Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza espère que Jean-Jacques Urvoas mettra fin à l’impunité des dealers

Bruno-Beschizza_scalewidth_630Aulnay-sous-Bois, comme tant d’autres villes, est confrontée au phénomène du trafic de drogue et des points de deals. Si la police parvient parfois à démanteler des réseaux et à saisir de grosses quantités  de stupéfiants, la justice derrière ne suit pas : les auteurs sont relâchés, bénéficiant de ce sentiment d’impunité. L’ancienne Garde des Sceaux Christiane Taubira était souvent dans le collimateur des Maires pour être trop complaisante avec les délinquants et les trafiquants de drogue.

Quelques exemples :

  • Le 6 janvier dernier, un gardien est pris en flagrant délit de détention de 20 kg de cannabis, et a 20 antécédents judiciaires. Malgré la reconnaissance des faits et les preuves qui l’accablent, il est relâché le lendemain.
  • Le 16 janvier, 3 dealers sont interpellés avec 400 grammes de Cannabis. Deux des trois individus sont connus des services de police pour des faits similaires. Verdict : affaire classée, auteur inconnu
  • Le 20 janvier, scénario identique pour six personnes. Les policiers ont même dû restituer les 210 euros saisis avec la drogue. Fort heureusement, ils n’ont pas dû restituer la drogue… Le juge refuse même à autoriser le test de stupéfiant sur les billets !

Une impunité qui permet au commerce parallèle de prospérer. Alors que des petits excès de vitesse sont parfois passibles de 135 € d’amende, les gros délits tel que le trafic de stupéfiant semble normal, selon la justice. Une situation qui met à rude épreuve les nerfs des Maires de ville sensible, qui entretien voire développe le trafic et bien souvent l’insécurité, et permet à des partis comme le Front National d’engranger de nombreuses voix.

Bruno Beschizza a écrit plusieurs fois au nouveau Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas pour se plaindre de la situation, mais sera t-il entendu ?

 

Publié le 30 janvier 2016, dans Politique, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. j’espère qu’il ne serat pas entendu car lui il entend par les plaindre des Aulnaysiens

  2. Le discours anti juge est un classique des syndicats de policiers avec lesquels Beschizza jouent une partie de son avenir personnel en leur donnant quelques biscuits :
    Selon Patrice Ribeiro successeur de Beschizza comme secrétaire général du syndicat Synergie-Officiers, il existe un «sentiment d’impunité nourri par une absence de réponse pénale».
    Source : http://www.liberation.fr/france/2015/10/05/les-actes-de-violence-contre-les-policiers-sont-de-plus-en-plus-nombreux_1397720

    Quelle est la source des trois exemples de l’article d’Aulnay Cap? Leur résumé est effectué sur la base de quelles informations ? Lieu ? tribunal ?

    La manipulation des aulnaysiens pour des enjeux nationaux est manifeste, au regard des priorités locales non traitées. Dans le contexte d’Aulnay, l’esbroufe est le moteur n° 1 du FN.

    Un exemple vérifiable au détriment des 10 000 enfants des écoles publiques de la ville :
    – la seule mairie FN d’IDF fait mieux que la mairie d’Aulnay en matière d’éducation en ayant validé son PEDT au conseil municipal. La concertation du PEDT effectuée presque partout valide la méthode des maires travaillant localement AVEC leurs administrés.

    A la mairie d’Aulnay, l’éveil et la cohérence des parcours éducatifs sont considérés comme moins important (« politiquement-perso » parlant) qu’un simple courrier politicien sur les dealers.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :