fait que notre ville s’agrandit mais n’offre pas une place de crèche en plus et n’a pas construit une école depuis belle lurette.

  5. JL, combien d’écoles ont-elles été construites sous administration PS-PCF-EELV au juste ?

    Par ailleurs, la ville s’agrandit assénez-vous, mais les infrastructures ne suivent pas.
    Et vous voudriez encore accueillir Roms et je ne sais qui encore ? Totale inconscience.

    La ville ne peut plus prendre en charge de familles nombreuses, pauvres. Vos incessantes incantations contre le slogan « pas dans mon jardin », quelque chose comme ça, trouvent donc leurs limites et se heurtent au dur mur des réalités.

    Maintenant, le problème de l’agrandissement démographique des villes avec des infrastructures qui ne suivent pas est un problème qui doit se régler à l’échelon national; une mairie, seule, ne peut empêcher des familles nombreuses et pauvres – donc dépendantes de l’assistanat – de continuer à s’installer dans des poches déjà frappées par la pauvreté.

  6.  » Fraternité  » n’est-il pas le 3ème mot de notre devise nationale ? Exclure des enfants de la cantine parce que leurs parents sont au chômage, c’est les marginaliser publiquement et en faire des enfants à part, donc les discriminer, ce qui est interdit par la loi !

    Comme le dit très justement ptitlouis, certains enfants ne bénéficieront peut-être même pas d’un repas équilibré chez eux du fait de la situation parentale ! Les enfants paient malheureusement un lourd tribu à la pauvreté ou à la situation de chômage de leurs parents. Pourquoi les pénaliser davantage en les excluant de la cantine et en les privant des liens amicaux qu’ils peuvent nouer durant la pause méridienne avec leurs camarades ?

    La pénurie de places dans les cantines n’est pas de la responsabilité des citoyens, mais des élus qui ont augmenté la construction de logements sans anticiper les besoins en crèches, établissements scolaires et autres infrastructures publiques. Les impôts locaux versés par tous doivent assurer des services publics à tous ! L’exclusion des services publics sur des critères injustes et discriminants ne peut exonérer nos élus de leur incapacité à anticiper les besoins, et leurs manquements à leurs obligations de garantir un service à tous. Merci au PCF de dénoncer cette situation scandaleuse !

  7. @ aulnaycap

    Nous venons d’inscrire notre enfant pour la cantine scolaire l’année prochaine ; les prix ont explosé en raison du passage du forfait au ticket par repas. Y aurait-il des témoignages en ce sens ?

  8. JEAN LOUIS KARKIDES

    RW, en effet aucune construction d’école ni pendant le début de la dernière mandature municipale, ni après (PS-PC) au moment où les constructions d’immeubles ont été le plus important.
    Et rien de prévu par la nouvelle majorité.
    Mais votre commentaire en demie teinte sur le sujet de l’article ne dit pas si vous soutenez ou non cette décision.
    Allez un peu de courage……
    Les choix budgétaires de dépenses (comme la suppression d’un rond point près du nouveau collège….) ou de cadeaux comme le souligne P’tit Louis montrent qu’avec une volonté politique d’autres choix sont possibles.
    Comme pour l’accueil de roms pour lequel des lignes budgétaires existent au niveau régional.
    Mais ne mélangez pas tout pour faire une soupe à votre goût.
    Le problèmes des roms et des migrants dépasse ceux d’une ville.
    Une autre façon plus humaine qui n’aurait pas fait dégénerer la situation à Aulnay était possible.
    Plusieurs enfants roms ont pu être scolarisés et c’est tant mieux.

Répondre à Jean Louis KARKIDES Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :