Le Parti Socialiste en pleine déshérance dans les quartiers populaires d’Aulnay-sous-Bois ?

Le média d’extrême gauche Médiapart revient sur la lente agonie du Parti Socialiste dans les quartiers populaires en Île-de-France. Il est vrai que depuis 2014 avec la vague bleue provoquée par le rejet de la politique de François Hollande, la Gauche et le Parti Socialiste (PS) en particulier continuent une lente descente aux enfers avec des revers électoraux locaux, laissant libre champ à une Droite qui n’hésite plus à jouer sur le communautarisme pour sécuriser des voix.

A Aulnay-sous-Bois, alors que Gérard Ségura, Maire contesté au sein même de sa famille, avait réussi à conserver une avance sur le tout fraîchement parachuté candidat Bruno Beschizza (UMP puis LR) dans les quartiers populaires, ce dernier est arrivé en tête dans tous les bureaux de vote, y compris dans les quartiers considérés comme des fiefs de la Gauche.

Comment expliquer ce désastre ? Plusieurs facteurs :

  • La Gauche au pouvoir entre 2012 et 2017 a préféré mettre l’accent sur des thèmes abscons voire polémiques plutôt que de mettre l’accent sur la lutte contre les inégalités, son principal cheval de bataille. Le « Mariage pour tous » a été salué par une minorité de « bobos » mais la classe ouvrière des cités populaires et les communautés d’origine étrangères n’ont pas apprécié ce combat, notamment chez les personnes pieuses religieusement
  • L’absence, à Aulnay en tout cas, d’une personnalité charismatique à Gauche, capable de rassembler et surtout d’être crédible notamment dans les quartiers Nord. Depuis 2014, la Gauche à Aulnay se cherche et fait plus peine à voir que trembler le tout puissant clan Beschizza. D’autant plus que les nombreuses démissions au conseil municipal montrent que des personnalités politiques ne se présentent que par opportunisme et non pour défendre de réelles convictions
  • Le virage de la Droite opéré à partir de 2010 pour charmer l’électorat musulman en s’appuyant sur des « hommes forts » de quartier ou des associations de grande importance. Il est loin le temps du RPR au discours similaire à celui du RN d’aujourd’hui (sauf sur l’Europe) et de la droite séquano-dionysienne de feu Eric Raoult, ouvertement très à droite et ne souhaitant aucun compromis avec les associations cultuelles ou les caïds de cité

A Aulnay-sous-Bois, le comme dit un pirate local très célèbre, les Aulnaysiens vont avoir Bruno Beschizza comme Maire pour quelques lunes. Même avec un gros scandale, il gagnerait haut la main, tout comme Patrick Balkany à Levallois-Perret. La majorité des séniors souhaitent un semblant de tranquillité et ne veulent pas d’un changement de Maire, surtout à Gauche. Et une partie de la communauté Musulmane, qui votait traditionnellement à Gauche ou s’abstenait, voit en Bruno Beschizza l’assurance de pouvoir continuer à se développer au travers d’un tissu associatif cultuel plutôt proche de l’édile.

La Gauche est-elle définitivement morte à Aulnay-sous-Bois ? Certainement. Mais le plus triste pour la démocratie locale, c’est qu’aucun parti, aucun mouvement ne semble pouvoir faire de l’ombre à M. Beschizza, LREM pâtissant du bilan plus que mitigé du gouvernement Macron et les partis de droite nationaliste n’ayant aucune assise locale, incapable d’infléchir leur discours pour attirer vers eux des personnes issues de l’immigration dont le poids électoral est crucial pour peser dans la balance…

Publié le 22 janvier 2022, dans Politique, et tagué , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :