L’association Un Toit Pour Elles sanctionnée pour être trop proche d’un groupe d’opposition à Aulnay-sous-Bois ?

Les déboires de l’association Un Toit Pour Elles, dont le siège se trouve dans un pavillon du sud de la ville d’Aulnay-sous-Bois, interpellent. Car si certains parlent d’acharnement, il semblerait que les actions de la municipalité d’Aulnay-sous-Bois soient une sorte de rétorsion contre une collusion avec le groupe politique Aulnay En Commun.

Un groupe politique prompt à faire la promotion de l’association

L’association Un Toit Pour Elles a un objectif louable : héberger, aider et réinsérer les femmes victimes de violence, de pression pour leur donner une seconde chance. Ces femmes qui ont bien souvent sacrifié leur carrière pour fonder un foyer et qui se retrouvent à la rue du jour au lendemain à cause d’un mari violent ou volage méritent d’être secourues. L’association a donc, de prime abord, une mission d’intérêt général.

Cependant, et pour des raisons qui restent assez floues, cette association semble avoir des liens étroits avec le groupe politique Aulnay En Commun. Non seulement ce groupe communique énormément sur les activités de cette association (pour rappel, il y a de nombreuses associations à Aulnay-sous-Bois qui aident les plus fragiles et qui ne bénéficient pas d’une telle couverture médiatique), mais le canal de communication MonAulnay, également tenu par des membres proches de ce groupe politique, n’hésite pas à battre le pavé pour défendre cette association coûte que coûte.

Bien entendu, il n’est nullement question de remettre en cause cette proximité qui est, dans le monde associatif, naturelle. Même si les associations non politiques se doivent d’avoir un devoir de réserve et éviter toute liaison « dangereuse » avec des groupes ou des mouvements politiques, il n’est pas rare de voir des affinités apparaître en fonction de la constitution des bureaux. Ainsi à Aulnay-sous-Bois, certaines associations culturelles, sportives ou éducatives n’hésitent pas à transgresser leurs statuts et à faire l’éloge de la municipalité ou d’un groupe d’opposition, ou à critiquer ouvertement l’un des camps. Ceci n’est pas propre à Aulnay-sous-Bois et certaines associations le font de manière plus ou moins intelligente en fonction de la qualité des membres de leur bureau.

Une municipalité qui ne transige pas avec le « manque de loyauté » ou de neutralité

Certains affirmeront que des associations – et pas des moindres – n’hésitent pas à soutenir, d’une manière plus ou moins rusée, la municipalité en place. Il ne faut pas oublier que la ville d’Aulnay-sous-Bois subventionne un grand nombre d’associations dont le rôle est primordial pour le lien social et l’activité des administrés quelle que soit leur génération. De cette subvention, la ville s’attend au minimum à une neutralité sur le plan politique.

Cependant, certaines associations ou certains collectifs – qui ne bénéficient pas forcément de subventions – ont, sans forcément apporté de preuves tangibles, fait part de mesures de rétorsion suite à des rapprochements de personnalités proches ou faisant partie de l’opposition. Sans juger sur le fond, il est important de noter que ce type de pratique n’a rien d’illégale et est appliquée quasiment partout en France.

La majorité municipale à Aulnay-sous-Bois est toute puissante. Même si très peu d’Aulnaysiens se sont rendus aux urnes aux municipales 2020 – le début de l’épidémie de Covid aidant -, la victoire de Bruno Beschizza est sans appel. Et en l’absence d’une opposition plus structurée et surtout plus proche des « vrais gens » – et non sur les réseaux sociaux – le Maire peut espérer renouveler son mandat pour quelques lunes encore, comme le dirait le très célèbre blogueur local P’tit Louis.

L’association Un Toit Pour Elles a t-elle été victime de la trop forte proximité de son bureau avec le groupe d’opposition Aulnay En Commun ? S’il est difficile de répondre à cette question dans la mesure où plusieurs paramètres subjectifs entrent en jeu, il est fort à parier que la municipalité aurait été un peu plus conciliante si cette association avait montré, dans la forme principalement, plus de distance avec le microcosme politique local.

Publié le 11 avril 2021, dans Associations, Politique, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 6 Commentaires.

  1. Cet article est surprenant, quoique fait par un ancien soutien à Jacques Chaussat, membre de la majorité…
    Cette association n’a ja mais rien demandé à « Aulnay En Commun », c’est ce groupe d’opposition dont une des élues est très impliquée dans le défense des droits ds femmes qui a mis en ligne une cagnotte. Ne faisons pas l’histoire à l’envers.
    Quoiqu’il en soit, pélétrer dans un lieu privé sans permis de perquisissionner de la part d’élu est un acte qui mériterait que cette association porte plainte. Mettre à la rue des femmes victimes de violence, car contrairement au dire de la première adjointe, d’après les témoignages de personnes les ayant côtoyées, c’est ce qui a eu lieu,est une insulte à toutes ces femmes.

    • M. Karkides pourquoi faut-il toujours que vous rameniez la discussion à mon ancienne appartenance politique alors que j’ai quitté celle-ci en 2014 ? Votre ancien ami et protégé a bien raison, vous êtes plus bête que méchant

  2. @ Jean-louis

    Que reproches-tu à l’article d’Arnaud que pourtant je trouve très bien car il pose une question sous-jacente et implicite, mais non moins pertinente.

    Nous avons lu ici même des commentaires de trolls pro-mairie qui disaient qu’ils écraseraient les associations qui seraient soutenues par l’opposition…. N’est-ce pas totalement stupide d’adopter ce genre de position en politique ?

    Par conséquent la réflexion d’Arnaud arrive tout à fait à propos et met bien le doigt sur l’absence de démocratie, sur la dictature de la pensée unique pratiquée par cette équipe municipale, et surtout sur l’érection stupide de barrières, là où il ne devrait jamais y en avoir concernant les actes de solidarité et de fraternité, là où gauche, centre et droite devraient unanimement se retrouver, non ?

    De plus en collant systématiquement une étiquette très ancienne à une personne, alors que depuis bien de l’eau a coulé sous les ponts, tu nies qu’elle puisse évoluer, changer d’avis, ou encore réviser ses positions ! N’est-ce pas enfermant et sclérosant ?

    Apprécierais-tu de te voir coller une étiquette permanente pour ce que tu as fait il y a des années dans un contexte qui peut-être le justifiait à ce moment là, mais qui n’est plus d’actualité aujourd’hui ?

    Ne faisons jamais aux autres ce que nous ne voudrions pas qu’il nous soit fait !

  3. Quel ancien ami? Jamais un de mes amis ne dirait cela.
    Quant au reste, il serait utile à tes lecteurs d’avoir la réponse de cette association.

  4. Catherine, le ton de cet article donne des circonstances attenuantes à la ville et fait planer des doutes sur l’indépendance de l’association. De plus, il est facile de trouver sur Facebook sa réponse, ce que Aulnaycap a déjà fait pour d’autres articles. J’ai du mal à l’accepter et j’en déduis ce que je dis plys haut

  5. Je n’accorde aucune circonstances atténuantes à la ville pour ce qu’elle a fait à cette association, et si vraiment comme le suggère Arnaud, la raison de cet acharnement repose sur le fait que des élus d’Aulnay en Commun se soient engagés pour les soutenir et les aider, le comportement de cette équipe municipale d’extrême droite est alors lamentable et vraiment imbécile au plus haut niveau de bêtise humaine !

    Je refuse catégoriquement que cet acharnement à empêcher cette association à poursuivre les objectifs qu’elle s’est fixés, soit fait en mon nom et j’invite tous les Aulnaysiens qui désapprouvent ces agissements à se manifester et à dire NON !

    Nous, les citoyens de la société civile avons effectivement le droit et le pouvoir de demander des comptes à notre administration de sa gestion et de ce qu’elle fait pour les plus accablés d’entre nous, car par nos impôts nous lui donnons les facultés d’agir et de pouvoir le faire.

    Par conséquent puisque cette municipalité semble si attachée à ce que ces femmes violentées soient protégées de conditions de sécurité qui laisseraient à désirer selon ses allégations, elle doit reloger sur Aulnay, l’association qu’elle a persécutée sans droits de le faire, dans un lieu conforme à ses exigences, car elle a des pouvoirs et des moyens financiers pour le faire que l’association n’a pas !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :