Archives du blog

Une locataire d’Emmaüs Habitat à Aulnay-sous-Bois apporte son soutien au bailleur

Locataire d’Emmaüs Habitat, depuis plusieurs années dans la cité de l’Europe, je tenais à réagir aux propos de Monsieur MAATOUG que je ne partage pas.

Écrire que les valeurs d’Emmaüs Habitat sont proche du Rassemblement National est indigne.

Emmaüs Habitat est un bailleur respectable et à l’écoute des habitants.

Source : SAMIA

Harcèlement moral à Aulnay-sous-Bois : Mohammed Maatoug de nouveau condamné en appel à un an de prison

Mohammed Maatoug a de nouveau été condamné ce matin pour harcèlement moral, par la Cour d’Appel de Paris,  à 1 an de prison dont 6 mois ferme, assorti d’une interdiction de paraître à la Cité de l’Europe et au siège d’Emmaüs Habitat. 
Veuillez trouver ci-dessous le communiqué de presse d’Emmaüs Habitat :
La Cour d’appel de Paris a condamné Mohammed Maatoug à un an de prison dont six mois ferme et d’une interdiction de paraître à la Cité de l’Europe et au siège d’Emmaüs Habitat, pour harcèlement moral envers deux collaborateurs d’Emmaüs Habitat et envois réitérés de messages malveillants.

Après avoir été condamné par le Tribunal correctionnel de Bobigny en janvier 2018,Mohammed Maatoug était de nouveau jugé pour avoir harcelé, injurié, menacé et exercé des violences psychologiques répétées ayant entraîné 60 jours d’ITT pour deux salariés du bailleur social Emmaüs Habitat. Au vu des témoignages et des preuves apportées, la Cour d’appel de Paris a de nouveau reconnu Mohammed Maatoug coupable de harcèlement moral et l’a de surcroît condamné pour envois réitérés de messages malveillants. Mohammed Maatoug a été condamné à un an d’emprisonnement dont six mois ferme sans possibilité d’aménagement, ainsi que d’une interdiction de paraître tant à la Cité de l’Europe qu’au siège d’Emmaüs Habitat à Villepinte. M. Maatoug a également été interdit d’approcher le collaborateur et la collaboratrice harcelés et a été condamné à leur verser 2000€ de dommages et intérêts chacun.

Claire Lanly, Directrice Générale d’Emmaüs Habitat a déclaré : « La nouvelle condamnation de Mohammed Maatoug permet de mettre à nouveau en lumière ses agissements inacceptables. Nos collaborateurs, à tous niveaux de la hiérarchie, sur le terrain comme en Direction territoriale ou au siège mais également nos prestataires, ont subi pendant des mois des pressions et des violences extrêmement traumatisantes dans leur action au quotidien. Cette décision nous apporte la sérénité nécessaire pour poursuivre notre action au quotidien auprès des habitants et travailler pour l’avenir de la Cité de l’Europe ».

« Emmaüs Habitat est un bailleur social engagé depuis toujours auprès des plus défavorisés, ajoute Delphine Depaix, Directrice des politiques sociales urbaines. Nos collaborateurs sont des personnes de conviction, aux grandes qualités humaines, qui s’impliquent chaque jour pour que la vie soit meilleure au sein de la Cité de l’Europe comme dans toutes les résidences d’Emmaüs Habitat. La justice nous confirme que la violence et les pressions ne sauraient entraver leur action au service de l’intérêt collectif ».

Cette affaire, relayée à maintes reprises dans la presse et sur les réseaux sociaux a pu nuire injustement à l’image d’Emmaüs Habitat. La justice, par ce jugement, confirme la posture malveillante de Mohammed Maatoug à l’égard d’Emmaüs Habitat et l’acharnement exercécontre ses salariés.Emmaüs Habitat salue également la décision de la Cour d’appel de Paris d’interdire à nouveau à Mohammed Maatoug de se rendre à la Cité de l’Europe pour cesser de harceler son personnel et attend la plus grande rigueur dans l’exécution de cette injonction.

DROIT DE REPONSE DE MR MAATOUG.

La rédaction d’AULNAY CAP se dégage de toutes responsabilités.

Propos publiés sous la seule responsabilité de Mr Maatoug.

J’ai l’intime conviction qu’Emmaüs habitat à instrumentaliser la justice pour discréditer notre combat contre le mal logement.

Aujourd’hui, je suis condamné, parce que j’ai crié qu’Emmaüs habitat est un marchand de sommeil.

Je l’assume et je le redis : Oui Emmaüs habitat est un marchand de sommeil à mes yeux.

Pour le vérifier, il suffit de faire un tour sur leurs patrimoines, on pourra constater dans quelles conditions sont traités les habitants, et c’est une forme de mépris.

Je pense que les valeurs d’Emmaüs Habitat sont très proches du rassemblement national.

Ce dossier est basé sur un tissu de mensonges.

Expliquez-moi :

Comment peut on faire 127 jours d’ITT ?

Combien d’ITT, les habitants pourraient faire au quotidien ? Avec des problèmes de chauffage ? De rats ? De punaises ? d’ascenseur ?

Pour finir, nous avons le sentiment qu’Emmaüs habitat exploite et profite de ses locataires pour faire du business sur la misère humaine.

Pour preuve, le conseil d’administration, à récemment voté une augmentation de loyers.

Cette décision de justice, ne m’affecte en rien.

Je suis toujours aussi déterminé à faire valoir les droits des oubliés.

La rédaction d’AULNAY CAP se dégage de toutes responsabilités.

Propos publiés sous la seule responsabilité de Mr Maatoug.

————————- Droit de réponse du bailleur Emmaüs Habitat suite aux propos de M. Maatoug ———————————-

Emmaüs Habitat souhaite préciser deux éléments : 

1) Ce n’est pas le bailleur social qui a initié les poursuites pénales à l’encontre de M. Maatoug, mais le Procureur de la République, suite aux plaintes déposées par ses victimes.

2)  C’est M. Maatoug qui a fait appel de sa première condamnation par le Tribunal Correctionnel de Bobigny. Au vu de la gravité des faits, les juges de la Cour d’Appel de Paris ont confirmé la condamnation de M. Maatoug.

Audience concernant l’affaire Emmaüs Habitat à Aulnay-sous-Bois, Mohammed Maatoug risque la prison pour son comportement

Une audience de 6 heures a eu lieu hier à la Cour d’Appel de Paris pour entendre des employés d’Emmaüs Habitat, qui se disent victimes d’harcèlement moral et violences psychologiques déposées par des salariés d’Emmaüs Habitat à l’encontre de la part de Mohammed Maatoug, activiste contre le mal logement à la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois.

Mohammed Maatoug, avait été condamné le 12 janvier 2018 par le Tribunal Correctionnel de Bobigny à un an d’emprisonnement avec sursis et mise à l’épreuve deux ans pour ces mêmes faits. Cette condamnation était assortie d’une interdiction pour M. Maatoug de se rendre à la Cité de l’Europe, levée en juin 2019. Lors de cette audience, le procureur n’est pas allé dans la demi-mesure, puisque en raison de  l’attitude de M. Maatoug, il a requis une aggravation de la peine initiale, demandant 24 mois de détention dont 6 mois avec sursis.

Le verdict sera connu le 13 novembre 2019. Le tribunal semble avoir été sensible au témoignage de deux employés d’Emmaüs Habitat, apparemment en grande souffrance et victime de violence morale, selon un porte parole du bailleur. Selon ce dernier, le climat de violence engendré et entretenu par M. Maatoug devenait insoutenable. M Maatoug aurait envoyé des emails très virulents, parfois à la limite de la menace, afin de mettre en cause le professionnalisme de certains employés du bailleur. Selon nos contacts au sein d’Emmaüs Habitat, le climat de violence engendré et entretenu par M. Maatoug devenait insoutenable. 

Claire Lanly, Directrice Générale d’Emmaüs Habitat venue à l’audience soutenir ses salariés a déclaré : « Nos collaborateurs ont subi pendant des mois des pressions et des violences extrêmement traumatisantes. Les salariés d’Emmaüs Habitat sont des personnes de conviction, aux grandes qualités humaines, qui s’impliquent chaque jour sur le terrain pour que la vie soit meilleure au sein de la Cité de l’Europe. La violence et les intimidations ne sauraient faire la loi au sein de la Cité ».  Les cadres d’Emmaüs Habitat sont souvent pris à partie : la Directrice générale d’Emmaüs Habitat, a ainsi subi une agression physique (enfarinage) lors d’une réunion publique en mars dernier. Sans en être lui-même l’auteur, M. Maatoug avait assumé ce geste dans les colonnes du journal Le Parisien. 

Claire Lanly, la directrice générale d’Emmaüs Habitat enfarinée à Aulnay-sous-Bois

Une réunion sur l’avenir de ce quartier de 800 logements géré par Emmaüs-Habitat a dégénéré.

Claire Lanly, la directrice générale, a déposé plainte. Le dialogue avec les locataires est suspendu.

Son air hagard, son visage et sa veste blanchis, immortalisés par plusieurs smartphones, ont fait le tour d’Aulnay-sous-Bois. Enfarinée la semaine dernière lors d’une rencontre sur la rénovation urbaine à la cité de l’Europe, Claire Lanly, directrice générale d’Emmaüs-Habitat, vient de déposer plainte.

Et une réunion publique de concertation sur l’avenir de ce quartier HLM de 800 logements, programmée le 9 avril, a été reportée sine die par la municipalité.

Une réunion publique de concertation reportée

Contactée, une porte-parole d’Emmaüs-Habitat confirme l’incident. Elle précise que l’objectif de cette rencontre, à l’initiative de la ville, « était de réunir les principaux partenaires du quartier (NDLR : régie, associations, amicales…) afin de préparer la réunion publique de concertation du 9 avril avec l’ensemble des habitants ».

Parmi les points présentés par le bailleur : « Les enjeux urbains de la cité et les pistes de réflexion à l’étude dans le contexte de l’arrivée prochaine de la gare du Grand Paris Express. »

Des « personnes très véhémentes »

Mais la soirée a été tendue : « La réunion a été difficile à mener compte tenu de la présence de personnes très véhémentes qui ont tenté dès le début d’empêcher son bon déroulement », poursuit cette porte-parole, qui précise que la rencontre « s’est clôturée brutalement ».

Et de conclure en déplorant « qu’une fois de plus, un groupe de personnes vienne perturber la concertation permettant d’avancer sur des projets pourtant très attendus par les locataires. »

Source et article complet : Le Parisien

La ville d’Aulnay-sous-Bois ne veut pas être mêlée aux discussions entre Emmaüs Habitat et les locataires de la cité de l’Europe

L’Etat lance une médiation dans ce quartier pour renouer le dialogue entre Emmaüs-Habitat et les locataires. Pour la ville, le bailleur doit d’abord « améliorer le quotidien des habitants »… et régler ses dettes.

Le dialogue va-t-il être renoué entre les habitants de la cité de l’Europe, à Aulnay-sous-Bois, et le bailleur Emmaüs-Habitat ? Une « médiation » va être lancée dans les prochains jours, sous l’égide des services de l’Etat… mais sans la participation de la municipalité, qui a un certain nombre de griefs à l’encontre du bailleur.

Cette médiation est lancée à la demande de Fadela Benrabia, préfète déléguée à l’égalité des chances en Seine-Saint-Denis, pour tenter « d’apaiser la situation » dans ce quartier de 800 logements. Depuis presque deux ans, un certain nombre de locataires dénoncent une récente réhabilitation « ratée » de la cité : pannes d’ascenseurs, aération défectueuse, prolifération de rats, malfaçons multiples… Seulement le dialogue entre Emmaüs-Habitat et la principale amicale de locataires a vite tourné au dialogue de sourds – le bailleur reprochant ses méthodes à Mohammed Maatoug, référent de l’association. Ce dernier a été condamné à du sursis pour « harcèlement moral » à l’égard de certains salariés du bailleur. S’il a fait appel de ce jugement, Mohammed Maatoug reste interdit de paraître sur la cité. Une décision qui sonne, pour Claire Lanly, la patronne d’Emmaüs-Habitat, comme la « possibilité de restaurer un dialogue constructif », et donc, de lancer la médiation.

Source et article complet : Le Parisien

Vidéo : Plus de 50 locataires de la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois manifestent contre Emmaüs Habitat

Vidéo

La manifestation des locataires de la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois a bien eu lieu devant le siège d’Emmaüs Habitat. Plus de 50 personnes ont été recensées. Pour voir un extrait de la vidéo de cette manifestation, cliquer sur l’image ci-contre.

Le président de l’amicale des locataires de la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois placé en garde à vue

Alors qu’une manifestation est prévue aujourd’hui par les locataires de la cité de l’Europe pour dénoncer les dysfonctionnements notamment au niveau des ascenseurs, le président de l’amicale des locataires, Mohamed Maatoug, a été placé en garde à vue pour intimidation.

Pour Claire Lanly, directrice générale D’Emmaüs Habitat, la manifestation d’aujourd’hui est instrumentalisée et sans fondement. Elle note une augmentation des pannes des ascenseurs et des agressions depuis la création de l’amicale, dont elle souhaite son écartement de la cité.

Les locataires de la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois expriment leur colère à leur façon

emmaus_colere_locataireLa cité de l’Europe, principalement gérée par le bailleur Emmaüs Habitat, est au bord de l’implosion avec les pannes d’ascenseur et la colère des locataires. L’équipe #SeulsLesAulnaysiensPeuventComprendre ont pris une photo montrant l’exaspération des habitants. Si la qualité du français n’est pas au niveau de Bernard Pivot, on peut comprendre avec aisance le message inscrit sur la banderole.

Les pannes d’ascenseur mettent en ébullition la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois

Emmaus_Europe_aulnaySi on ne parle de la cité de l’Europe que pour ses clips de rap violent ou les incivilités en tout genre, les problèmes récurrent de panne d’ascenseur commencent à mettre à rude épreuve les locataires d’Emmaüs Habitat. Le président de l’amicale des locataires, Mohammed Maatoug, a d’ailleurs exprimé son ras-le-bol au journal Le Point, tout en indiquant qu’une manifestation aurait lieu ce mercredi devant les locaux du bailleur. Selon lui, les locataires vont finir par ne plus payer leur loyer et par attaquer le bailleur en justice.

%d blogueurs aiment cette page :