Publicités

Archives du blog

Le château d’Aulnay-sous-Bois sera reconstruit d’ici 2022

C’est une surprise totale mais qui ravira très certainement les amateurs d’histoire, du patrimoine et de la vie de châtelain : le célèbre château d’Aulnay-sous-Bois, qui se trouvait aux alentours de la rue Kléber non loin du siège de la police municipale, sera reconstruit quasiment au même endroit d’antan, selon la volonté de l’exécutif municipal qui souhaite redonner à la ville un emblème à la hauteur de son image.

Un projet de plus de cent millions d’euros et des préemptions

La rédaction a contacté les services de la mairie pour en savoir plus sur les tenants et les aboutissants de ce projet gargantuesque. Selon les plans initiaux élaborés par les services techniques, le futur chateau sera construit à l’identique du bâtiment initial moins quelques dépendances à cause du manque de foncier. L’emplacement se situe entre l’avenue Kléber, la rue Camille Pelletan et la rue Marceau, juste au nord des bâtiments de la police municipale. Une partie de la rue Camille Pelletan, partant vers le Nord depuis le rond-point du château, sera privatisé pour servir d’entrée officielle au nouveau domaine. Au total, c’est pas moins de 22 000 m² qui sont préemptés avec des pavillons qui seront rachetés puis détruits pour faire place nette au chateau.

Ce projet titanesque semble confrontés à ses premières difficultés puisque selon nos sources, certains propriétaires semblent réticents à l’idée de céder leur pavillon, et pourrait jouer sur les recours pour retarder les travaux.

Un projet sous la supervision du Cahra et de Stéphane Bern

Afin de pouvoir reproduire à l’identique le château d’Aulnay tout en utilisant des matériaux modernes et faciles d’accès, la municipalité d’Aulnay a confié au Cercle Archéologique et Historique de la Région d’Aulnay (CAHRA) la maîtrise d’ouvrage. Cette association dispose de nombreux documents d’époques permettant de mieux connaître les détails tant au niveau de l’architecture du château que sur la disposition des jardins. Le CAHRA a d’ailleurs pris contact avec la municipalité de Livry-Gargan pour récupérer quelques fresques, mosaïques et parements de pavillons qui ont été construits à l’aide des vestiges du château.

Autre fait qui a suscité notre intérêt : le célèbre présentateur, animateur, journaliste et passionné de châteaux Stéphane Bern participera aux différents ateliers, à la demande express de Bruno Beschizza, afin de mener à bien le chantier et apporter son expérience et son savoir-faire. Nous ne savons pas cependant quels seront les émoluments exigés par M. Bern.

L’opposition sceptique voire hostile au projet

Si le futur château apportera indiscutablement une visibilité positive à la ville et la visite de nombreux touristes passionnés d’histoire, le coût de l’opération et la suppression de certains pavillons de caractère semblent provoquer une hostilité remarquable de la part de l’opposition. Ainsi, Benjamin Giami (LREM), que nous avons joint par téléphone, s’alarme de l’augmentation de la dette qui résulterait de ce chantier. Guy Challier (PS) trouve quant à lui regrettable de supprimer des logements à proximité d’artères commerçantes pour un projet qui ne bénéficierait qu’à une minorité.

Alain Amédro (EELV) fut aussi très acerbe vis-à-vis de ce projet de construction de château mais reconnait que retrouver les vestiges de ce qui furent les emblèmes de la ville part d’un bon sentiment. Interrogé sur cette volonté de retrouver une partie de l’héritage Aulnaysien, M. Amédro nous a confié qu’il souhaiterait plutôt raser le vieux quartier pavillonnaire de Chanteloup pour y faire renaître la forêt de Bondy, en y plantant principalement des Aulnes. « N’est-ce pas le véritable emblème de la ville », nous a t-il soupiré…

Un chateau aux multiples fonctions

Interrogé par la rédaction, le maire Bruno Beschizza a balayé d’un revers de la main les critiques de son opposition. Selon lui, les retombées économiques seront immédiates, avec des commerces de proximité en plein essor et un quartier du Vieux-Pays re-dynamisé. De plus, les nombreux visiteurs attendus permettraient de couvrir largement l’entretien du château et apporter des bénéfices.

M. Beschizza entend également utiliser le bâti pour y héberger quelques services de la ville, développer les activités culturelles (chants, danses, défilés…) et permettre au Maire d’inviter les personnalités remarquables de passage dans la ville. Des appartements y seraient également loués pour les personnalités politiques et médiatiques, avec un service de restauration étoilé.

Quant aux riverains inquiets de la disparition de leur pavillon, M. Beschizza nous a rappelé que les espaces qui se libèrent sur le terrain de PSA permettraient rapidement de reloger les familles impactées, avec une promesse d’avoir une superficie habitable et un terrain plus importants que ce que les foyers ont jusqu’à présent. De quoi rassurer – ou pas – les personnes qui s’inquiètent de ce projet qui sera débattu lors du prochain conseil municipal.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :