Archives du blog

Une mère de famille avait fomenté l’assassinat du père de son enfant pour s’en débarrasser en Seine-Saint-Denis

Illustration

Cette histoire macabre se déroule dans la forêt de Bondy en Seine-Saint-Denis. Une mère de famille sans histoire avait fomenté l’assassinat du père de son enfant pour s’en débarrasser. Pour cela, elle a donné 10 000 € à un tueur à gages pour faire le sale boulot. La soeur et le père de la femme étaient parfaitement au courant du projet.

Le tueur à gages est passé à l’action et a tiré dans l’abdomen de la victime. Celui-ci a survécu mais est devenu paraplégique. La femme, le père et le tueur à gages ont été arrêtés et sont passés au tribunal pour tentative et complicité de tentative de meurtre.

Selon la mère de famille, elle voulait se débarrasser de son compagnon, qui selon elle serait violent, oppresseur et humiliant.

Samir, abattu de plusieurs balles dans la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois

Illustration

On en sait plus sur l’assassinat du jeune homme de 26 à Aulnay-sous-Bois hier. Il s’agit de Samir qui a été tué par balle allée d’Athènes, dans la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois. Il a été atteint par deux tirs aux jambes qui se sont révélés mortels.

A son côté se trouvait Mohamed, âgé de 20 ans. Lui a été touché au cou, mais sa blessure est superficielle. Les deux victimes sont originaires de cette cité.

Les tueurs sont arrivés à bord d’une Citroën C3 noire. L’un des hommes en est sorti, cagoulé, et a fait feu à cinq reprises. La scène a duré à peine deux minutes. Puis les meurtriers ont redémarré et pris la fuite, avant d’abandonner leur véhicule dans la cité des 3000, toujours à Aulnay.

Source : Le Parisien

Une marche blanche en hommage à Aymane, assassiné à 15 ans, ce mercredi

Le Maire de Bondy, Stephen Hervé, a annoncé l’organisation d’une marche blanche en hommage du jeune boxeur Aymane, tué à 15 dans d’espace Nelson Mandela. Le Maire a annoncé que Bondy serait partie civile et portera plainte car l’assassinat a eu lieu dans un bâtiment appartenant à la ville.

Les deux lascars qui ont exécuté cet assassinat ont été placés en détention dans l’attente de leur jugement. L’hommage ce mercredi commencera à 16h devant l’espace Mandela (90 Rue Louis Auguste Blanqui à Bondy) puis se terminera par une marche blanche.

La ville est sous le choc et l’affaire a eu une portée nationale.

Un adolescent de 15 ans tué par balle à Bondy, deux suspects ont pris la fuite en scooter !

Un jeune garçon âgé de 15 ans a été tué par balle vers 18 heures devant le centre Nelson Mandela situé rue Louis-Auguste-Blanqui. Selon les premières informations dont nous disposons, deux suspects en scooter lui ont tiré dessus et ont pris la fuite.

Une enquête a été ouverte et confiée à la brigade criminelle. Un règlement de compte est probable, ou une vengeance. Un périmètre de sécurité a été mis en place.

Il y a 15 ans, la mort de Jean-Claude Irvoas sauvagement assassiné par des jeunes juste avant les émeutes de 2005

Pour beaucoup, octobre 2005 signifie le début des émeutes 2005 qui ont changé à jamais la France, avec la mort accidentelle de deux jeunes à Clichy-sous-Bois. Cependant, le 27 octobre 2005, un consultant d’une cinquantaine d’années, Jean-Claude Irvoas, avait été sauvagement assassiné par des jeunes à Epinay-sur-Seine.

Quel était sont tort ? Il avait pris des photos de lampadaires dans une cité dite sensible pour sa propre société, spécialisée dans l’éclairage urbain et qui lui avait demandé quelques clichés à des fins marketing. Alors qu’il était avec sa femme et sa fille, adolescente au moment des faits, il a été tiré derrière les buissons puis passé à tabac par 3 individus, d’on l’un lui a asséné un coup mortel.

Outre cet acte barbare sans nom, comment oser frapper un père de famille devant son enfant ? Ce qui est troublant, c’est que la cité grouillait de passants mais aucun n’est venu en aide à la victime, préférant filer droit en toute indifférence.

Avec les émeutes qui sont arrivées juste après, la mort de Jean-Claude Irvoas est tombée dans les oubliettes. Pourtant, cet acte montre que certains quartiers semblent échapper au pouvoir régalien, avec des dealers qui font la pluie et le beau temps. Car en effet, là où Jean-Claude Irvoas a été tué, c’est bel et bien un point de deal. Les dealers pensaient que les photos prises par M. Irvoas signifiaient un repérage de la police.

A Aulnay-sous-Bois également, certains quartiers sont des points de deal et il y a quelques années, un ancien employé de la Mairie nous avait confié avoir eu très peur lorsqu’il avait pris des photos au Gros Saule, en fin de matinée, et tout de suite pris à partie par des jeunes qui lui ont demandé de partir. Un acte consigné mais laissé sans suite.

Il est dommage que sur les réseaux sociaux, aucune mention n’est faite sur le cas Jean-Claude Irvoas. Le groupe communautaire Facebook #SLAPC a bien rappelé la tragédie de Zyed et Bouna, mais pas de Jean-Claude Irvoas. Dommage…

Des suspects dans l’assassinat de Dalil lors des affrontements à Aulnay-sous-Bois arrêtés

Deux hommes ont été arrêtés ce mardi matin. Un troisième s’est rendu à la police.

Tôt ce mardi matin à la cité de l’Europe, les policiers ont interpellé deux hommes, suspectés de faire partie des agresseurs de Dalil, 23 ans, poignardé à mort la semaine dernière dans ce quartier. Un troisième s’est rendu de lui-même dans les locaux de la police judiciaire. Le drame s’est noué mardi dernier, dans des circonstances qui restent à éclaircir, lors d’un affrontement entre 80 jeunes de la cité de l’Europe et de la Rose-des-Vents, une cité voisine.

Source : Le Parisien

Un meurtrier présumé qui a éviscéré sa victime s’est suicidé sous le RER B à Aulnay-sous-Bois ce matin

La scène de crime montrait des traces de lutte et du mobilier renversé. L’auteur présumé se serait suicidé en garde d’Aulnay-sous-Bois ce dimanche matin.

Vision d’horreur. Le cadavre d’un homme, éviscéré, a été découvert dans la cuisine d’un restaurant du quartier Montparnasse, avenue du Maine (XIVe), Chez Jacob. La victime, âgée de 25 ans, est d’origine sri-lankaise, comme tout le personnel de l’établissement.

C’est une femme, employée du restaurant, qui a fait la macabre découverte ce dimanche matin, à 8 h 40. Elle est arrivée au commissariat de police du XIVe, juste à côté, dans une panique totale.

Les policiers se sont rendus immédiatement sur place. Et sont tombés nez à nez avec le patron du restaurant. Dans la cuisine, au sous-sol, gisait un homme, mort, dans une mare de sang. La scène montrait des traces de lutte, du mobilier renversé, des verres brisés et un couteau dans l’évier de la cuisine. A côté, gisaient des vêtements de cuisinier.

L’auteur présumé du meurtre a été identifié comme un autre membre du personnel. Il s’est donné la mort avant l’intervention de la police. Pour l’heure, le mobile du meurtre reste inexpliqué.

Un périmètre de sécurité a été établi autour de l’établissement. Et les policiers ont protégé la scène de crime afin de préserver les indices.

D’après les premiers éléments de l’enquête, le meurtrier présumé se serait suicidé. Ce dimanche matin, à 7h04, un homme s’est jeté sur les voies à l’arrivée d’un RER en gare d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Source et article complet : Le Parisien

Un automobiliste d’Aulnay-sous-Bois tué à Argenteuil pour un différent de parking

Un homme de 34 ans est décédé dimanche soir après avoir été renversé par un automobiliste avec qui il avait eu un différend sur le boulevard Jean-Allemane.

Le déroulé des faits reste flou

Un incident qui exaspère le conducteur de la Mercedes. Il suit alors l’autre automobiliste sur le boulevard et entend bien s’expliquer avec lui. Son « chauffard » s’arrête quelques centaines de mètres plus loin, et stationne sur un parking, près d’un magasin d’archerie. La Mercedes se range un peu plus loin, son conducteur descend… un cric à la main. Il se prépare manifestement à une explication musclée. Les deux hommes, qui sont tous deux descendus de voitures, se font face. Mais aucun coup n’est échangé.

L’enquête devra déterminer avec précision ce qui s’est ensuite déroulé. De nouveau installé au volant de sa Citroën, l’auteur enclenche la première et démarre en trombe. Les pneus crissent, le véhicule bondit en avant et percute de plein fouet le second conducteur, dont la tête heurte le pare-brise, puis le sol. L’automobiliste prend la fuite, laissant sur place la victime. Celle-ci sera retrouvée inanimée, son pronostic vital engagé. Le cric encore à côté de lui. La victime, qui demeurait à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), dont l’épouse attendait son retour dans la voiture, décédera le dimanche soir des suites de ses blessures.

Le suspect s’est dit paniqué et parle d’un accident

Saisis de l’affaire, les policiers de la sûreté départementale ont tout d’abord retrouvé le Citroën Nemo stationné un peu plus loin. La voiture dont le pare-brise est étoilé, un phare cassé, se révèle être utilisée par plusieurs personnes. L’enquête permettra cependant d’identifier celui qui était au volant au moment des faits. Il s’agit d’un homme de 29 ans qui habite à Argenteuil. Il a été placé en garde à vue mardi soir.

Selon le suspect, le drame était accidentel. Il a expliqué avoir accéléré et pris la fuite dans un état de panique, ayant peur d’une agression. D’après lui, s’il a bien eu conscience qu’un choc s’était produit lorsqu’il a démarré, c’est celui du cric contre son pare-brise. Autant d’éléments que l’enquête qui se poursuit devra vérifier. Une expertise devra notamment préciser la vitesse de la Citroën au moment de l’impact et la distance parcourue.

Source et article complet : Le Parisien

Plusieurs morts en Seine-Saint-Denis cette semaine suite à des exécutions et des règlements de compte

KalachnikovRien que cette semaine, au moins deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessés dans ce qui ressemble à des exécutions rondement planifiées et des règlements de compte.

Un homme a été tué aux Lilas lors d’une rixe, et un autre a été tué au Blanc-Mesnil dans un restaurant, au milieu de l’après-midi. A chaque fois, les auteurs ont réussi à prendre la fuite en scooter. Plusieurs blessés ont été signalés, dont 1 aux Pavillons-sous-Bois, blessé par balle.

Si rien n’est encore établi et si les motifs restent incertains, le trafic de drogue serait l’une des pistes privilégiées.

%d blogueurs aiment cette page :