Publicités

Archives du blog

Audience concernant l’affaire Emmaüs Habitat à Aulnay-sous-Bois, Mohammed Maatoug risque la prison pour son comportement

Une audience de 6 heures a eu lieu hier à la Cour d’Appel de Paris pour entendre des employés d’Emmaüs Habitat, qui se disent victimes d’harcèlement moral et violences psychologiques déposées par des salariés d’Emmaüs Habitat à l’encontre de la part de Mohammed Maatoug, activiste contre le mal logement à la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois.

Mohammed Maatoug, avait été condamné le 12 janvier 2018 par le Tribunal Correctionnel de Bobigny à un an d’emprisonnement avec sursis et mise à l’épreuve deux ans pour ces mêmes faits. Cette condamnation était assortie d’une interdiction pour M. Maatoug de se rendre à la Cité de l’Europe, levée en juin 2019. Lors de cette audience, le procureur n’est pas allé dans la demi-mesure, puisque en raison de  l’attitude de M. Maatoug, il a requis une aggravation de la peine initiale, demandant 24 mois de détention dont 6 mois avec sursis.

Le verdict sera connu le 13 novembre 2019. Le tribunal semble avoir été sensible au témoignage de deux employés d’Emmaüs Habitat, apparemment en grande souffrance et victime de violence morale, selon un porte parole du bailleur. Selon ce dernier, le climat de violence engendré et entretenu par M. Maatoug devenait insoutenable. M Maatoug aurait envoyé des emails très virulents, parfois à la limite de la menace, afin de mettre en cause le professionnalisme de certains employés du bailleur. Selon nos contacts au sein d’Emmaüs Habitat, le climat de violence engendré et entretenu par M. Maatoug devenait insoutenable. 

Claire Lanly, Directrice Générale d’Emmaüs Habitat venue à l’audience soutenir ses salariés a déclaré : « Nos collaborateurs ont subi pendant des mois des pressions et des violences extrêmement traumatisantes. Les salariés d’Emmaüs Habitat sont des personnes de conviction, aux grandes qualités humaines, qui s’impliquent chaque jour sur le terrain pour que la vie soit meilleure au sein de la Cité de l’Europe. La violence et les intimidations ne sauraient faire la loi au sein de la Cité ».  Les cadres d’Emmaüs Habitat sont souvent pris à partie : la Directrice générale d’Emmaüs Habitat, a ainsi subi une agression physique (enfarinage) lors d’une réunion publique en mars dernier. Sans en être lui-même l’auteur, M. Maatoug avait assumé ce geste dans les colonnes du journal Le Parisien. 

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :