La municipalité d’Aulnay-sous-Bois s’acharne-t-elle sur les vulnérables et cherche-t-elle à pourchasser les femmes accidentées de la vie ?

Depuis l’arrivée de Bruno Beschizza à la tête de notre ville nous assistons, scandalisés et écœurés à une vraie chasse aux pauvres, aux démunis, aux vulnérables et à tous ceux que la vie et les circonstances de notre société ont fait sombrer dans la précarité et la vulnérabilité. Il va de soi que je m’indigne haut et fort contre la manière de traiter les vulnérables et que je m’insurge catégoriquement contre cette politique immonde et déshumanisée pratiquée par des élus qui semblent n’avoir plus qu’une pierre à la place du cœur !

Bruno Beschizza (aile droite de l’UMP à l’époque) nous a été parachuté par Jean-François Copé en 2013, bénéficiant du désaveu manifesté par une partie de l’électorat de son prédécesseur peu à l’écoute des aspirations des Aulnaysiens. L’électorat de gauche qui l’avait porté à la tête de la mairie en 2008 ne l’a pas soutenu en 2014. Que les élus soient de gauche ou de droite n’a strictement rien changé au sentiment des administrés de n’êtres ni servis, ni respectés ni écoutés depuis 3 mandats. Cette politique là, la société civile n’en veut plus car elle n’est pas au service ni du plus grand nombre ni de l’intérêt général, mais uniquement au bénéfice exclusif de l’entre-soi et des soutiens électoraux.

Dès son intronisation en mairie, le nouveau maire à promulgué fin avril 2014 un arrêté anti-mendicité et au lieu de combattre la pauvreté qui relève pourtant de ses devoirs et fonctions, il s’en est pris directement aux pauvres pour leur interdire de solliciter la générosité des passants…. Comme si éradiquer la présence des mendiants sur la voie publique allait supprimer le problème de l’injustice sociale et de la pauvreté !!!

https://www.lepoint.fr/societe/le-maire-ump-d-aulnay-sous-bois-prend-un-arrete-anti-mendicite-29-04-2014-1817719_23.php#

https://www.aulnaylibre.com/article-arrete-anti-mendicite-a-aulnay-sous-bois-vivre-mieux-ensemble-appelle-a-chasser-la-pauvrete-pas-l-123565656.html

Fort heureusement, le juge du tribunal administratif de Montreuil a annulé ces arrêtés :

https://aulnaycap.com/2015/07/16/deux-arretes-anti-mendicite-du-maire-daulnay-sous-bois-annules-par-le-tribunal-administratif-de-montreuil/

Les arrêtés anti-mendicité annulés, la municipalité condamnée

Aujourd’hui la chasse aux vulnérables se poursuit, et au lendemain de la journée consacrée internationalement aux droits des femmes, la police urbanistique et municipale, sur la seule foi de signalements de riverains, s’est introduit semble-t-il illégalement dans une propriété privée sans avertissement préalable ni sommation, et sans l’accord des titulaires du bail ! Peut-on croire que dans le pays des droits de l’homme cette violation de domicile traumatisante pour les pensionnaires recueillies soit vraiment conforme aux règles de droit les plus élémentaires ?

Dans la justification donnée à ce qui apparait comme une violation de domicile privé en bonne et due forme, la mairie nous informe que :    » Plusieurs riverains ont signalé récemment à la Mairie d’Aulnay-sous-Bois un « squat » dans un pavillon situé rue Mercier. »

Ainsi donc suffit-il à une poignée de voisins possiblement mal intentionnés ou jaloux d’affirmer qu’une maison soit squattée, pour que la police municipale s’introduise de force sans même avoir cherché à contacter le titulaire du bail ou encore l’avoir préalablement convoqué pour obtenir des informations qui corroboreraient ou infirmeraient ces accusations de squat ?

Quelle enquête préalable à été menée pour que le service d’hygiène et de santé assisté de la police municipale se sentent le droit de s’introduire dans une habitation privée et de traiter comme des malfrats une association caritative et ses bénévoles qui pourtant ont toujours communiqué publiquement sur toutes ses activités ? Non seulement l’intervention sur la seule foi de quelques riverains qui ne se sont pas nommés est choquante et infamante, mais en plus cette pénétration inattendue de domicile et les circonstances dans lesquelles celle-ci s’est réalisée font froid dans le dos, et n’a pas manqué de traumatiser des femmes déjà incroyablement violentées par la vie !

Comment une municipalité, sous couvert « d’hygiène et de santé » peut-elle utiliser ses services financés par nos impôts pour faire pression sur une association de bénévoles au risque de terroriser des femmes déjà fragilisées par les aléas de la vie ?

Selon le cabinet du maire qui rapporte la version de la police :

« Le service communal d’hygiène et de santé, assisté de policiers municipaux, a donc légitimement vérifié les signalements et effectué une visite de ce pavillon d’Aulnay-sous-Bois, avec l’accord de l’occupant présent« .

Selon la version du président de l’association qui a recueilli le témoignage circonstancié de l’occupante présente sur les lieux lors de l’intervention, croyant ouvrir à des personnes apportant des dons, elle a signalé aux intervenants présents qu’ils n’avaient pas le droit d’entrer, et comme ils ont forcé le passage, elle n’a pas eu d’autre choix que d’obtempérer à cette intrusion dans les lieux, ce qui ne constitue aucunement un accord ni un consentement de sa part.

« L’occupant n’a pu fournir aucun document attestant de la légalité et de la réalité de la jouissance de ce pavillon. »

En toute logique, l’occupant pensionnaire de la maison du cœur n’étant pas le titulaire du bail, il n’était forcément pas en mesure de fournir le contrat de bail. Cependant si un courrier avait été envoyé à cette adresse pour obtenir les informations souhaitées et les justifications exigées, nul doute que le président de l’association aurait répondu et se serait manifesté.

Sur quels critères et sur quels fondements les riverains ont-ils affirmé que la maison louée était squattée ?  Sur l’ordre de quel juge ou de quel officier de police judiciaire, la pénétration des lieux sans l’accord du titulaire du bail a-t-elle été effectuée ? Il apparait que les motifs de cette soudaine et violente perquisition dans un domicile privé sont plutôt litigieux et inadéquats au respect de la dignité humaine.

Est-ce qu’un service d’hygiène et de santé assisté de la police municipale a le droit de pénétrer par surprise dans une habitation privée sans commission rogatoire et sur la seule foi d’accusations de riverains ?

Article rédigé le 12 mars 2021 par Catherine Medioni

Publié le 12 mars 2021, dans A vous la parole, Associations, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Pour compléter l’article de Catherine Medioni

    La perquisition est une mesure d’enquête qui consiste à rechercher des preuves de toutes sortes dans un lieu privé. La procédure est encadrée et se déroule sous le contrôle d’un officier de police judiciaire ou d’un juge. Les règles sont différentes pour les perquisitions visant certains locaux, en matière de crime organisé et de terrorisme. Elles concernent notamment les horaires, la présence et l’accord de la personne visée, la saisie des preuves, l’assistance d’un avocat.

  2. @ [Anonyme] | 13 mars 2021 à 0 h 22 min

    Je suis scandalisée que l’on puisse jeter l’opprobre de façon publique et spectaculaire sur une association, ses bénévoles, ses donateurs et son président qui consacrent leur temps et leur énergie à venir en aide et au secours de femmes que la vie et la société ont mises à terre !

    Je mets totalement en doute la version de la municipalité qui affirme que  » des bénéficiaires se seraient plaint de l’insalubrité des lieux  » ! Certaines vivaient dans la rue ou dans des caves pour se protéger des agressions et des viols. Nul doute que ce pavillon remis en état après plus de deux mois de travaux n’est certes pas un hôtel 4 étoiles, mais assure pleinement sa fonction d’hébergement et représente un havre de paix sécurisant et propre pour ces femmes confrontées aux trottoirs et aux pas de portes sales, aux caves sans lumière….

    Pour avoir visité les lieux et y avoir organisé des ateliers de savoir-faire au bénéfice des pensionnaires, j’affirme que ces allégations sont purement mensongères et peuvent faire l’objet d’une plainte pour calomnies publiques ! Et franchement je doute que les femmes hébergées, trop heureuses de ne plus vivre dans l’insécurité et les menaces de la rue, aient pu se plaindre de l’insalubrité des lieux.

    On devine derrière la multiplicité des motifs donnés pour justifier à postériori cette intrusion choquante et probablement peu conforme aux règles de droit les plus élémentaires dans une habitation privée, que la municipalité a manifestement outrepassé ses prérogatives et que la procédure d’intrusion n’a jamais été ordonnée ni par un juge, ni par un officier de police judiciaire !

    Cette association qui agit concrètement sur le terrain pour mettre les femmes à l’abri de la rue et qui ne perçoit aucune subvention institutionnelle ne peut agir, pour l’instant du moins, que grâce aux cagnottes mises en ligne et abondée par des dons privés. Elle a été honteusement traitée comme si ses bénévoles étaient des malfaiteurs !

    Cependant la vérité qui se cache derrière cette perquisition musclée et abusive, c’est que la mairie et les riverains assez malhonnêtes et lâches pour affirmer sous anonymat qu’il s’agit d’un squat, ne veut clairement pas de ce centre d’hébergement implanté sur la ville, encore moins dans un quartier pavillonnaire proche des transports en communs qui assurent une liberté de déplacement pour leurs démarches sociales et administratives aux femmes hébergées.

    Cette municipalité n’y veut que des classes moyennes et des riches, pas des pauvres, des vulnérables ou des accidentées de la vie auxquels pourtant notre conscience et notre devoir de fraternité devraient nous enjoindre de porter assistance ! Le comble de l’histoire c’est que c’est un maire parachuté qui n’avait jamais vécu à Aulnay qui a le culot d’en chasser et d’en refouler les modestes qui y résidaient bien avant lui par toutes sortes de mesures coercitives déguisées mais bien perceptibles.

    Ce maire-coucou, à l’image de son animal totem qui s’établit dans les nids d’autrui et en jette par dessus bord les habitants, incarne et illustre à merveille ce qualificatif que chacun peut désormais lui coller à la peau, en plus d’avoir démontré à quel point il dilapidait l’agent public pour des procès- baillons qui ne sont que des entraves caractérisées au droit d’expression garantit par la convention universelle des droits humains et citoyens !

  3. Toute association ou personnes qui sera soutenue par nos ennemis sera contrôlée et chassée de la ville

    Ici c’est républicain, allez faire votre gauche ailleurs

  4. @ Troll de droite extrême et anti-républicaine RF | 13 mars 2021 à 23 h 20 min

    Ce que vous affirmez ne sont ni plus ni moins que des menaces incompatibles avec notre état de droit, une chasse aux sorcières indigne du pays des lumières et des droits de l’homme, ainsi que de la discrimination politique, économique, sociale, et très certainement raciale également !

    Honte à vous et à tous ceux dont vous vous faites le porte voix !

    La gauche étant également républicaine, les LR n’en n’ont pas le monopole, d’autant plus que la plupart d’entre eux trempent dans des affaires de corruption active et passive, des conflits d’intérêt, du pantouflage, du clientélisme et autres infractions multiples à la déontologie ! Ils n’ont pas de leçon de conduite ni de morale à donner aux autres….

    Balayez devant votre porte avant de croire pouvoir piétiner notre devise nationale !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :