La ville d’Aulnay-sous-Bois s’explique sur l’éviction de l’association Un Toit Pour elles et évoque des problèmes d’hygiène

Le respect des normes de sécurité et d’hygiène, quelle que soit l’intention louable des associations, plus qu’une obligation légale, est un devoir moral envers tous ceux qui bénéficient des services de ces associations. La ville d’Aulnay-sous-Bois a par conséquent exigé des travaux lourds à l’association, qui n’a pas souhaité suivre ces recommandations. La ville rappelle également que 10 personnes ont été récemment intoxiquées au monoxyde de carbone et souligne que l’hygiène et la sécurité restent une priorité majeure.

L’association quitte donc Aulnay-sous-Bois.

Pour découvrir le communiqué, cliquer sur l’image ci-dessous.

Publié le 10 avril 2021, dans Actualité, Associations, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 5 Commentaires.

  1. Droit de réponse farfelu et mensonger fait par des amateurs

    Ils avaient des quittances de loyer. De plus un bail peut être oral

    https://edito-seloger-com.cdn.ampproject.org/v/s/edito.seloger.com/conseils-d-experts/louer/un-bail-d-habitation-doit-il-imperativement-etre-etabli-par-ecrit-article-33120.html

    • Est-ce que la mairie, nos fameux démocrates acceptent les droits de réponse dans leurs pages personnelles qu’ils se sont attribuées au détriment des Aulnaysiens, non. Donc pourquoi leur donner la parole surtout lorsqu’elle est injustifiable

  2. Ils ne veulent pas plutôt, récupérer le pavillon pour le revendre a un Promoteur immobilier ?
    Cette histoire sent le programme immobilier, avec une démolition et reconstruction derrière …

  3. Non,  » la ville d’Aulnay sous Bois ne prend pas acte de la décision du président de cette association de ne pas se mettre en conformité  » car en vérité il était disposé à le faire !

    Il serait donc honnête de ne pas présenter cette décision comme un refus d’obtempérer aux injonctions de faire de la mairie de la part de Mohamed Jemal !

    Cependant le montant d’un minimum de 30 000 euros demandé pour se mettre en conformité dans un pavillon vétuste explique ce refus, parce qu’il n’est pas dans les moyens financiers de l’association d’une part et d’autre part si cette dernière acceptait d’engager une telle somme, elle le ferait dans un lieu ou dans un bâtiment plus adéquat, plus grand, plus adapté et plus pérenne !

    La location du pavillon était donc uniquement une solution transitoire visant à héberger des femmes en grande détresse, en attendant de pouvoir acquérir un lieu plus propice à cet objectif d’accompagnement dans la réinsertion économique, professionnelle et sociale de ces femmes.

    Accuser Mohamed Jemal d’avoir mis ces femmes en danger est vraiment une accusation calomnieuse immonde car c’est tout le contraire qu’il a fait. Il a sorti ces femmes des dangers de la rue en leur offrant un logis, certes pas luxueux, mais fonctionnel et répondant, dans l’urgence, à leurs besoins immédiats fondamentaux : se loger à l’abri des prédateurs et de leurs agresseurs, se nourrir, se laver, se reposer du stress et des traumatismes vécus, se soigner, se reconstruire et se réinsérer dans la société en toute autonomie, en étant aidées, soutenues et accompagnées !

    Mohamed Jemal, simple citoyen de la société civile a le mérite de défendre de façon pragmatique et concrète par un appui logistique et matériel la cause des femmes mises à la rue, et de faire lui-même ce que nos institutions étatiques et nos collectivités territoriales ne font pas, alors que cela serait tout a fait dans leurs fonctions et leurs attributions !

    La ville d’Aulnay sous Bois sous les injonctions d’une équipe municipale qui parjure notre devise nationale et qui transpire le refus de la mixité sociale et le rejet de l’autre sous toutes ses formes et par tous les moyens, ne peut plus redorer son blason en se réfugiant derrière des règles normatives et des lois pour justifier d’anéantir le travail formidable, solidaire, noble et fraternel de cette association, victime d’une équipe municipale qui au lieu de soutenir et d’aider à concrétiser les objectifs, se positionne continuellement dans les attaques, le harcèlement, la persécution et l’acharnement !

    Carton rouge à cette municipalité qui devrait s’obliger, après les avoir scandaleusement chassés de leur abris en méprisant leur droit au logement, les reloger sur la ville dans un bâtiment conforme à toutes les règles d’hygiène et de sécurité qu’ils exigent !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :