Contraception : Marisol Touraine lance sa campagne dans la Seine-Saint-Denis

2_marisol_touraine« Marisol Touraine a visité le centre de protection maternelle et infantile de Bondy-Nord

Le taux de naissance le plus élevé en France. Mais aussi le secteur le mieux doté en centres de planification familiale (121) et en agents qui y travaillent (1300). « Le 93 est le département de tous les records! »

C’est ainsi que la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a été accueillie hier par la médecin Emmanuelle Piet au centre de PMI (protection maternelle et infantile) de Bondy-Nord. Il planait comme un petit air de déjà-vu… En décembre, déjà, la ministre avait arpenté les couloirs de la maternité des Lilas aux côtés de sa collègue en charge du droit des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, et du président PS du conseil général, Stéphane Troussel. Aux Lilas, comme à Bondy, c’est le même sujet qui a été mis sur le devant de la scène : la pilule. Et plus généralement l’ensemble des moyens de contraception, quelques semaines après un vif débat sur les pilules de 3e et 4e génération qui auraient provoqué le décès de plusieurs jeunes femmes. « Je vais lancer une campagne de communication nationale et grand public sur l’ensemble des moyens de contraception », a annoncé la ministre. Une campagne sur la pilule, mais aussi sur le stérilet et l’implant contraceptif. Des méthodes contraceptives moins connues et peu utilisées en France où 90% des 20-24 ans optent pour la pilule.

« La pilule est un médicament et, à ce titre, elle comporte des risques. Ce débat ne doit pas pour autant remettre en cause la contraception dans son ensemble », a rappelé Marisol Touraine, qui a précisé que « cette campagne sera destinée plus particulièrement aux jeunes femmes ». Elle mettra en scène « des situations très concrètes » selon les périodes de vie de la femme, débutera fin mai et s’appuiera sur un rapport de la Haute Autorité de la santé qui doit plancher d’ici là sur l’usage des différents moyens de contraception selon les périodes de vie.

Face à la ministre, des gynécologues, sages-femmes, puéricultrices du 93 mais aussi la maire (PS) de Bondy, Sylvine Thomassin — qui a elle-même longtemps exercé comme sage-femme —, et la présidente de l’Observatoire contre les violences faites aux femmes, Ernestine Ronai. Elles ont échangé une heure avec la ministre. « Ces dernières semaines, les filles ont posé beaucoup de questions sur la pilule. Elles ont eu peur », ont constaté ces professionnelles. Un ressenti modéré par Emmanuelle Piet : « Dans le 93, on est plutôt tranquilles. On ne propose que des pilules de 2e génération! »« 

Source : Le Parisien du 09/03/2013

Publié le 9 mars 2013, dans Actualité, Politique, Santé, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :