Archives du blog

Le chanvre, plante domestiquée très tôt par l’homme et souvent décriée à tort

Le chanvre a été l’une des premières plantes domestiquées par l’homme, aux abords de 10 000 ans avant notre ère. Outre ses vertus thérapeutique, le chanvre est utilisé pour les voiles les cordes des navires, ainsi que comme nourriture. Les caravelles qui ont amené Christophe Colomb jusque dans les Caraïbes était ainsi équipées de cordes et de voiles à base de chanvre. On peut également l’utiliser comme support pour écrire, le chanvre se conservant parfaitement.

Cependant, cette plante est aussi associée à la drogue comme le Cannabis, si bien que le chanvre fut progressivement remplacé par le nylon et le coton, qui ne contiennent pas de THC (substance psychotrope que l’on retrouve dans le cannabis notamment). S’il est  possible de le cultiver à de fins non commerciales, le chanvre est très encadré car il contient dans ses tiges du THC, certes en très faible quantité.

Ces dernières années, le chanvre refait son apparition sur le devant de la scène avec de nombreuses personnalités de premier plan et certains partis politique pour le légaliser entièrement pour un usage médical. En effet, il est globalement non psychoactif (contrairement à certaines plantes de cannabis) et contient du CBD qui a comme vertu de soulager certains maux, comme l’épilepsie ou encore certaines maladies inflammatoires. Il est utilisé dans certains pays comme infusion pour notamment soulager le stress et aider les personnes qui souffrent du trouble du sommeil. Dans le textile, il refait sa réapparition notamment dans la constitution des toiles, des cordes et des vêtements qui requièrent un maximum de résistance. A noter qu’il est moins sensible aux changements climatiques et ne nécessite pas de traitement particulier pour sa culture.

Enfin, il est bon de rappeler qu’il ne faut pas confondre chanvre et culture du cannabis psychotrope. Ce dernier est totalement illégal et provoque des dommages irréversibles pour le cerveau. De plus, son acquisition au travers des réseaux parallèles favorise la criminalité et le banditisme, une partie de l’argent étant même utilisée dans certains milieux terroristes.

Source : contribution externe

%d blogueurs aiment cette page :