Archives du blog

Hadama Traoré demande une enquête administrative sur Naguib BENLARBI, un proche collaborateur du Maire d’Aulnay-sous-Bois

Le mouvement LREEM demande à ce qu’une enquête administrative soit ouverte concernant Mr Naguib BENLARBI, un proche collaborateur du Maire d’Aulnay-sous bois. Il est soupçonné de plusieurs faits de délinquance.

Vous trouverez par ailleurs ici une lettre qui vous a été adressée par mon avocate en date du 29 août 2020

Nous portons ce sujet désormais depuis 2 ans. Nous imaginions nous mobiliser le mercredi 8 octobre 2020 devant la préfecture de Bobigny. De même que nous avions penser aller au conseil municipal d’octobre pour connaitre le positionnement du Maire d’Aulnay-Sous-Bois.
Toutefois nous nous en remettons à vous pour que ce sujet soit traité par les autorités compétentes et ce avec toute l’attention qu’il mérite.

Source : La Révolution Est En Marche.

Hadama Traoré demande la mise à l’écart de Naguib Benlarbi du cabinet du Maire d’Aulnay-sous-Bois

Je tiens dans un premier temps à vous féliciter pour votre réélection en tant que premier magistrat de la ville.

Depuis 2018, nous dénonçons les agissements de certains de vos collaborateurs, issus de votre administration, au sujet du logement. Depuis juin 2019, nous dénonçons également les agissements de certains de vos collaborateurs, toujours issus de votre administration, mais cette fois-ci concernant le foncier. Ces dénonciations ont conduit la justice à mener une enquête de police concernant Naguib BENLARBI, actuel directeur adjoint du cabinet du maire.

Naguib BENLARBI est visé par une plainte pour acte de délinquance, déposée par un jeune homme de la ville d’Aulnay-sous-Bois. Bien avant de déposer plainte, ce jeune s’était retourné vers plusieurs personnes de la ville pour confier sa détresse suite à ces événements et notamment chez :

  • La première adjointe au maire Mme MAROUN
  • Le directeur de la police municipale Mr LEROUX
  • L’ancien directeur de l’assainissement Mathieu JOSSELIN
  • L’actuel responsable de l’assainissement Mohamed CHOUACHI.

Naguib BENLARBI l’avait alors menacé de faire jouer de ses relations pour le faire licencier. Des menaces qui ont été mises à exécution. 

Dans ce cas précis nous demandons la mise à l’écart de Naguib BENLARBI de l’administration de la ville d’Aulnay sous-bois en attendant la finalisation de l’enquête. Nous aimerions être reçus avec le jeune homme par le maire ou le DGS afin de discuter de sa révocation que nous trouvons abusive.

Avant de présenter le dossier au journaliste du Parisien, nous avions effectué plusieurs réunions de concertation avec vos collaborateurs. Nous demandions la démission de Naguib BENLARBI. Une demande sur la base du fait qu’il ne respectait en rien les obligations qui lui incombent en tant que collaborateur du maire.

Pour informations :

Nous estimons que lors de la connaissance de la plainte, la première adjointe au maire Mme MAROUN aurait dû protéger l’agent de la ville Carim LARBAOUI comme le stipule la loi : 
https://www.fonction-publique.gouv.fr/ministre/presse/communiques-36

Voici le lien entre les procédures disciplinaires et pénales pour un fonctionnaire :

« Lorsqu’un agent est pénalement poursuivi pour des faits sans lien avec le service, l’administration peut aussi décider d’engager une procédure disciplinaire à son encontre si ces faits :
sont incompatibles avec l’exercice d’une fonction publique, portent atteinte à la réputation de l’administration, représentent un manquement grave à la probité, propre à altérer la confiance dans l’action publique, etc. Toutefois, la procédure disciplinaire et la procédure pénale sont indépendantes. »

J’espère que vous accorderez à cette remontée la plus grande attention et importance. Elle mérite selon moi d’être considérée avec grand soin. 

Dans l’espoir de vous avoir apporté des éléments tangibles et de participer à ce que Aulnay soit une ville qui puisse être prise comme exemple en tout point. Je me tiens à votre disposition afin de pouvoir échanger sur ces éléments.

Source : Hadama TRAORÉ, Directeur général de l’association FORCE CITOYENNE

Enquête ouverte sur la vente du «château» appartenant à la ville d’Aulnay-sous-Bois

Une enquête est ouverte sur le rachat d’un bien communal par un prestataire de la mairie. Acquis 500 000 euros en 2007, il a été revendu 290 000 euros par la ville.

C’est l’une des plus belles maisons d’Aulnay-sous-Bois. Au 2, rond-point Henri-Dunant, dans le secteur pavillonnaire cossu de la ville, s’élève un manoir du XIXe façon «meulière» de 210 mètres carrés, doté d’une tourelle caractéristique qui lui vaut le surnom de «château».

Une demeure classée par le département, achetée 500 000 euros par la ville en 2007, en guise de réserve foncière, et revendue… 290 000 euros en 2015, à un patron proche de la mairie. De quoi intéresser la justice : le parquet de Bobigny vient d’ouvrir une enquête préliminaire pour prise illégale d’intérêt à la suite d’une dénonciation au procureur par une avocate, Yael Scemama, conseil du militant et candidat à la mairie, Hadama Traoré (SE).

L’acheteur, un important prestataire de la ville

Au cœur du dossier : l’acheteur, dirigeant d’une société d’équipement de cuisines collectives et important prestataire de la ville, et le rôle présumé de Naguib Benlarbi, le directeur de cabinet adjoint du maire (LR) Bruno Beschizza.

Source et article complet : Le Parisien

%d blogueurs aiment cette page :