Archives du blog

Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza espère que Jean-Jacques Urvoas mettra fin à l’impunité des dealers

Bruno-Beschizza_scalewidth_630Aulnay-sous-Bois, comme tant d’autres villes, est confrontée au phénomène du trafic de drogue et des points de deals. Si la police parvient parfois à démanteler des réseaux et à saisir de grosses quantités  de stupéfiants, la justice derrière ne suit pas : les auteurs sont relâchés, bénéficiant de ce sentiment d’impunité. L’ancienne Garde des Sceaux Christiane Taubira était souvent dans le collimateur des Maires pour être trop complaisante avec les délinquants et les trafiquants de drogue.

Quelques exemples :

  • Le 6 janvier dernier, un gardien est pris en flagrant délit de détention de 20 kg de cannabis, et a 20 antécédents judiciaires. Malgré la reconnaissance des faits et les preuves qui l’accablent, il est relâché le lendemain.
  • Le 16 janvier, 3 dealers sont interpellés avec 400 grammes de Cannabis. Deux des trois individus sont connus des services de police pour des faits similaires. Verdict : affaire classée, auteur inconnu
  • Le 20 janvier, scénario identique pour six personnes. Les policiers ont même dû restituer les 210 euros saisis avec la drogue. Fort heureusement, ils n’ont pas dû restituer la drogue… Le juge refuse même à autoriser le test de stupéfiant sur les billets !

Une impunité qui permet au commerce parallèle de prospérer. Alors que des petits excès de vitesse sont parfois passibles de 135 € d’amende, les gros délits tel que le trafic de stupéfiant semble normal, selon la justice. Une situation qui met à rude épreuve les nerfs des Maires de ville sensible, qui entretien voire développe le trafic et bien souvent l’insécurité, et permet à des partis comme le Front National d’engranger de nombreuses voix.

Bruno Beschizza a écrit plusieurs fois au nouveau Garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas pour se plaindre de la situation, mais sera t-il entendu ?

 

Christiane Taubira démissionne du gouvernement et laisse sa place à Jean-Jacques Urvoas

TaubiraSes contradictions avec Manuel Valls et ses résultats plutôt décevants ont poussé Christiane Taubira à la démission du ministère de la Justice. L’ancienne garde des sceaux laisse sa place à Jean-Jacques Urvoas, ex-président de la Commission des Lois chargé de trouver une solution sur le compromis concernant le projet de déchéance de nationalité. Cette dernière directive a profondément divisé la Gauche française. Manuel Valls et le président François Hollande sont favorables à cette mesure, mais pas Christiane Taubira, qui n’a pas hésité à montrer son désaccord en public.

Christiane Taubira était souvent dans la ligne de mire de l’opposition, qui lui reprochait son laxisme envers les délinquants, son passé trouble concernant le mouvement d’indépendance en Guyane et son manque de solidarité envers le gouvernement.

Bruno Beschizza s’insurge contre la contrainte pénale de Christiane Taubira et la hausse de l’insécurité

Bruno_Beschizza_SarkozyLe Figaro révèle une hausse quasi-générale de la délinquance en France. Selon le SSMSI et l’INSEE, les séquestrations ont augmenté de 40%, les vols à main armée contre des particuliers à leur domicile de 19%, les agressions sexuelles contre des majeurs de 15%, les viols sur majeurs de 11%, les menaces et chantage de 13% et les coups et blessures de 7%. Sur le terrain, le seuil symbolique de 30.000 agressions de policiers, gendarmes et pompiers a été atteint.

Ces résultats désastreux montrent en filigrane l’explosion des violences en France et le rejet de l’autorité républicaine. Pour Bruno BESCHIZZA, Secrétaire National à la Sécurité des Républicains, c’est une nouvelle preuve de l’échec de la politique pénale de Christiane Taubira qui a érigé la culture de l’excuse en principe et la sanction en exception.

Bruno BESCHIZZA appelle le gouvernement à tirer les conséquences de l’échec de sa politique pénale et à décréter un moratoire sur l’application au 1er janvier 2017 de l’extension de la contrainte pénale à l’ensemble des délits contenue dans la loi Taubira.

Source : communiqué de Bruno Beschizza, Secrétaire national à la Sécurité LR

L’homme qui a grièvement blessé un policier était fiché pour radicalisation mais avait obtenu une permission

police_aulnay_vehiculeL’homme qui a grièvement blessé lundi un policier à l’Île-Saint-Denis était incarcéré pour vols aggravé et était fiché pour radicalisation (fiche S). Il a pourtant bénéficié d’une permission de sortie en Mai 2015. Il devait réintégrer sa cellule mais n’est jamais revenu.

Le policier, blessé au cou, est pour les médecins dans un état désespéré. L’homme radicalisé est celui qui lui a tiré dessus. Ce dernier a été lui-même touché lors de la fusillade et a succombé à ses blessures. Agé de 24 ans, il était incarcéré depuis 2013 pour vols aggravés et faisait l’objet de deux fiches S (sûreté de l’Etat) de la part de la DGSI. Il s’était radicalisé en prison.

Christiane Taubira est visée par les syndicats de police qui dénoncent son laxisme et son angélisme envers les criminels.

 

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :