Publicités

Archives du blog

Journée internationale des droits des femmes aujourd’hui

Egalite_hommes_femmesLa rédaction rappelle aux lecteurs que ce mardi 8 mars correspond à la journée internationale des droits des femmes. Depuis des décennies, en Europe, les inégalités homme-femme se sont estompées, même si des différences salariales ou de traitement subsistent.

Cependant, l’épisode tragique des agressions sexuelles de Cologne le jour de l’an montre à quel point le sexisme reste d’actualité. Ce combat qui dépasse la simple sphère du féminisme doit être mené pour empêcher ces comportements nauséabonds, dignes d’un autre temps. Bonne fête donc aux femmes et comme le diraient certains, que la force soit avec vous…

Publicités

Les violeurs de Cologne pourraient ne jamais être inquiétés faute d’une vidéo-surveillance au point

Cologne_AttaqueDeux sujets sensibles s’entrechoquent après les révélations de la BBC : alors que plus d’un millier de femmes ont porté plainte pour agression dont plusieurs centaines à connotation sexuelle,  Juergen Mathies (responsable de la police à Cologne) indique que les vidéos des caméras de surveillance ne sont pas assez nettes pour pouvoir aboutir à des condamnations.

Si certaines femmes ont reconnu leurs agresseurs, le fait de ne pouvoir apporter de preuves formelles empêche la police Allemande à procéder à des arrestations.

Alors que plusieurs associations militent pour la fin de la vidéo-surveillance pour des raisons purement idéologiques (droit à l’image, respect de la vie privée…), l’échec de la police de Cologne à mettre la main sur ceux qui ont agressé sexuellement plusieurs centaines de femmes pourraient peut-être accélérer le déploiement de ce dispositif, en utilisant du matériel dernier cri.

Agressions sexuelles de la Saint-Sylvestre à Cologne, Hambourg, Helsinki, Salzbourg et Zurich : des migrants arrêtés

Cologne_AttaqueIl aura fallu environ 5 jours aux autorités Allemandes (quasiment autant en Finlande, Suisse et même plus en Autriche) pour admettre que des bandes apparemment organisées ont molesté, volé, violenté sexuellement et même violées de nombreuses femmes lors de la nuit de la Saint-Sylvestre. A ce jour, plus de 120 plaintes pour agression sexuelle ont été déposées rien qu’à Cologne. Il y en eut une cinquantaine à Hambourg et Dusseldorf, plusieurs dizaines en Finlande. Les premières remontées de plaintes ont été relevées à Salzbourg, en Autriche.

A Cologne, 16 individus ont été arrêtés : 15 Syriens et 1 Afghan, tous munis d’une pièce justifiant une demande d’accueil. Cependant, avec les trafics de passeport Syrien, il est possible que des individus d’autres nationalités se soient faits passés pour des réfugiés Syriens.

Jeu sexuel, criminalité organisée ou acte de terrorisme à grande échelle ?

En comptabilisant les plaintes dans toute l’Europe, on dépasse pour ce soir là plus de 200 cas d’agression sexuelle, sans compter les vols, les violences physiques et les jets de projectile (feux d’artifice, bouteilles…) sur les passants et les forces de l’ordre. Voici comment ont été rapportés les faits :

  • A Cologne, la Police parle de 2 000 personnes, divisées en bandes de 30 à 40 autour de la gare, de la Cathédrale et ailleurs dans la ville, qui ont encerclé les femmes, qui ont été attouchées, volées, et parfois violées (2 cas de viol reportés jusqu’alors). Les victimes décrivent alors les individus comme des personnes originaires de l’Afrique du Nord, ivre pour la plupart. Auparavant, les agressions étaient essentiellement verbales
  • A Helsinki, 1 000 individus, des réfugies Irakiens selon les médias locaux, ont convergé vers le centre-ville et ont commencé à harasser les passants, particulièrement les femmes
  • A Salzbourg, plusieurs Afghans, également réfugiés, ont été arrêtés pour des cas similaires

Ce qui choque selon les premiers rapports de police qui circulent sur le Net, c’est le caractère organisé des attaques, comme si tout cela n’était pas du simple fait d’une beuverie conduisant à des actions spontanées et improvisées. Des bandes de 20 à 30 personnes se sont soigneusement positionnées à plusieurs endroits dans la ville, et ont procédé à la même technique : entourer les victimes et empêcher les forces de l’ordre d’intervenir.

Certains soupçonnent même qu’il s’agirait ici d’un acte de terrorisme orchestré depuis l’extérieur, ou d’une cellule dormante intérieure. Si rien ne permet de confirmer cette théorie, la ville de Cologne, la plus touchée, est désormais terrorisée. Selon plusieurs témoignages, les jeunes filles ne sortent plus seules, les parents sont inquiets, la Maire (Sans Étiquette) Henriette Reker invitant même ses administrées de changer leur comportement et de se tenir à 1 bras de distance des personnes « louches » pour éviter de les provoquer.

Angela Merkel de plus en plus critiquée pour sa politique d’ouverture incontrôlée

Les partis de Droite et d’Extrême-Droite ont, dès la nouvelle officialisée, ciblé les migrants pour ces actes odieux, sans précédent dans ces pays. Il est vrai que le Syndicat de Police de Cologne a bel et bien confirmé que les personnes interpellées était très majoritairement originaire de Syrie, avec des papiers de réfugié, et non d’Afrique du Nord, comme le signalait au départ la direction de la police Allemande.

On ne sait pas combien de migrants sont arrivés en Europe en 2015. Une chose est sûre, 1,1 million se sont enregistrés rien qu’en Allemagne (ne sont pas compter ceux qui ne se sont pas manifestés). La Suède a été également l’un des pays les plus accueillant. Le flot des migrants s’est accentué lorsque Angela Merkel avait indiqué que l’Allemagne était ouverte pour accueillir les migrants en transit via les Balkans. Cela a provoqué un « Appel d’air », facilité par la relative passivité des autorités turques (d’où partent les migrants pour l »Europe, en majorité).

Si les médias ont joué sur le Charity Business en montrant des images d’enfants et de femmes exténués, la majorité des migrants arrivant en Europe était principalement des hommes, jeunes (16-35 ans), venus sans femme et enfants, attirés par l’eldorado européen. Composés de Syriens, Irakiens, Afghans, mais aussi des pays du Maghreb, d’Egypte et d’Afrique Subsaharienne, ces jeunes individus étaient, pour la plupart, peu à même de connaitre les us et coutumes de leur pays d’accueil : quelques spécialistes estiment en effet que, contrairement aux femmes libérées qui sortent la nuit seule et habillée à l’occidentale, les traditions de ces pays son totalement différentes. Dans certains pays comme l’Afghanistan, la femme reste plutôt soumise, discrète, et ne doit pas s’exhiber en public au risque de se prendre un revers de bâton. 

S’il ne faut pas généraliser ces individus à l’ensemble des migrants (2 000 supposés migrants sur plus de 10 000 migrants dans la région de Cologne, cela ne fait pas la majorité), ce « choc culturel » pourrait, si ce n’est pas un acte téléguidé qui vise à terroriser les populations, venir d’une incompatibilité qui n’a pas été prise au sérieux par l’intelligentsia, très ignorante du monde Arabo-Musulman.

Que faire des migrants coupables d’agression culturelle ?

une autre question se pose dans le droit international : quid de la sanction contre un réfugié qui est reconnu pour agression sexuelle et violence en bande organisée ? Si le droit Allemand prévoit de déchoir du statut de réfugié tout individu sanctionné de 3 ans de prison, que faire des Syriens coupables de ces méfaits ? Les renvoyer à Bashar Al-Assad (ce qui ferait monter au créneau les associations de défense des droits de l’homme, les migrants étant principalement Sunnites, majoritairement hostile au pouvoir Alaouite) ? Les renvoyer dans les camps de réfugiés en Turquie, mais de quel droit ? Les renvoyer dans le premier pays d’accueil de l’Union Européenne, à savoir la Grèce, au risque de les revoir dans quelques semaines ?

Il n’existe apparemment pas de solution. La prison ou une remise en liberté semble ce qui est, au niveau du droit, le plus probable. D’ailleurs, de nombreux réfugiés Syriens interpellés par la Police Allemande lors des événements ont indiqués avoir été invités par Angela Merkel, ont déchiré leurs papiers tout en redemandant de nouveau. Un sentiment d’impunité jusqu’alors inconnu Outre-Rhin.

Une décision irréfléchie qui risque de réveiller les vieux démons Allemands

Alors que Mein Kampf du tristement célèbre Adolphe Hitler est de nouveau en vente en Allemagne, les choix irréfléchis d’Angela Merkel, qui a agit sur le coup de l’émotion et non de la réflexion, risquent de faire resurgir une extrême-droite allemande que beaucoup pensaient morte ou marginale. Le mouvement Pegida, très célèbre à Dresde, mais aussi des partis populistes tirent les marrons du feu de ces tragiques événements. Ces partis avaient alerté la chancelière du danger d’accueillir autant de personnes. Le CSU, parti de centre-droit pourtant allié à Madame Merkel, avait aussi alerté que la situation pouvait devenir incontrôlable. Faisant fi des critiques et surfant sur son image internationale, Angela Merkel a enclenché un mécanisme qui risque de bien de lui faire perdre les prochaines élections. Mais aussi, par un choix politique insensé, que certains disent téléguidé par les entreprises Allemandes en manque de main d’oeuvre pas chère, risque de remettre l’extrême droite Allemande sur le devant de la scène nationale, qui ne manquera pas de se terminer en affrontement et en d’autres tragédies (un rassemblement d’extrême droite est prévu à Cologne ce samedi).

Les prochaines mois risques d’être chaotiques…

%d blogueurs aiment cette page :