Archives du blog

Instant détente pendant le confinement en vidéos : la visite du château d’Amboise

Le château d’Amboise est rempli d’histoire. Situé non loin de la ville de Tours, ce chateau est la dernière demeure du célèbre inventeur Italien Léonard de Vinci. Son tombeau se trouve à l’intérieur.

Le château abrite également un cimetière musulman, situé à l’endroit le plus haut du château. En effet,  l’émir Abd el-Kader y avait été fait prisonnier parce qu’il avait mené une rébellion dans les années 1830s en Algérie contre l’occupation française.

Le château a été restauré en grande partie, différents événements dont la révolution française l’avaient fortement endommagé.

Ci-dessous quelques vidéos, pour vous, pour découvrir le château d’Amboise.

Moment détente pendant le confinement à cause du Covid-19, vidéos d’un spectacle château de Murol Puy de Dôme

Les temps sont très difficiles, nous sommes tous obligés de rester cloîtrés chez nous en attendant que le Coronavirus disparaisse pour de bon. Entre les moments de lecture, de loisirs avec les enfants, de jardinage pour certains, la rédaction vous proposera quelques vidéos qui vous permettront de vous évader l’espace d’un instant.

Ici, parlons du château de Murol dans le département du Puy de Dôme, château en ruine mais petit à petit reconstruit avec des spectacles retraçant la vie du Moyen-Âge et de la guerre de cent ans. Un endroit qui était autrefois un véritable champ de bataille entre deux grandes nations européennes et qui est devenu un secteur bucolique, verdoyant et accueillant avec de nombreux touristes ébaubis.

Nous vous partageons deux vidéos de ce spectacle, et nous vous concoctons, entre deux informations parfois moins plaisantes, d’autres reportages.

Droit de réponse de Frank Cannarozzo concernant la vente de la propriété Henri Dunant à Aulnay-sous-Bois

Non la Ville ne décide pas du prix auquel elle achète ou vend des biens immobiliers ! L’article L 2241- 1 du code général des collectivités territoriales précise que « Le conseil municipal délibère au vu de l’avis de l’autorité compétente de l’État. ». Cette autorité s’appelle France Domaine et elle dépend du ministère des Finances. Lorsqu’une ville veut acheter ou vendre un bien, elle demande à France Domaine d’établir le prix de vente. Et la ville doit respecter ce prix avec une marge de négociation de 10% maximum.

Non aucun agent immobilier ne peut estimer le prix a 850 000 euros pour une maison en ruine avec des travaux de rénovation de plusieurs centaines de milliers d’euros. Ou alors qu’il livre ici cette fameuse estimation et qu’il démontre qu’il avait des clients.

Non aucun membre du cabinet du maire ne peut décider d’un acte administratif et le valider. Il ne fait ni partie de l’administration a proprement parlé ni des élus. Il conseille le maire. Point !

Oui l’acheteur avait fait la meilleure offre qui correspondait au prix fix2 par France Domaine ET qui garantissait la rénovation complète de la maison.

Oui nous avons ainsi sauvé cette maison d ‘une démolition certaine après 8 ans de délabrement et de squat. Et comme par hasard personne n’en parle.

Qu’aurions-nous entendu si la maison, en ruine avait du être démolie ! On l’a sauvé et les amoureux du patrimoine si prompt à s’exprimer ici ont disparu.

Et pourquoi personne ne s’étonne du prix fixé par France Domaine en 2011 a 290 000 euros comme on le voit sur le document alors que Guy Challier, était adjoint à l’urbanisme ?

Est-ce parce qu’il est colistier des messieurs Amedro, Suaudeau et Karkides ? Lui aussi était complice de cette sous-estimation manifeste ?

Pourrait-il enfin s’exprimer sur ce fameux prix ?

Ces accusations sont le fait d’un illuminé dont le seul but est de faire parler de lui. Mais il le fait avec la complicité de nos autres adversaires qui relaient ces informations sans jamais condamner les méthodes de lynchage médiatique qu’ils utilisent.

Enfin il est facile de demander au parquet d’ouvrir une enquête préliminaire : « L’enquête préliminaire peut être mise en œuvre à l’égard de toutes les infractions, à l’initiative des forces de police ou sur instruction du procureur de la République ou suite à un dépôt de plainte. Dans ce cas, une enquête préliminaire n’est ouverte que si le procureur l’estime nécessaire pour déterminer la vérité ou les torts. Si l’initiative vient de la police ou de la gendarmerie, l’officier de police judiciaire dirigeant l’enquête doit informer le procureur de la République dès que des indices apparaissent à l’encontre d’une personne. Cette obligation est faite également pour toute enquête ouverte depuis plus de 6 mois, afin que le magistrat puisse apprécier des suites à donner à cette enquête. »

Cela ne signifie rien d’autre que l’exercice du droit de chaque citoyen. Mais cela ne signifie ni la présence d’éléments, ni la culpabilité de qui que ce soit. A moins de ne plus respecter les fondements démocratiques…

Source : droit de réponse de Frank Cannarozzo

Article du Parisien : Bruno Beschizza, maire d’Aulnay-sous-Bois, porte plainte

Madame, Monsieur,

À quatre jours du 1er tour des élections municipales, Le Parisien publie un article intitulé « Aulnay : enquête ouverte sur la vente du château appartenant à la ville ».

Cet article affirme que la ville aurait revendu un bien en sous-estimant volontairement sa valeur pour faire un cadeau à l’acheteur parce qu’il est entrepreneur de la ville.

Cet article n’est qu’un tissu de mensonges uniquement destinés à salir.

  1. Quand elle achète ou vend un bien, la ville est tenue de consulter les services de « France Domaines », organisme d’Etat, placé sous l’autorité du préfet. Ces services évaluent, eux, la valeur du bien.
  2. Les services de la ville ont strictement respecté toutes les procédures légales et règlementaires.

Les Domaines ont fixé le prix à 281.000€. Ils ont réalisé cette estimation au regard de plusieurs éléments :

  • « Le pavillon principal est inoccupé et abandonné depuis plusieurs années. Par le passé il fut squatté et dégradé par cette occupation sauvage. Une réhabilitation complète doit être entreprise avant toute habitation paisible : menuiserie, isolation, plomberie, chauffage, électricité, toiture, sanitaire… »
  • « Ce bien a subi une dépréciation importante de sa valeur en raison de son état d’abandon. De plus, ce pavillon est identifié comme bâtiment remarquable au titre de l’article L137-7 du Code de l’Urbanisme.

En conséquence, il doit être réhabilité malgré son état actuel de dégradation. »

Le bien a été vendu à l’acquéreur qui a fait la meilleure offre à 290.000€, avec obligation « de ne pas diviser le terrain, de ne pas démolir cet ensemble immobilier, de préserver les arbres protéger au PLU, d’entretenir le patrimoine bâti ». Nous avons protégé le patrimoine historique d’Aulnay.

  •  Toutes ces opérations ont été officialisées dans une délibération du 23 septembre 2015 adoptée à l’unanimité du Conseil municipal.
  • Pour rappel : dans une délibération du 27 septembre 2012, présentée par mon prédécesseur, ce bâtiment était évalué à 290.000€.
  • L’ensemble des éléments administratifs et juridiques du dossier ont été communiqués au journaliste qui n’a pas voulu en tenir compte.

Dans cette campagne électorale, rien ne me sera épargné : insultes, menaces, tracts anonymes…
Vous me connaissez. Je suis un mari et un père de famille. Je suis un homme d’engagement. J’ai consacré ma vie au service de mon pays, la France. D’abord à l’armée, ensuite au sein de la Police nationale et maintenant en tant qu’élu, maire de notre belle ville d’Aulnay-sous-Bois. Je me suis toujours consacré avec passion au service de mes concitoyens.

Je suis un homme de convictions. Vous connaissez mes valeurs. Les valeurs d’un homme de droite, d’un républicain, qui aime son pays. Un homme qui croit au mérite, à la générosité, à l’autorité, à la liberté, à l’équité… Un homme qui croit à la loyauté, à la fidélité.

C’est sans doute cela qui doit déplaire à ce journaliste qui accorde du crédit à un ex-agent de la ville que j’ai fait révoquer et condamner. Pourtant, en janvier dernier, il écrivait que cet individu « était poursuivi pour apologie du terrorisme dans l’affaire Harpon », l’assassin de la Préfecture de Police de Paris. Cherchez l’erreur !

Je pose la question : pour qui roule ce journaliste du Parisien ? Ce journaliste dont les articles sont systématiquement salués par l’opposition. Ce même journaliste qui prend parti sur les réseaux sociaux contre des élus de la majorité. Ce journaliste s’est visiblement senti investi d’une mission de premier opposant politique au mépris du seul arbitre qu’est le suffrage universel.

Une campagne des municipales n’autorise pas tout. Je ne resterai pas sans réagir face à des allégations mensongères et diffamantes, exhumées opportunément à quelques jours du premier tour de l’élection municipale.

Je ne laisserai pas salir la ville, la mairie, la probité de ses agents. Je ne laisserai pas salir mon honneur. J’ai décidé de saisir la justice et d’engager des poursuites pour mettre un terme à ces calomnies.

Soyez assurés de ma détermination à poursuivre mon action à votre service. Ensemble, nous allons continuer à faire de grandes et belles choses pour Aulnay.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’expression de mes salutations distinguées.

Bruno BESCHIZZA
Maire d’Aulnay-sous-Bois

Enquête ouverte sur la vente du «château» appartenant à la ville d’Aulnay-sous-Bois

Une enquête est ouverte sur le rachat d’un bien communal par un prestataire de la mairie. Acquis 500 000 euros en 2007, il a été revendu 290 000 euros par la ville.

C’est l’une des plus belles maisons d’Aulnay-sous-Bois. Au 2, rond-point Henri-Dunant, dans le secteur pavillonnaire cossu de la ville, s’élève un manoir du XIXe façon «meulière» de 210 mètres carrés, doté d’une tourelle caractéristique qui lui vaut le surnom de «château».

Une demeure classée par le département, achetée 500 000 euros par la ville en 2007, en guise de réserve foncière, et revendue… 290 000 euros en 2015, à un patron proche de la mairie. De quoi intéresser la justice : le parquet de Bobigny vient d’ouvrir une enquête préliminaire pour prise illégale d’intérêt à la suite d’une dénonciation au procureur par une avocate, Yael Scemama, conseil du militant et candidat à la mairie, Hadama Traoré (SE).

L’acheteur, un important prestataire de la ville

Au cœur du dossier : l’acheteur, dirigeant d’une société d’équipement de cuisines collectives et important prestataire de la ville, et le rôle présumé de Naguib Benlarbi, le directeur de cabinet adjoint du maire (LR) Bruno Beschizza.

Source et article complet : Le Parisien

Le château d’Aulnay-sous-Bois sera reconstruit d’ici 2022

C’est une surprise totale mais qui ravira très certainement les amateurs d’histoire, du patrimoine et de la vie de châtelain : le célèbre château d’Aulnay-sous-Bois, qui se trouvait aux alentours de la rue Kléber non loin du siège de la police municipale, sera reconstruit quasiment au même endroit d’antan, selon la volonté de l’exécutif municipal qui souhaite redonner à la ville un emblème à la hauteur de son image.

Un projet de plus de cent millions d’euros et des préemptions

La rédaction a contacté les services de la mairie pour en savoir plus sur les tenants et les aboutissants de ce projet gargantuesque. Selon les plans initiaux élaborés par les services techniques, le futur chateau sera construit à l’identique du bâtiment initial moins quelques dépendances à cause du manque de foncier. L’emplacement se situe entre l’avenue Kléber, la rue Camille Pelletan et la rue Marceau, juste au nord des bâtiments de la police municipale. Une partie de la rue Camille Pelletan, partant vers le Nord depuis le rond-point du château, sera privatisé pour servir d’entrée officielle au nouveau domaine. Au total, c’est pas moins de 22 000 m² qui sont préemptés avec des pavillons qui seront rachetés puis détruits pour faire place nette au chateau.

Ce projet titanesque semble confrontés à ses premières difficultés puisque selon nos sources, certains propriétaires semblent réticents à l’idée de céder leur pavillon, et pourrait jouer sur les recours pour retarder les travaux.

Un projet sous la supervision du Cahra et de Stéphane Bern

Afin de pouvoir reproduire à l’identique le château d’Aulnay tout en utilisant des matériaux modernes et faciles d’accès, la municipalité d’Aulnay a confié au Cercle Archéologique et Historique de la Région d’Aulnay (CAHRA) la maîtrise d’ouvrage. Cette association dispose de nombreux documents d’époques permettant de mieux connaître les détails tant au niveau de l’architecture du château que sur la disposition des jardins. Le CAHRA a d’ailleurs pris contact avec la municipalité de Livry-Gargan pour récupérer quelques fresques, mosaïques et parements de pavillons qui ont été construits à l’aide des vestiges du château.

Autre fait qui a suscité notre intérêt : le célèbre présentateur, animateur, journaliste et passionné de châteaux Stéphane Bern participera aux différents ateliers, à la demande express de Bruno Beschizza, afin de mener à bien le chantier et apporter son expérience et son savoir-faire. Nous ne savons pas cependant quels seront les émoluments exigés par M. Bern.

L’opposition sceptique voire hostile au projet

Si le futur château apportera indiscutablement une visibilité positive à la ville et la visite de nombreux touristes passionnés d’histoire, le coût de l’opération et la suppression de certains pavillons de caractère semblent provoquer une hostilité remarquable de la part de l’opposition. Ainsi, Benjamin Giami (LREM), que nous avons joint par téléphone, s’alarme de l’augmentation de la dette qui résulterait de ce chantier. Guy Challier (PS) trouve quant à lui regrettable de supprimer des logements à proximité d’artères commerçantes pour un projet qui ne bénéficierait qu’à une minorité.

Alain Amédro (EELV) fut aussi très acerbe vis-à-vis de ce projet de construction de château mais reconnait que retrouver les vestiges de ce qui furent les emblèmes de la ville part d’un bon sentiment. Interrogé sur cette volonté de retrouver une partie de l’héritage Aulnaysien, M. Amédro nous a confié qu’il souhaiterait plutôt raser le vieux quartier pavillonnaire de Chanteloup pour y faire renaître la forêt de Bondy, en y plantant principalement des Aulnes. « N’est-ce pas le véritable emblème de la ville », nous a t-il soupiré…

Un chateau aux multiples fonctions

Interrogé par la rédaction, le maire Bruno Beschizza a balayé d’un revers de la main les critiques de son opposition. Selon lui, les retombées économiques seront immédiates, avec des commerces de proximité en plein essor et un quartier du Vieux-Pays re-dynamisé. De plus, les nombreux visiteurs attendus permettraient de couvrir largement l’entretien du château et apporter des bénéfices.

M. Beschizza entend également utiliser le bâti pour y héberger quelques services de la ville, développer les activités culturelles (chants, danses, défilés…) et permettre au Maire d’inviter les personnalités remarquables de passage dans la ville. Des appartements y seraient également loués pour les personnalités politiques et médiatiques, avec un service de restauration étoilé.

Quant aux riverains inquiets de la disparition de leur pavillon, M. Beschizza nous a rappelé que les espaces qui se libèrent sur le terrain de PSA permettraient rapidement de reloger les familles impactées, avec une promesse d’avoir une superficie habitable et un terrain plus importants que ce que les foyers ont jusqu’à présent. De quoi rassurer – ou pas – les personnes qui s’inquiètent de ce projet qui sera débattu lors du prochain conseil municipal.

La tragique histoire du château d’Aulnay-sous-Bois

La construction de ce château est située au XIIème siècle sous le règne du roi Philippe II dit Philippe Auguste. Mais tout est permis pour supposer qu’il existait déjà bien avant sous une autre forme car il y avait déjà des seigneurs d’Aulnay dès le XIème siècle.

Le plus puissant des seigneurs d’Aulnay fut le médecin de Louis XI, Jacques Coitier. Il prit possession du château en 1485. Il adopta son neveu, Jacques le Clerc, qui à sa mort en hérita. La famille de Gourgue devint propriétaire du château quand Isabelle Le Clerc de Coitier épousa Armand Jacques de Gourgue en 1683. Jusqu’à l’aube du XXème siècle c’est cette famille qui y demeura avant sa démolition.

C’est sous Louis XIV dit le roi Soleil, que l’ancienne forteresse fut démolie pour être remplacée par une jolie construction. Au XIXème siècle, on rajouta la partie centrale du château pour unir les deux ailes.

L’entrée se trouvait place de l’église et les bâtiments du château se trouvaient entre l’avenue Anatole France, la rue Marceau, la rue Kléber et la rue Jacques Duclos. Quant au parc il s’étendait jusqu’au boulevard Lefèvre.

Le dernier des de Gourgue meurt en 1893 et le château n’a plus que 14 ans à vivre. Eh oui, en 1907, on décida de le détruire et de faire des lotissements. Les pierres furent utilisées pour construire des habitations. Si un jour vous allez à Livry-Gargan, un immeuble situé allée Deparcieux vous montrera des sculptures qui se trouvaient dans la cour d’honneur ainsi que la porte d’entrée et l’encadrement des fenêtres.

La ville d’Aulnay-sous-Bois vient d’acquérir les armoiries et en collaboration avec le CAHRA les ont fait restaurer. Je ne sais pas encore où on pourra les admirer Je pense, mais c’est un avis tout à fait personnel, qu’on devrait les mettre non loin de l’emplacement où se trouvait le château.

En passant dans la rue Kléber vous pouvez saluer un témoin de cette époque : un cèdre. Mais ne cherchez pas à le faire parler car il se refuse à dire le moindre mot. Il se sent sans doute orphelin de ce château.

Source : page Facebook « Tu es d’Aulnay-sous-Bois quand », Alain R.S.

D’où vient cette carte postale d’un habitant d’Aulnay-sous-Bois montrant une vielle chapelle ?

carte aulnayUn lecteur Aulnaysien est tombé sur une ancienne carte postale qui provient de la collection d’un voisin.

Il souhaiterait être éclairé sur la prise de ce lieu, son époque, le contexte. Est-ce qu’une âme charitable aurait la bonté de lui donner cette information ? Qui a des informations sur le château de la vallée aux loups ?

Vidéo : Visite des jardins du château de Champs-sur-Marne : le lac

chateau_champs_lac

Vidéo

Nouvelle découverte des secrets du château de Champs-sur-Marne : Aurore Buselin  vous invite à découvrir la splendeur et l’authenticité de ce patrimoine remarquable en cliquant sur l’image ci-contre.

Vidéo : Vue du château de Champs-sur-Marne

chateau_champs

Vidéo

En ce dimanche particulier la rédaction vous propose de découvrir une vue magnifique du château de Champs-sur-Marne en cliquant sur l’image ci-contre.

Reportage réalisé par Aurore Buselin

%d blogueurs aiment cette page :