Quels dépôts de plainte justifient la perquisition musclée dans le pavillon de Un toit pour elles ?

Quelques photos des activités joyeuses, utiles et conviviales de  UTPE

Atelier de Self défense offert par Djihène le 8 mars 2021 aux femmes UTPE

 

Bien des questions demeurent et se posent….

Que reproche-t-on au juste à l’association « un toit pour elles » pour qu’elle se soit retrouvée sans égards ni préavis l’objet d’une intrusion intempestive et musclée dans le pavillon qu’elle loue depuis plusieurs mois à un propriétaire qui leur a spontanément proposé, afin de pouvoir héberger les femmes et leurs enfants qui n’ont plus de logement ?

Quels délits aurait-elle supposément commis pour que la municipalité déploie un dispositif aussi disproportionné, terrorisant les pensionnaires sommées de justifier leur identité au lendemain de la perquisition comme si elles étaient des délinquantes soupçonnées d’être en situation irrégulière dans notre pays ?

Cette traque ordonnée et organisée par la municipalité avec le concours ou la complicité de la police municipale et non point de la police nationale, sur des motifs donnés à postériori qui apparaissent pour le moins nébuleux et contradictoires est-elle conforme au respect des droits de l’homme ?

Quelles entités supposément « lésées » auraient déposé plainte à l’encontre de cette association dont les objectifs et les activités ont toujours été clairs et communiqués régulièrement au grand jour, à la fois sur leur site, sur leur compte Facebook et dans les articles publiés sur les blogs ?

Les plaignants qui ont déclaré que le pavillon était un « squat » ont-ils fourni des preuves irréfutables de leurs dénonciations calomnieuses ? Quelles bénéficiaires hébergées en ce lieu auraient déclaré en mairie que ce pavillon loué était insalubre ?

Car il ne suffit pas d’user d’un droit de réponse à postériori à l’émoi provoqué par cette intrusion forcenée sans qu’à aucun moment le président de l’association n’ait été préalablement contacté pour donner à minima son accord à la vérification du bien fondé ou du caractère calomnieux et malveillant de ces plaintes pour qu’elles soient conformes aux procédures en vigueur !

Pour la société civile choquée par la manière déloyale de procéder, cette perquisition est ressentie comme un excès de pouvoir et de prérogatives fonctionnelles. Elle réalise soudainement que sur la seule foi de dénonciations calomnieuses proférées par des riverains malintentionnés et non fraternels, elle peut voir la police municipale débarquer chez elle et forcer le pas de porte pour filmer et prendre des photos de votre espace intime et privé !

Est-il admissible et concevable que dans le pays dit des droits de l’homme, la vie privée et la dignité des humains soit ainsi violentée et déballée sur la place publique, sur les seuls dires d’individus qui ne veulent pas de cette association à proximité de leur pavillon ?

Qui a pris la responsabilité d’effectuer cette intrusion et sur quels faisceaux de preuves irréfutables, étayées et vérifiées ? Un juge ? Un officier de police judiciaire ? Ou simplement une équipe municipale qui poursuit sa politique de chasse aux pauvres et aux vulnérables à Aulnay sous Bois ?

La municipalité doit rendre des comptes et justifier les accusations portées à l’encontre de « un toit pour elles » !

Article rédigé le 14 mars 2021 par Catherine Medioni

 

Publié le 14 mars 2021, dans A vous la parole, Associations, Solidarité, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Que leur reproche t’on ?

    D’avoir le soutien d’AEC et de leur vitrine Monaulnay.
    Tout simplement. Pas de cocos chez nous ? 🦅

  2. J’espère que vous avez un bon avocat madame, préparez votre valise….

  3. Oui tous nos ennemis seront réduits à néant tel un misérable insecte écrasé sous les bottes dun grenadier de la garde impériale.

  4. @ RF | 14 mars 2021 à 15 h 00 min
    @ Capelle | 14 mars 2021 à 15 h 10 min

    Des menaces publiques sans décliner vos véritables identités ?

    Pour qui vous prenez-vous minables trolls qui faites dans la provocation scandaleuse ?

    Je n’ai pas à préparer mes valises car je suis chez moi à Aulnay sous Bois et ce n’est certainement pas le maire-coucou Bruno Beschizza parachuté en 2013 et ses apparatchiks qui vont m’en déloger si je ne l’ai pas décidé moi-même ! Et il en va de même pour tous les administrés qui résident à Aulnay et veulent y rester, n’en déplaise à tous ces nababs Aulnaysiens abominablement égoïstes qui représentent moins de 10 % de la population et qui voudraient éradiquer les 90% restant en demeurant dans leur entre-soi friqué, dégénéré et puant !

    Je n’ai pas besoin non plus d’un bon avocat puisque je n’ai rien à me reprocher et que j’use de la jouissance de mes droits légitimes conférés par la déclaration universelle des droits de l’homme. Je vous informe que Beschizza ferait bien d’arrêter d’entraver la liberté d’expression et d’opinion par des procès baillons payés avec l’argent de tous les aulnaysiens en instrumentalisant la justice qui à plus grave à régler que les problèmes d’égo chatouilleux et surdimensionnés du maire ! Il a d’ailleurs pour l’heure perdu tous ses procès, dont celui qu’il m’a intenté et pour lequel j’ai assuré moi-même, avec succès, ma défense et ma plaidoirie !

    [NDLR : partie modérée, cela peut nous valoir un procès] incarnée par Beschizza n’a ni le droit ni le pouvoir d’en déloger ceux qui veulent y résider et qui ne partagent pas ses thèses politiques [NDLR : partie modérée car cela peut nous valoir un procès].

    Les Aulnaysiens et la société civile ont pris solennellement acte que Bruno Beschizza et son électorat limité à 8384 électeurs sur plus d’e 86 000 habitants, pratiquait [NDLR : partie modérée car cela peut nous valoir un procès] pour précarité sociale et que cela était totalement contraire aux droits humains et citoyens, ainsi qu’à tout devoir de fraternité et de solidarité envers nos frères humains !

    La perquisition abusive du domicile privé de l’association  » un toit pour elles « , les accusations calomnieuses dont elle fait l’objet et la pression insupportable exercée sur ses protégées pour la faire partir d’Aulnay sous n’importe quel fait supposément et fallacieusement délictueux, en est la preuve la plus flagrante et factuelle dont ils devront répondre !

Répondre à Blanchet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :