Archives du blog

Du jambon avec listeria vendu chez Leclerc, Auchan, Intermarché et Casino rappelé partout en France

Selon la fiche émise par RappelConso, le jambon visé a été commercialisé sous les référence suivantes : 

  • Nom du produit : jambon cuit supérieur DD fabrication sans nitrite 4 tranches, 200g. Mais aussi jambon cuit supérieur Torchon sans antibiotique dès la naissance 6 tranches,  300g
  • Marque : Brocéliande
  • Code GTIN 3700133916298 / Lot 01042180 / Date limite de consommation 26/01/2022 et 27/01/2022
  • Code GTIN 3700133916298 / Lot 01043738 / Date limite de consommation 30/01/2022
  • Code GTIN 3700133913563 / Lot 01042051 / Date limite de consommation 28/01/2022 et 31/01/2022
  • Code GTIN 3700133913563 / Lot 01043321 / Date limite de consommation 02/02/2022
  • Code GTIN 3700133913563 / Lot 01045204 / Date limite de consommation 04/02/2022
  • Date début-fin de commercialisation : du 10/01/2022 au 20/01/2022
  • Marque de salubrité : FR 14 752 020 CE

Les clients qui détiendraient ces produits sont invités à ne pas les consommer et à les détruire ou les rapporter en magasin pour remboursement

Les personnes qui en auraient consommé « et qui présenteraient de la fièvre, isolée ou accompagnée de maux de tête, et des courbatures, sont invitées à consulter leur médecin traitant en lui signalant cette consommation », recommande RappelConso.

« La listériose est une maladie qui peut être grave et dont le délai d’incubation peut aller jusqu’à huit semaines », insiste le site du gouvernement.

Source : Actu.fr

Violemment agressée par un jet de conserve en pleine figure, une caissière du Casino de Sevran en état de choc

Le confinement met les nerfs à rudes épreuves avec des personnes de plus en plus irascibles. Marie, caissière au Casino à Sevran, en a fait les frais récemment. Alors qu’une cliente, pourtant habituée des lieux, demandait le remboursement de ses achats qui ne lui convenaient pas, Marie appliqua la consigne en indiquant que, sans ticket, le remboursement n’était pas possible.

A ces mots le sang n’a fait qu’un tour chez la cliente qui, d’une pulsion soudaine, lui a jeté une boite de conserve de coco en pleine figure. Heureusement, le vigil et des collègues sont venus rapidement pour calmer la dame, qui est partie sans décliner son identité.

Marie est à l’arrêt pour 3 jours, et est dans un état de choc. Le patron du Casino menace de fermer boutique, expliquant que les clients sont de plus en plus à cran, avec des risques de comportements de la sorte qui augmentent.

Image : Le Parisien

Le manque de casinos terrestres en Ile-de-France et les nouvelles salles de jeux dans Paris

casino_royan

Casino Barrière Royan

La région Île-de-France n’est pas vraiment bien pourvue en casinos terrestres. A part celui d’Enghien-les-Bains, il n’existe pas de structures de premier plan pour les franciliens. Au contraire, les régions Est et Sud bénéficient de nombreux casinos renommés, où les aficionados des jeux de hasard, des jeux de roulette et des jeux de cartes peuvent passer leur soirée à dépenser leur argent si difficilement acquis (enfin, pour certains).

Il n’existe pas à notre connaissance de casinos en Seine-Saint-Denis qui soit à l’image de ceux de la Côte d’Azur ou de celui de Royan. Il existe bien quelques salles de jeux de petite taille que l’on peut trouver notamment à Saint-Denis, au Raincy ou à Montfermeil, mais aucun casino terrestre remarquable.

Cependant, la situation pourrait changer quelque peu, l’assemblée nationale ayant autorisée il y a quelques semaines la ville de Paris à favoriser le développement des salles de jeux intra-muros. Ainsi, les passionnés de jeux de cartes, de black-jack ou autres jeux de hasard pourront désormais s’adonner à leur passion, en toute légalité. Il faut dire que pour la ville de Paris, cette autorisation est une nouvelle manne importante, les salles de jeux clandestines qui pullulent dans la ville échappent à tout contrôle fiscal !

A quand un véritable casino en Seine-Saint-Denis me direz-vous ? Ce ne sera pas pour tout de suite, les autorités voyant la Seine-Saint-Denis comme un territoire purement à vocation sociale, en difficulté, incompatible avec ce type d’équipement. La présentation du Grand Paris montrait d’ailleurs la Seine-Saint-Denis comme un vivier de main d’oeuvre et un territoire à forte vocation sociale, quand le plateau de Saclay ou le Val d’Oise comme un territoire d’investissement et de croissance. Il ne faut pas chercher plus loin.

Et dans quelques années ? Peut-être verra t-on un casino digne de ce nom s’installer sur le terrain de PSA à Aulnay-sous-Bois, ou pourquoi pas au milieu de la forêt entre Coubron et Clichy-sous-Bois, voire à proximité de Paris, vers Pantin ou le Pré-Saint-Gervais. Mais ce ne sera pas pour tout de suite, l’implantation d’un casino dans notre département ne fait vraiment pas partie des dossiers prioritaires…

 

Faites vos jeux : mais si vous empruntez à la banque, il faudra rembourser !

argentLa loi ne permet pas de demander en justice le paiement d’une dette de jeu ou d’un pari mais celui qui emprunte à sa banque pour pouvoir jouer, doit rembourser.

Dans cette affaire, un couple avait contracté auprès de sa banque, divers emprunts pour un montant d’environ 1 400 000 euros, ayant servi à participer à des jeux organisés par La Française des jeux (et donc licites).

Pour ne pas avoir à rembourser la banque, les joueurs soutenaient que l’ouverture de crédit leur avait été consentie pour les besoins du jeu et qu’il s’agissait donc d’une dette de jeu, pour laquelle la loi n’autorise aucune action en justice.

Les juges ont considéré au contraire que l’exception de jeu édictée par le code civil, qui prive le gagnant de toute action en justice pour le paiement de sa créance à l’égard du perdant, ne peut être invoquée pour un prêt contracté auprès d’une banque dès lors que celle-ci ne connaissait pas l’usage des fonds par ses clients.

Ils ont également estimé que la banque n’avait pas à s’immiscer dans la gestion du compte de ses clients.

En revanche les tribunaux admettent l’exception de jeu pour rejeter la demande d’un casino, qui après avoir fait crédit à un joueur réclame le remboursement des sommes prêtées pour jouer, le préteur étant dans ce cas l’organisateur du jeu.

Source : Service-public.fr

%d blogueurs aiment cette page :