Publicités

Archives du blog

Mohamed Maatoug, condamné pour harcèlement moral, peut de nouveau se battre pour la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois

La justice a levé l’interdiction pour Mohammed Maatoug de paraître à la cité de l’Europe, une décision prononcée lors de son jugement pour harcèlement moral en janvier 2018.

Il ne masque pas sa satisfaction. Mohammed Maatoug, le président de l’amicale des locataires de la cité de l’Europe à Aulnay, va pouvoir à nouveau fréquenter… la cité de l’Europe.

La justice vient de lever l’interdiction pour le trentenaire de paraître dans ce quartier HLM de 800 logements géré par Emmaüs-Habitat. Décision qui avait été prononcée lors de son jugement en janvier 2018.

Il avait été condamné pour harcèlement moral

A l’époque, il avait été condamné à un an de sursis pour harcèlement moral à l’encontre de deux salariés du bailleur Emmaüs-Habitat, assorti d’une interdiction de paraître sur la cité durant deux ans – sachant qu’il n’y habite plus.

L’homme a fait appel de ce jugement, mais la mise à l’épreuve n’a pas été suspendue, jusqu’à cette décision du juge d’application des peines.

« Je vais pouvoir exercer mon rôle de président d’amicale des locataires », se félicite Mohammed Maatoug, brandissant la notification du juge, qui date du 28 mai dernier, mais qui n’a fait l’objet d’aucun appel.

Ses parents habitent le quartier

Le juge a motivé sa décision par la nécessité pour Mohammed Maatoug de rendre visite à ses parents, qui habitent le quartier, ainsi que par souci de cohérence avec son statut de président d’une amicale de défense des locataires du site.

Autre point : les deux employés qui avaient déposé plainte contre Mohammed Maatoug ne travaillent plus à la cité de l’Europe – rendant caduque, selon les conclusions du juge, la décision d’empêcher le représentant de l’amicale de pénétrer sur la cité.

Source, photo et article complet : Le Parisien

Publicités

La cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois infestée par les rats et où les pères et maris ont démissionné

La cité de l’Europe, c’est 800 familles entassées les unes sur les autres et un chômage endémique. Les portes des caves ont été condamnées pour éviter les trafics de drogue et, « du coup, on a des poubelles en permanence dehors, c’est très sale », s’énerve Fatou. « Tôt le matin, quand je pars au travail, vers 4 heures, je vois des rats… », renchérit une autre maman exaspérée. Les poubelles, le manque d’entretien des bâtiments : les habitants se sentent abandonnés, délaissés. Pourtant, ici, c’est la solidarité et le respect qui priment. « Dans notre culture [sénégalaise, malienne…], on écoute les anciens, les mamans. Nos enfants nous respectent, on est les mieux placées pour leur parler, alors on le fait. » Chaque année, le 31 décembre, elles patrouillent de nuit dans la cité par brigades de dix mamans pour éviter que les voitures ne brûlent ! Dans le petit parc, au centre des bâtiments identiques et symétriques, les petits frères et petites sœurs participent au grand nettoyage avec application.

Mais où sont les hommes, les pères, les maris ? « Oh, eux, ils n’aiment pas faire ça, relève une maman, un peu cynique. Ce sont les femmes qui font tout ici. Elles travaillent, élèvent les enfants, nettoient, gardent les petits-enfants, on a la vie dure… » Djénébou est épuisée mais, avec Fatou, sa grande copine, elle prend son balai comme un bâton de pèlerin, pour montrer que la cité ne doit pas seulement remplir la colonne des faits divers, que c’est leur maison, et que les mères peuvent beaucoup, même âgées, fatiguées et parfois malades, à cause de leur métier épuisant. Il est presque 16 heures, elles ont acheté de la viande, des saucisses pour faire un barbecue, avec les jeunes. Où sont-ils d’ailleurs, tous ces jeunes ? « C’était vendredi hier soir, ils sont sortis, ils dorment, ils vont venir vers 17 heures, on va les attendre et partager ce moment avec eux, mettre un peu d’ambiance. » La police n’est pas revenue depuis plusieurs semaines… Une victoire pour ces mamans militantes.

Source et article complet : Paris Match

Les «Femmes capables» apaisent la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois

Vingt bénévoles de cette association ont patrouillé dans la cité de l’Europe durant la nuit de la Saint-Sylvestre pour dissuader les fauteurs de trouble. Cette année, elles vont continuer les actions citoyennes.

La nuit du réveillon a été calme à la cité de l’Europe d’Aulnay-sous-Bois. « Zéro incident », confirme-t-on en mairie – où l’on a comptabilisé, pour toute la commune, un deux-roues et une voiture brûlés – ainsi que trois autres véhicules détruits « par contagion », à la Rose-des-Vents et à Balagny.

Pour la deuxième année consécutive, une vingtaine de membres de l’association des Femmes Capables ont « patrouillé » cité de l’Europe. Dans ce quartier sensible de 800 logements, l’objectif était clair : « Sécuriser » la soirée. Et éviter que quelques excités ne brûlent la voiture du voisin.

«On a été étonnées par le calme ambiant !»

« Nous avons commencé à sortir, vêtues de nos gilets jaunes, vers 20 heures. On a tout de suite été étonnées par le calme ambiant ! » raconte Mariame Gassama, la porte-parole de l’association.

La « mission » a duré jusqu’à « 1 heure ou 2 heures ». « On a fait un repas entre nous vers minuit, avant de ressortir dans la rue. Mais finalement, on est rentrées plus tôt que prévu car… il n’y avait personne dehors », poursuit-elle.

«Pas là pour remplacer la police»

Rien à voir avec certaines Saint-Sylvestre passées. « Des voitures brûlaient régulièrement au réveillon, certains mettaient le bazar… On dirait qu’il y a une prise de conscience des jeunes. C’est peut-être lié à notre action, mais pas seulement », analyse la jeune femme.

Elle précise que les Femmes Capables ne « sont pas là pour remplacer la police », mais pour « impliquer les citoyens dans la vie de leur ville ».

Créée en 2017 à l’initiative de plusieurs habitantes, cette association est désormais un acteur incontournable du quartier. Avec plusieurs projets pour l’année à venir.

Maraude solidaire

« Nous envisageons de réitérer notre maraude solidaire », annonce Mariame Gassama. Ainsi, samedi dernier, les femmes de l’association ont préparé 500 repas, que des bénévoles sont venus chercher dans la cité avant d’aller les redistribuer aux sans-abri parisiens.

Par ailleurs, une « journée propre », c’est-à-dire une vaste opération de nettoyage du quartier par les habitants eux-mêmes, devrait être organisée dans l’année.

Source et article complet : Le Parisien

Une voiture prend feu au niveau du carrefour de l’Europe à Aulnay-sous-Bois

Un lecteur nous informe qu’une voiture a subitement pris feu au niveau du carrefour de l’Europe à Aulnay-sous-Bois, en début de soirée. On ignore les origines du sinistre, mais l’incendie a causé un ralentissement du trafic. Les pompiers sont rapidement intervenus.

Les mamans nettoient la Cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois

L’association des « Femmes capables » a organisé une grande opération nettoyage dans le quartier pour montrer l’exemple. Les enfants leur ont prêté main-forte.

Diaoumba, 7 ans, s’applique à ramasser un tas de feuilles mortes dans l’aire de jeux. « Je veux que ma cité soit propre ! », lance-t-elle. La petite fille est venue aider l’association « Femmes Capables ».

Une quinzaine de mamans de la Cité de l’Europe, à Aulnay-sous-Bois, ont participé, ce dimanche, à une « opération nettoyage ». « Nous voulons montrer à nos enfants que nous comptons sur eux pour prendre soin de notre quartier », confie Oulimata Gassamma, présidente de l’association.

Armés de pinces, râteaux, balais et sacs-poubelles, achetés à leurs frais, femmes et enfants ont ramassé, un à un, les déchets. « Il y en a partout, s’exclame Camara, 60 ans. On sera plus à l’aise ici quand ce sera propre ! » A côté, Mati aide son fils Issa, 5 ans, à ramasser un morceau de maïs sur la pelouse avec sa pince. « Il a un peu de mal, sourit-elle. Mais ça lui apprend à faire attention ! »

Source et article complet : Le Parisien

Invasion de moustiques à la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois

A cause d’une eau stagnante dans le vide-sanitaire de certains immeubles, les halls sont infestés de nuisibles. Le bailleur social a prévu d’étanchéifier les accès pour empêcher les moustiques d’accéder aux bâtiments.

« C’est dommage qu’ils ne payent pas de loyers… Ils sont plus nombreux que les habitants ! » Suivi par une nuée de moustiques alors qu’il s’engouffre dans le hall de la tour 1 de la cité de l’Europe, à Aulnay-sous-Bois, cet habitant préfère en sourire.

Depuis plusieurs mois, les habitants de ce quartier de 800 logements, géré par le bailleur social Emmaüs-Habitat, se plaignentde la présence en masse de ces insectes. La cause : des fuites d’eau dans les sous-sols des immeubles qui auraient créé un véritable « marais » d’eau tiède, où ils prolifèrent !

« Au quotidien, c’est pénible : on se fait piquer dès qu’on pousse la porte du hall, les moustiques montent même dans les appartements. On est attaqué en sortant de la douche, le repas est entrecoupé de chasse aux moustiques…, énumère un locataire. Quand ils viennent, mes neveux et nièces ressortent avec des traces de piqûres sur le visage… C’est inquiétant : on sait que les moustiques peuvent être porteurs de maladies.

Source et article complet : Le Parisien

Une plainte contre le bailleur Emmaüs Habitat à Aulnay-sous-Bois pour « éviter un incendie comme à Aubervilliers »

Selon l’amicale des locataires de la cité de l’Europe, beaucoup d’équipements anti-incendie sont manquants. Emmaüs Habitat assure respecter la loi.

« On veut éviter un drame comme celui d’Aubervilliers, où une mère et ses trois enfants ont péri dans un incendie ! » L’amicale des locataires de la cité de l’Europe a porté plainte auprès du procureur de Bobigny contre le bailleur Emmaüs Habitat, pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Elle reproche au gestionnaire de ces 800 HLM, dont dix tours et sept bâtiments bas, de ne pas respecter la réglementation en matière d’équipements de sécurité contre les incendies.

Dans la plainte que nous avons pu consulter, l’amicale des locataires – dont le président, Mohammed Maatoug, est en conflit avec Emmaüs-Habitat – liste plusieurs points qu’elle estime défectueux si un incendie prenait dans l’un des immeubles.

D’abord, « un grand nombre de points lumineux d’évacuation sont manquants », estime l’amicale. Ces « blocs secours » servent à cheminer dans l’immeuble en cas de fumées. Autre problème : les plans d’évacuation, qui orientent les pompiers lors d’une intervention, « ne sont pas affichés dans les 40 halls des bâtiments ».

Source et article complet : Le Parisien

Aulnay-sous-Bois inaugure sa première aire de street work-out à la cité de l’Europe

Un espace de musculation extérieur est inauguré ce mercredi. Très tendance, cette structure est une première dans la commune.

« C’est propre, ça manquait, ici. Je viens souvent le matin faire quelques tractions, travailler le haut du corps… » Survêtement jaune et noir du club de football de Dortmund sur le dos, cet habitant de la cité de l’Europe, à Aulnay-sous-Bois, n’a pas attendu l’inauguration officielle de l’aire de street work-out, prévue ce mercredi après-midi, pour l’utiliser.

Cet espace gratuit de 10 m sur 7 m, situé du côté de la rue Jacques-Duclos, est le premier du genre dans la commune. Il compte plusieurs agrès – poteaux, barres de traction, espaliers, banc… – dédié à la musculation en extérieur, une pratique en vogue dans les villes. « Le principe, c’est qu’on utilise que le poids de son corps. C’est de l’entraînement de rue », précise un accro. Coût de l’investissement : 24 998 €.

Source, image et article complet : Le Parisien

Le jeune homme poignardé mardi lors d’affrontements entre jeunes à Aulnay-sous-Bois est mort

Le jeune homme poignardé mardi lors d’une rixe entre bandes rivales, a succombé à ses blessures ce jeudi.

Violents affrontements entre 50 jeunes des quartiers de l’Europe et des 3000 à Aulnay-sous-Bois, un blessé grave

Une cinquantaine de jeunes étaient sortis pour en découdre dans la nuit de mardi à mercredi. Les affrontements ont été évités mais plus tard un homme a été retrouvé grièvement blessé de plusieurs coups de couteau.

Mardi soir, à 23 h 30, la police est informée qu’un blessé au couteau a été déposé à l’hôpital de l’Est parisien à Aulnay-sous-Bois. Agé de 23 ans, il présente trois plaies dans le dos. L’une des blessures est plus profonde : la lame a transpercé le poumon. Le jeune homme est dans un état critique et, vers 1 heure du matin, il est transporté vers un hôpital parisien.

La victime est originaire de « Balagny », non loin de la cité de l’Europe. Quelques heures plus tôt, la cité était en pleine ébullition. Dès 21 heures, une cinquantaine de jeunes originaires des 3 000 et du quartier de L’Europe s’étaient donné rendez-vous dans cette cité via Snapchat pour en découdre.

Ils avaient même pris la précaution de plonger tout le quartier dans le noir en sabotant l’éclairage public. Avisées, les forces de l’ordre ont vu débouler des dizaines de jeunes armés de barre de fer et de battes de base-ball.

Un médiateur tente de calmer les esprits

Pressentant de violents affrontements, la police a envoyé de nombreux renforts. « Une quarantaine de véhicules de police quadrillaient le quartier », précise une source proche du dossier.

De plus un médiateur était sur les lieux pour tenter de calmer les esprits. La présence massive des forces de l’ordre et les talents du négociateur ont permis d’éviter les affrontements. « En fin de soirée, nous avons constaté un retour au calme », indique cette même source.

Jusqu’à ce que l’on découvre l’existence de ce blessé déposé aux urgences de l’hôpital dans un état critique… Avait-il participé au rassemblement et comptait-il en découdre ? Son état n’a pas permis aux enquêteurs de l’entendre et d’en savoir davantage.

Les raisons de cette montée de violence semblent en tout cas dérisoires. Selon des premiers témoignages, la cité des 3 000 aurait cherché à se venger du vol de trois vélos par des jeunes de la cité de l’Europe…

La police judiciaire a été chargée de l’enquête.

Source : Le Parisien

%d blogueurs aiment cette page :