Archives du blog

Hadama Traoré explique son pacte de non-agression avec le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza

Le mouvement LREEM intervient depuis 3 ans au sein de la ville d’Aulnay sous bois dans un seul but : mettre fin aux inégalités sociales et au manque de considération pour que l’humain soit entouré de justice. Il prône le savoir vivre et faire ensemble et travaille pour favoriser le rêveil intellectuel de chaque individu. En 3 ans nous avons été sollicités par les habitants de la ville d’Aulnay sous bois pour des sujets divers : la fermeture de la piscine, la destruction du centre commercial Le Galion, les conditions de vie dans les parcs HLM, les interventions non maitrisées de la police nationale et de la police municipale, la vie et l’aménagement du parc Robert Ballanger, les débordements liés au non respect des emplacements alloués au marché, les marchands de sommeil dans les quartiers Sud, la malversation foncière etc…. Tant de sujets qui ont conduit à dresser la mairie de la ville d’Aulnay sous bois face au mouvement LREEM, avec une violence institutionnelle ayant valu au porte-parole du mouvement 6 passages devant les magistrats (avec 3 jugements gagnés). 
Ces 3 dernières années ont par moment installé un climat insoutenable y compris pour les habitants de la ville. Un climat habituellement présent uniquement durant les campagnes municipales avec des scènes de violence pour dissuader les candidats et soudoyer des votes. Le mouvement LREEM souhaite  pour les habitants comme pour tous les candidats, une campagne apaiséé pour rompre avec les campagnes précédentes et notamment celle de 2014. Une campagne permettant à chaque candidat de présenter ses idées, ses projets d’avenir pour la ville. Les aulnaysiennes et aulnaysiens méritent bien mieux. Ils méritent que les questions environnementales, les questions liées à l’éducation, à l’emploi, au logement, à la santé, à la sécurité … soient les seules préoccupations. Les seules discussions légitimes de faire couler l’encre. De même les aulnaysiennes et aulnaysiens méritent que l’on égaye leur curiosité et leur « conscience citoyenne ». Que chacun puisse s’approprier les idées et programmes des candidats. C’est avec humilité que nous voulons que chacun « réapprenne à voter pour agir dans son environnement ». Le pacte de non agression, qui n’est pas une alliance, mais un pacte morale realisé avec la majorité municipale de la ville d’Aulnay sous bois, s’inscrit dans cette idée. C’est d’ailleurs une démarche que nous avons eu avec plusieurs candidats. 
Une démarche qui n’empêchera en rien le mouvement LREEM d’être force de proposition, d’exprimer ses désaccords et de faire part d’autres alternatives chaque fois que les aulnaysiennes et aulnaysiens en auront besoin. De dénoncer les agissements qui vont à l’encontre du bien des concitoyens.
Le mouvement LREEM poursuit ainsi son souhait d’une image positive au sein de la ville d’Aulnay sous bois. Son souhait « d’élever le débat citoyen ». Pas seulement pour la ville d’Aulnay d’ailleurs mais pour toutes les villes qui connaissent des climats similaires durant les élections. Qu’Aulnay puisse en toute humilité être un exemple et ouvrir la voie. 
Le mouvement LREEM se présente aux élections municipales de Mars 2020 avec son parti politique DÉMOCRATIQUE « La D.R. » avec une liste citoyenne intergénérationnelle et reste à disposition des aulnaysiennes et aulnaysiens pour plus d’informations. Amour, paix et dignité. La révolution est en marche et personne ne pourra l’arrêter.
Source : Hadama Traoré

En échange de l’abandon des sommes à verser suite à sa condamnation judiciaire, Hadama Traoré promet sa neutralité à Bruno Beschizza

Le chef de La Révolution Est En Marche, Hadama Traoré, est connu pour son franc-parler et ses actions à l’encontre de la majorité municipale d’Aulnay-sous-Bois. Viré par la ville d’Aulnay pour injure et relation conflictuelle avec le Maire, Hadama Traoré avait été condamné par la Cour d’Appel de Paris pour des propos tenus à l’encontre de l’édile d’Aulnay (notamment, des menaces qui présumaient de possibles atteintes à son intégrité physique).

Condamné, Hadama Traoré devait payer 1 400 € (700 € de dommages et intérêts, 700 € au titre de l’article 475-1 du Code de procédure pénale).

Par l’intermédiaire de son cabinet d’avocats, Bruno Beschizza a décidé à renoncer à cet arrêt. En échange, Hadama Traoré promet la plus stricte neutralité et de ne plus critiquer Bruno Beschizza jusqu’aux résultats des municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois.

%d blogueurs aiment cette page :