Archives du blog

Nos problèmes seraient résolus si la population mondiale était réduite de 90 pour cent

Ces propos appartiennent à Jane Goodall qui les a  prononcé  à l’occasion du forum économique mondial. L’ambassadrice britannique pour la paix auprès de l’ONU, a en effet déclaré :

«    Nous ne pouvons pas nous cacher de la croissance de la population humaine, car vous savez que c’est la racine de tous les problèmes. Rien de tout cela ne serait arrivé si la population avait été comme il y a 500 ans.  »

Cette idéologie mortifère visant à réduire la population mondiale contre son gré ne fait que perpétrer les commandements inscrits sur les Georgias guidestones :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Georgia_Guidestones

L’un de ses commandements  stipule en son article premier :    « Maintenez l’humanité en dessous de 500 millions d’individus en perpétuel équilibre avec la nature  »

Bien évidemment il n’est pas précisé de quelle manière on réduit la population mondiale à 500 millions d’individus,  ni qui est à l’origine de ces prescriptions difficiles à tenir,  compte tenu du fait que nous allons allègrement vers les 8 milliards d’êtres humains sur la planète ….

On comprend mieux les théories génocidaires et eugénistes  des Bill Gates et autres Jacques Attali…. Reste à savoir qui parmi vous chers lecteurs informés,  est prêt à se porter volontaire pour se suicider, se faire euthanasier ou assassiner ?

Le second commandement parle d’eugénisme :   « Guidez judicieusement la reproduction afin d’améliorer adaptabilité et diversité  »

Devons-nous comprendre que certains humains auront le droit d’avoir des enfants et d’autres seront stérilisés ou rendus infertiles, par exemple avec des vaccins trompeurs… ?  Les temps sont murs pour se poser sérieusement la question et ne pas laisser des dirigeants mondiaux malfaisants et diaboliques décider à notre place…

Article  rédigé  le  23  juillet  2022  par  Catherine  Medioni

Valérie Pécresse désormais favorable au mouvement LGBT et la théorie du genre ?

Valérie Pécresse est une femme qui a des comptes à nous rendre lorsqu’elle nous reçoit en visio dans son QG de campagne. Son opposition au mariage pour tous, sa participation à un meeting de Sens Commun, les freins de son camp politique à la PMA pour toutes ou encore à toute forme d’amélioration des conditions de vie des personnes transgenres.

Mais la désormais candidate Les Républicains (LR) à l’élection présidentielle n’est pas prête à des excuses. Au contraire, elle affirme avoir toujours appartenu à “la frange progressiste” de la droite. Elle en veut notamment pour preuve qu’elle aurait toujours condamné les politiques LGBTphobes en Pologne ou en Hongrie. Si elle est élue en 2022, elle assure aussi vouloir ouvrir davantage les établissements scolaires aux associations qui luttent contre les LGBTphobies. Plus encore, elle promet que la libre détermination du genre fait partie de son ADN. 

Mais peut-on vraiment croire Valérie Pécresse ? Derrière certains diagnostics qu’elle partage avec TÊTU, il reste que la candidate ne part pas seule dans sa course à l’Élysée, mais avec une équipe rapprochée. Y figure le sénateur vendéen Bruno Retailleau, chargé des “grandes réformes du début du quinquennat”, qui a tout fait pour ralentir l’adoption de la PMA pour toutes. Ou encore François-Xavier Bellamy, chargé des relations avec le Parlement européen, qui fait des conférences avec Viktor Orbán quand il ne qualifie pas la PMA pour toutes de “malédiction”. Laurent Wauquiez, président de son comité de soutien, déclarait quant à lui devant les troupes de Sens commun que la loi bioéthique, “c’est de l’eugénisme”, invoquant “le nazisme“. Alors, c’est sûr, on avait quelques questions à poser à Valérie Pécresse….

Source et article complet : Têtu

%d blogueurs aiment cette page :