Archives du blog

Conseil municipal du 6 octobre 2021, Sylvie Billard dénonce les pratiques du groupe Aulnay Bien Commun

Cher.e.s Aulnaysien.ne.s,

Le Conseil Municipal s’étant déroulé le 6 octobre dernier, il est temps pour moi de vous en relater les points forts.

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les aulnaysien.ne.s

votre.elue.citoyenne@gmail.com

Délibération n° 1 : Désignation d’un conseiller de territoire au sein de l’Établissement Public Territorial (EPT) Paris Terres d’Envol – p.7

Oussouf Siby a été désigné pour siéger à l’ETP, suite à la démission de Fleury Drieu, suivant l’ordre de son groupe, puisqu’il en est désormais le 1er.

Par mes témoignage et analyse, je vais vous expliquer les dessous de cette désignation qui pourrait s’intituler « comment devenir 1er quand on ne l’est pas ? ». Vous savez que mes anciens petits camarades m’accusent de tout et de n’importe quoi. L’une de ces accusations (à côté de celle de « raciste » et de « révisionniste »,rien que ça !) est de dire que je n’ai pas respecté les règles internes sans qu’ils ne soient jamais capables de démontrer aucune de leurs accusations. Puisqu’ils parlent de fonctionnement interne, parlons-en ! Et découvrez ainsi le merveilleux fonctionnement des principaux partis de gauche aulnaysiens.

Revenons en arrière, juin 2019. Les principaux partis de « gauche » aulnaysienne – PS, PC et EELV (dont ABC pour Aulnay Bien Commun est le faux-nez) – se réunissent en vue des élections municipales. Ils se mettent d’accord. Oussouf  Siby sera leur tête de liste. Mais voilà, patatras ! Le bel édifice se retrouve cul par-dessus tête lorsque le CADA (Cercle Amical et Démocratique Aulnaysien) décide de se lancer et de me positionner comme sa candidate, voire plus si affinité. L’annonce fait l’effet d’un chien dans un jeu de quilles.

Le CADA, qui organise une conférence de presse le 4 septembre 2019 pour lancer son Manifeste « Servir Aulnay » vole sans le savoir,mais avec éclat la vedette aux membres d’ABC qui voulaient être les 1ersà concevoir un programme participatif. Et oui, mais pour cela il faut beaucoup travailler. Nous cela nous a pris 5 ans.

Le CADAprit ensuite l’initiative de fédérer partis et associations citoyennes ce qu’ABC ambitionnait de faire sans réussir alors que l’échéance s’approchait. En effet, aucun parti n’acceptait de renoncer à son identité. Or, si les partis sont moribonds, ils n’en demeurent pas moins des partenaires nécessaires pour mener une campagne. À charge pour la société civile de créer la dynamique, le cadre d’exigences pour imposer des pratiques basées sur l’éthique et l’intelligence collective. À l’initiative du CADA, nous avons créé l’embryon de ce qui deviendrait Aulnay en Commun (AEC)en fixant notamment une règle : les fondateurs (CADA, ABC, LFI, PS, PC, EELV, PRG) se retrouveraient parmi les 10 premiers de la liste. Je jouais un rôle clé dans cette structuration.

Mais le chemin serait encore long jusqu’aux élections et pavé de mesquineries et de coups dans le dos.

La majorité de ces partis et association étaient d’un lent. Et blablabla. Et toujours pas capables de faire émerger un projet. Et toujours pas capable de faire émerger des candidats. Et toujours pas capable d’aller sur le terrain. Nous, au CADA, nous avions notre manifeste à valoriser. Il constituait un excellent support d’échange avec les habitants rencontrés. Mais les autres membres d’AEC ne voulaient pas en entendre parler. Oui, il était bien. Non, ils n’avaient pas de désaccord de fond, si ce n’est qu’il n’était pas exhaustif, ce qu’il n’a jamais prétendu être, puisqu’il constituait une invitation à poursuivre le travail collectif. Mais hors de question de valoriser ce travail qui m’aurait valorisée en étant la coordinatrice. Le sort du Manifeste au sein d’AEC en fut définitivement scellé. Les principaux partis et ABC voyaient d’un très mauvais œil que j’en fasse la promotion auprès des colistiers. Le programme d’AEC résulterait donc d’un travail de concertation réalisé en fin de campagne…

Les jours suivants, les attaques se multiplièrent,notamment sur les blogs cette fois ! En public ! En pleine campagne ! De l’Art de se tirer une balle dans la tête ! J’appelais à l’arrêt des tirs fratricides au nom de l’unité que j’espérais. Je fus convoquée au tribunal de campagne, mais sans moi, derrière mon dos !

L’une des rédactrices me présenta ses excuses comprenant que ses erreurs à mon égard provenaient de rumeurs propagées par certains au sein d’ABC (mais pas que). Elle n’avait fait que dire tout haut ce qui se disait derrière mon dos. J’étais à leurs yeux une traîtresse ! De quoi, je ne sais pas, mais cela devait sûrement être vraiment grave ! Les autres rédacteurs de ces attaques publiques ne s’excusèrent pas. Les 2 porte-paroles d’ABC au sein d’AEC pas davantage.

Raoul Mercier – qui savait participer à son ultime campagne – décida de s’investir ailleurs. Peu importe le résultat, seul comptait pour lui d’y participer. Encore une fois, une ultime fois, histoire de se prouver à soi-même que l’on est encore vivant, avant de s’en aller. Après une réunion de conciliation houleuse qui se solda par le départ d’un autre membre du CADA, je décidais de rester au sein d’AEC après avoir obtenu l’assurance de l’arrêt des attaques. Les coups bas ayant continué, Aline Benhamou, la présidente du CADA, me dit à haute voix en réunion de coordination : « Sylvie, lève-toi, nous partons ! Assez, c’est assez ! ». Jean-Marie Touzin prit alors la parole : « Personne ne part. En pleine campagne, l’effet serait désastreux. Nous ne nous en relèverions pas. Chacun fait des efforts. » OK pour les efforts. L’ambiance devint en apparence plus respirable.

Entre-temps, une personne qui ne faisait pas partie des fondateurs, que nous (membres du CADA, d’ABC et de LFI présents ce jour-là) n’avions jamais vue préalablement, est venue à l’une de nos réunions de coordination par le plus grand des hasards pile le jour où elle s’est fait désigner tête de liste administrative par le PS, PC, EELV. C’était Fleury Drieu. Selon la brillante méthode d’ABC que nous avions contestée sans que jamais personne n’en tienne compte (parce qu’avec eux la démocratie c’est uniquement quand cela les arrange), il fallait désigner une tête de liste administrative qui ferait toutes les démarches administratives, en attendant la désignation de la vraie tête de liste qui devait impérativement intervenir au dernier moment de la campagne. Je pense que Fleury Drieu n’avait sincèrement pas l’intention de devenir tête de liste ni de se présenter comme futur maire. Comme convenu, il avait remis à titre préventif sa lettre de démission pour passer ultérieurement le relais à la « vraie » tête de liste. Mais voilà, ces gens très compétents, qui avaient participé à de très nombreuses campagnes électorales, ne s’étaient pas rendu compte du risque qu’ils nous faisaient prendre, malgré nos nombreuses alertes sur l’inadaptation d’une méthode aussi lourde à l’approche d’élections. Ils finirent par constater « oh mince alors » qu’il était trop tard pour changer de tête de liste auprès de la banque. Car pas de banque = pas d’argent = pas de liste = pas de participation aux élections. Ainsi, Fleury Drieu, qui ne devait pas, qui ne voulait pas devenir tête de liste, le devint.

Lors de la réunion d’ordonnancement des candidats, les règles furent présentées par les animateurs d’ABC : l’ordonnancement de la tête de liste et du quatuor (puisque l’exercice du pouvoir serait collégial) résulterait du vote des colistiers(mais aussi de sympathisants, j’y reviendrais plus tard), vote ensuite pondéré par la règle de désignation des 10 premiers parmi les fondateurs. L’ordonnancement était certes à la main des colistiers, mais – oups– les animateurs d’ABC annoncèrent que la place de n° 1 revenait automatiquement à Fleury Drieu compte tenu de nos problèmes avec la banque, mais que-rassurez-vous-la « vraie » tête de liste serait le premier colistier à dire oui en suivant l’ordonnancement.

L’ordonnancement résulterait plus précisément d’un vote par jugement majoritaire de chacun sur chacun, sachant que comme personne n’avait fait de terrain (puisque tout devait se faire au dernier moment), la plupart des colistiers ne se connaissaient pas. Et quand on ne se connaissait pas, il fallait mettre zéro. Il en résultat beaucoup de meurtrissures.

Mais surtout avec cette méthode comment faire pour qu’Oussouf  Siby devienne le « vrai » numéro 1 ? Gros danger du fait de l’alternance homme-femme. Imaginez si j’avais été la femme n° 2 et que je dise oui. J’aurais alors été automatiquement tête de liste. Quelle horreur ! Il fallait donc trouver le pendant féminin de Fleury. Quelqu’un qui n’avait pas du tout, mais alors vraiment pas du tout l’intention de devenir maire ou même membre du quatuor.

Bingo, Sophie Carton qui cochait toutes les cases devint n° 2. Vous connaissez la suite : élue « à l’insu de son plein gré », elle démissionna sitôt élue, après nous l’avoir annoncée dès la réunion préparatoire au 1er Conseil municipal.

Revenons à la réunion d’ordonnancement.

Au lieu de dire s’il voulait être tête de liste, le n° 3proposa de faire un petit tour de piste pour connaître la position des autres.Le n° 3, c’est Alain Amédro.

La n° 4 déclara qu’elle était prête à être maire ou à faire partie du quatuor. La n° 4, c’est moi, pour vous servir.

Le n° 5, Oussouf Siby, fit de même.

Il fallut ensuite descendre dans les profondeurs de l’ordonnancement jusqu’à la 14e place (de mémoire) pour trouver le 4e membre du quatuor.

Que penser d’un ordonnancement qui valorise des gens qui ne veulent pas y aller ????

Après ce tour de piste, Alain Amédro, déclara alors être prêt à devenir maire.

Pourquoi ce temps d’arrêt ? Pourquoi vouloir connaître la décision des uns et des autres avant de prendre la sienne ? Pourquoi avoir accepté cette « vraie » tête de liste, alors qu’il nous déclara juste après Anne-Sophie n’avoir pas voulu être tête de liste, préférer la victoire d’Oussouf et vouloir démissionner assez rapidement, suivi de Fleury qui avait la même intention ?

Alain ne voulait pas être tête de liste, mais s’il avait dit non, qui risquait de dire oui ensuite. Moi. Si j’avais dit non, il aurait probablement dit non. Mais comme j’ai dit oui, il a dit oui, pour prendre la fonction qu’il pourrait ainsi au moment opportun transmettre à Oussouf. Restait à savoir quand et comment.

Reste une question. Et s’il voulait la victoire d’Oussouf, pourquoi est-il arrivé devant lui ? C’est là qu’entrent en jeu les sympathisants qu’ABC réussit à intégrer au corps électoral limité normalement aux colistiers. Certains sympathisants avaient ou allaient déménager et n’étaient donc même plus des électeurs aulnaysiens. J’appelle cela du bourrage de corps électoral. Ils votèrent pour leur champion qui ne voulait pas y aller…

Je me focalise volontairement sur la désignation des 5 premiers, car il n’y a que 5 élus de cette liste. Mais d’une manière générale, le processus d’ordonnancement permit tellement de bidouillages, que beaucoup de colistiers estimèrent s’être fait voler cet ordonnancement. Des gens que nous n’avions jamais vus avant et durant la campagne se trouvèrent favorisés. D’autres qui avaient porté cette liste, écartés. Il en résulta de nombreuses meurtrissures. Après Raoul suivi de quelques cadiens, LFI décida de quitter AEC.

Après les élections, les 5 élus AEC furent dans l’ordre : Fleury Drieu, Anne-Sophie Carton, Alain Amédro, moi et Oussouf Siby. Celui qui devait être le 1er se retrouva donc le dernier. Comment faire pour qu’il le devienne ? C’est simple. Reprenons notre questionnement. Lors de la 1re réunion préparatoire au CM, Anne-Sophie Carton, Alain Amédro et Fleury Drieu annoncèrent leur intention de démissionner. Seule Anne-Sophie le fit.Dès lors, pourquoi Alain et Fleury ne démissionnèrent-ils pas ?

Imaginez qu’ils l’aient fait, je serais devenue n° 1 et j’aurais été désignée à l’ETP. Pour qu’Oussouf Siby devienne enfin le n° 1 d’un groupe composé de représentants de partis, il fallait que je parte.

C’est ainsi que patiemment, ils me poussèrent à la démission en me dénigrant au sein du collectif des colistiers et en refusant quasiment toutes mes propositions : articles, intervention à la Morée, méthode de travail, accélération du rythme de travail… Ayant compris leur intention, je m’empressais donc de ne pas démissionner, pour qu’ils soient obligés d’aller jusqu’au bout de leur logique, celle de l’exclusion et ainsi d’en rendre compte publiquement.

Démissionner juste après mon exclusion aurait dévoilé le pot aux roses. Tandis qu’en attendant un peu, cela leur semblait jouable.

Pas de chance, messieurs, on vous a vus !

Alors qui respecte les règles d’AEC ? Les dix 1ers de la liste s’étaient engagés en cas d’élection à honorer leur mandat jusqu’à la fin qu’ils soient dans la majorité ou l’opposition. Ils n’ont pas respecté cet engagement. Moi si. Le respect de la méthode d’ordonnancement faisait de moi la n° 1 de notre groupe d’élus, après la démission des trois premiers. Ils n’ont pas respecté la volonté des colistiers. Ils disaient que tous les Aulnaysiens étaient légitimes à faire de la politique, mais l’astérix précisait « à la condition d’être un toutou bien servile ». Nous devions fonctionner à l’intelligence collective. Ils n’ont pas respecté cette règle. Moi si.Qui respecte les électeurs ? Pas eux. Moi si !

Ainsi, tout ce processus d’implication citoyenne et d’ordonnancement des colistiers par eux-mêmes n’aura été qu’une vaste mascarade destinée à faire croire que ces partis moribonds étaient démocratiques. N’allez pas croire que je sois déçue de ne pas être n° 1. N° 1 de quoi ? De manipulateurs ? De menteurs ? De gens qui n’ont ni éthique ni loyauté ? Pas du tout !

Ils n’ont pas compris que je ne négocie pas le respect qui m’est dû (comme à n’importe qui). Ils n’ont pas compris que je ne suis pas une victime consentante. Ils n’ont pas compris que je me suis engagée en politique avec la farouche et inflexible volonté de revoir en profondeur les pratiques politiques par plus d’éthique, plus de démocratie, plus de solidarité et plus d’écologie. Pour moi, ces mots ne sont pas que des mots. Ils nous engagent vis-à-vis des électeurs et doivent se traduire en actes tangibles au quotidien, a minima l’exemplarité du comportement entre nous. Mais surtout, ils ont sous-estimé ma résilience, ma force mentale, ma capacité d’analyse et d’action. Face à leurs manipulations, j’utilise une arme redoutable : celle du coup de projecteur sur leurs pratiques. Ils sont échec. La prochaine fois, ils seront mat !

À bientôt pour de nouvelles aventures municipales. Au prochain épisode ?La délibération n° 2. Quel suspense !

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les aulnaysien.ne.s

votre.elue.citoyenne@gmail.com

La transition démocratique à Aulnay-sous-Bois, c’est parti !

Habitantes et habitants de tous quartiers, membres associatifs ou de partis politiques, ont accepté de laisser leurs étiquettes à l’extérieur ce vendredi 20 septembre 2019 pour participer au 2ème forum organisé par le collectif Aulnay Bien Commun (ABC). Avec des méthodes et des outils d’intelligence collective, le collectif ABC lance en effet LA liste participative aulnaysienne comme alternative crédible aux anciennes pratiques en cours.

Replacer les habitantes et les habitants au coeur de la maîtrise de leur avenir, tel était l’objectif de ce forum où une cinquantaine de personnes ont travaillé sur les modalités de la mise en place de la liste participative.

Malgré la diversité des personnes présentes et leurs différences, toutes et tous ont su travailler ensemble. La méthode ABC leur a permis de se parler, de dialoguer et de penser ensemble au-delà des divisions passées. Dans une ville fragmentée, après des années de clivages entretenus dans la population, les Aulnaysiennes et les Aulnaysiens peuvent enfin se retrouver autour du Bien Commun.

En complément des différents cercles de travail mis en place par ABC depuis un an, les habitantes et habitants ont créé dans la foulée six groupes de travail portant sur le programme, le mode de désignation des candidates et candidats et le schéma municipal. Ces ateliers démarrent dès cette semaine et sont ouverts à toutes et tous les volontaires s’inscrivant au collectif Aulnay Bien Commun, partageant sa charte, sa gouvernance partagée et son code éthique.

Vous souhaitez participer à cette démarche ?

Rejoignez le collectif Aulnay Bien Commun !
contact@aulnaybiencommun.fr

Valérie : 06 74 16 27 60
Matthieu : 06 70 84 18 53
Saïd : 06 87 39 40 39

Suivez et relayez ABC sur les réseaux :
http://www.aulnaybiencommun.fr

Compte Twitter : @AulnayC
Retrouvez directement la charte d’ABC sur http://charte.aulnaybiencommun.fr et et la gouvernance sur http://gouvernance.aulnaybiencommun.fr

Source : communiqué ABC

2ème forum citoyen le 20 septembre 2019 au New Resto à Aulnay-sous-Bois

La naissance d’une démarche

À l’automne 2018, des Aulnaysien-ne·s voulant redonner le pouvoir aux habitant·e·s, ont créé ce collectif en s’inspirant d’un processus de démocratisation engagé dans de nombreuses communes du monde comme Barcelone en Espagne, Valparaiso, au Chili, ou encore Saillans, dans la Drôme.

Ce collectif et les partis politiques ?

Le collectif Aulnay Bien Commun est indépendant de tout parti politique. Il est constitué d’individus d’horizons différents qui laissent leurs étiquettes politiques, associatives, religieuses à l’entrée.

ABC fait partie de « La belle démocratie », collectif d’assemblées locales qui souhaitent initier des listes participatives pour les élections.

http://labelledemocratie.fr

L’arrêt du bétonnage du parc Ballanger, une première victoire.

En rendant la parole aux habitant·e·s, le collectif, a largement participé à la préservation de 5 ha du parc.

https://ballanger.aulnaybiencommun.fr

Invitation 2ème forum citoyen du bien commun le vendredi 20 septembre à 19h00, au New Resto (entrée par l’arrière au 25 rue Rouget de
Lisle).

La soirée sera accompagnée d’un buffet-participatif. Venez prendre toute votre place active dans l’avenir de notre ville !

Source : Aulnay Bien Commun

%d blogueurs aiment cette page :