Publicités

Venue de Bernard Cazeneuve en Seine-Saint-Denis : un déplacement pour rien selon Bruno Beschizza

Beschizza_Europa_CityAprès les crimes perpétrés à Aubervilliers envers la communauté d’origine asiatique, après les plaintes des maires mais aussi des représentants de policiers sur les manques d’effectifs, il était normal que le Ministre de l’Intérieur se déplace afin d’apporter des réponses concrètes aux inquiétudes légitimes de nos compatriotes.

Las, la grande messe à la Préfecture de Bobigny a tourné au vaudeville. Au lieu de propositions fortes et d’annonces concrètes, les élus de Seine-Saint-Denis n’ont eu droit qu’à un discours politique partisan mêlant auto-satisfaction et attaques envers l’opposition républicaine. 

A écouter le Ministre, en Seine-Saint-Denis, ce serait le meilleur des mondes tant les plans et dispositifs sont nombreux (plan Tourisme, ZSP, plan stup’, BAC 2016, etc). Malheureusement, la réalité rattrape bien souvent les propos d’un ministre en campagne. 

Pour les effectifs, le Ministre admet le déficit en nombre de policiers a contrario des annonces faites précédemment. Il promet un rattrapage mais dans les deux cas ne donne pas de nombre. Alors que près de 300 policiers aguerris sont partis au 1er septembre, par qui vont-ils être remplacés en octobre ? Là encore, le Ministre ne dit rien et c’est l’opacité complète sur les critères du nouveau dispositif d’attribution des effectifs dit « EFA ». 

Au final, à Aulnay, le résultat en tout cas c’est 35 gardiens de la paix en moins et une police municipale qui trop souvent doit se substituer à la police nationale avec 13.236 appels téléphoniques (+ 20% en 1 an), 17.859 mains courantes (+13% en 1 an). 1500 mises à disposition (+39% en an) et le chiffre de 25.110 interventions en 1 an, soit 1 toutes les 21 minutes.

Comme une marque de mépris supplémentaire, le Ministre de l’Intérieur est reparti en catimini, sans prendre le temps de discuter avec les élus locaux qui avaient le déplacement. Au lieu de pouvoir avoir un échange constructif – par exemple sur la demande exprimé par des élus locaux de travailler plus efficacement avec le Ministère de l’Intérieur pour éviter de mettre dans des écoles, des collèges et lycées des individus fichés S connus comme dangereux par les services de renseignement mais jamais condamnés – avec le gouvernement, les élus ont été priés d’être une boite d’enregistrement des promesses floues du ministre… Qui n’engageront comme d’habitude sûrement pas son successeur. 

Source : communiqué de Bruno Beschizza envoyé à la rédaction

Publicités

Publié le 13 septembre 2016, dans Politique, Sécurité, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Et combien de policiers son mentor Sarkozy a-t-il fait détruire entre 2007 et 2012 – on peut même inclure la période au cours de laquelle Sarko était à l’Intérieur ?

  2. Les termes de son communiqué peuvent être analysés au regard de son action locale :
    « discours politique partisan mêlant auto-satisfaction et attaques », « opacité », « mépris supplémentaire », « Au lieu de pouvoir avoir un échange constructif », « boite d’enregistrement des promesses floues ».

    « Un déplacement pour rien » en Seine Saint Denis coûte moins cher aux contribuables que d’envoyer une délégation au Canada.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :