Un jeune homme d’Aulnay-sous-Bois sans ticket frappe un policier à Rouen dans le métro

Police_AulnayOn dit parfois que la ville d’Aulnay-sous-Bois a mauvaise presse, et ce n’est pas en lisant Normandie-Actu que cela changera. En effet, un jeune homme domicilié à Aulnay-sous-Bois, apparemment irrité par une panne d’escalator dans le métro de Rouen (il ne doit pas passer par la gare d’Aulnay souvent), a commencé à faire du tapage et à s’en prendre à du mobilier, ce qui a alerté les policiers. Très vite la situation s’est envenimée lorsque les policiers ont tenté d’appréhender l’individu qui n’avait pas réussi à se calmer. Ce dernier parvint à donner un coup de poing à l’un des policiers (blessé à l’arcade sourcilière). Les deux filles qui l’accompagnaient, loin de vouloir apaiser la situation, ont insulté ces mêmes policiers.

Finalement, les 3 personnes ont été placées en garde-à-vue.

Source : Normandie-Actu

Publié le 20 août 2015, dans faits divers, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Metro de Rouen qui n’est qu’un tramway, mais appelé ainsi par les Rouennais

  2. Chaque agent membre des forces de l’ordre reçoit une formation aux techniques d’interpellation, défense; formation perfectionnée au fil de la carrière au rythme de plusieurs par an voire mois pour les unités ayant le plus de probabilité d’aller « au contact ».

    Mais cela reste une formation théorique.

    Les agents peuvent ensuite être confrontés à des individus dont le taux d’alcoolémie, la quantité de stupéfiants ou même la corpulence font qu’ils ne sont pas neutralisables sans casse côté forces de l’ordre.
    Ou encore à des meutes d’individus, fondant sur 2-3 policiers isolés, comme cela se produit, hélas, régulièrement, et sans que l’équipage ne puisse riposter (plus de grenades de désencerclement, et les flashballs sur la sellette).
    Et ce n’est pas une petite télésco ou même une lacrymo qui dissuaderont des individus violents, animés par la haine du « bleu », de les tabasser.

    Sans oublier d’autres considérations, comme des dirigeants politiques qui réduisent les budgets correspondant à une formation adaptée aux missions (qu’il s’agisse de séances de tir, de techniques d’interpellation ou du maniement de la télésco), provoquent des cures d’amaigrissement dans les effectifs, contraignant les équipages à mener des patrouilles réduites.

    Ou encore la hantise de la bavure ou la peur de passer pour un raciste, qui tétanise l’agent et l’empêche de se défendre.

    Bref, prompt rétablissement à ce policier rouennais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :