Archives du blog

L’association Créo à Aulnay-sous-Bois recrute 170 entrepreneurs issus des quartiers

Jeunes chefs d’entreprise franciliens, vous avez encore jusqu’au 13 novembre pour répondre à cet appel à candidature.

Vous aurez alors peut-être la chance de faire partie de la promotion 2021 (composée de 170 entrepreneurs) qui sera accompagnée, dès janvier, dans le cadre du programme « Accélérateur de réussite ». Ce dispositif a été mis en place par l’association Créo avec le soutien de Bpifrance et en partenariat avec, notamment, l’Oréal, TF1 Fondation, le ministère du Travail, les préfectures de Seine-Saint-Denis, des Hauts-de-Seine et du Val-d’Oise, la Chambre de commerce et d’industrie, la Chambre des métiers et la ville d’Aulnay-sous-Bois. Depuis 2006, cette opération aura ainsi permis l’accompagnement de 1 800 entrepreneurs et favorisé la création de plus de 700 entreprises et de plus de 1 200 emplois directs pour un taux de pérennité à 5 ans de 76 %.

Basée à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Créo se présente comme la « business school » des personnes déterminées à entreprendre et issues des quartiers de la politique de la ville (QPV). C’est un accompagnement sur 24 mois et d’une valeur de 10 000 euros (pris en charge par les partenaires de l’association) qui est proposé. Les candidats retenus auront droit à 56 heures de formation en mobilité chez les partenaires et animées par des experts, cinq jours intensifs pour se challenger et développer leur esprit entrepreneurial (en France ou à l’étranger), un parrain dédié issu d’un grand groupe partenaire et un accès aux événements réseaux. Pour participer, il faut avoir une activité (de moins de trois ans) à développer, résider ou être immatriculé en Île-de-France et posséder une grande… motivation.

Renseignements et inscriptions sur www.crdt.fr

Source : Lemoniteur77

La Seine-Saint-Denis, un eldorado pour les investisseurs immobiliers

Les jeunes ménages du Nord-Est parisien s’exilent vers les communes limitrophes en pleine transformation, mais les banques les obligent à revoir leurs prétentions.

Avec la flambée des prix parisiens, les jeunes ont pris l’habitude de franchir le périphérique en direction du « neuf-trois », pivot des projets d’aménagement du Grand Paris. Mais pour s’offrir une pièce en plus ou un petit extérieur, la première couronne se fait à son tour de moins en moins accessible. Avec la crise annoncée post-Covid, les banques se montrent intraitables sur l’apport et le taux d’endettement, ce qui commence à avoir pour effet d’exclure une bonne part de la clientèle. La demande reste toutefois importante, et les acquéreurs doivent être patients et réactifs.

%d blogueurs aiment cette page :