Publicités

Archives du blog

Journée internationale des droits des femmes aujourd’hui

Egalite_hommes_femmesLa rédaction rappelle aux lecteurs que ce mardi 8 mars correspond à la journée internationale des droits des femmes. Depuis des décennies, en Europe, les inégalités homme-femme se sont estompées, même si des différences salariales ou de traitement subsistent.

Cependant, l’épisode tragique des agressions sexuelles de Cologne le jour de l’an montre à quel point le sexisme reste d’actualité. Ce combat qui dépasse la simple sphère du féminisme doit être mené pour empêcher ces comportements nauséabonds, dignes d’un autre temps. Bonne fête donc aux femmes et comme le diraient certains, que la force soit avec vous…

Publicités

Les violeurs de Cologne pourraient ne jamais être inquiétés faute d’une vidéo-surveillance au point

Cologne_AttaqueDeux sujets sensibles s’entrechoquent après les révélations de la BBC : alors que plus d’un millier de femmes ont porté plainte pour agression dont plusieurs centaines à connotation sexuelle,  Juergen Mathies (responsable de la police à Cologne) indique que les vidéos des caméras de surveillance ne sont pas assez nettes pour pouvoir aboutir à des condamnations.

Si certaines femmes ont reconnu leurs agresseurs, le fait de ne pouvoir apporter de preuves formelles empêche la police Allemande à procéder à des arrestations.

Alors que plusieurs associations militent pour la fin de la vidéo-surveillance pour des raisons purement idéologiques (droit à l’image, respect de la vie privée…), l’échec de la police de Cologne à mettre la main sur ceux qui ont agressé sexuellement plusieurs centaines de femmes pourraient peut-être accélérer le déploiement de ce dispositif, en utilisant du matériel dernier cri.

Quand Thierry Pech dédouane les agressions sexuelles de Cologne prétextant chômage et frustrations

thierry_pechLes agressions de Cologne du nouvel an en Allemagne (plus de 600 plaintes rien que pour cette ville, dont un grand nombre pour dénoncer une agression sexuelle) ne cessent de faire couler de l’encre Outre-Rhin. Si la mafia Marocaine est pointée du doigt (notamment celle située dans une ville voisine, Düsseldorf), les policiers Allemands affirment que la majorité des agresseurs sont des migrants, des clandestins venant du Maghreb et de Syrie.

Alors que la Police Allemande avait essayé d’étouffer l’affaire (le responsable de la police de Cologne a ensuite été congédié), ces agressions mettent à mal toute une société qui avait l’an dernier prôné une ouverture totale aux migrants alors pour partie bloqué dans les Balkans et en Hongrie. Angela Merkel subit de plus en plus de pression de la part de son parti et de ses partenaires. Les sociaux-démocrates du SPD critiquent même cette politique jugée intenable sur le long terme. Des partis d’extrême gauche, pourtant pro-migrants, ont même tiré le signal d’alarme.

En France, le sujet a fait polémique et de nombreux analystes, politiques et intellectuels se sont posés la question sur la capacité à l’Allemagne d’intégrer un si grand nombre de réfugiés ou migrants, sur l’impact sur l’Europe et l’espace Schengen, et sur la question de l’accueil de ces personnes.

Récemment, dans l’émission Esprit Public sur France Culture, plusieurs spécialistes et intellectuels étaient invités pour débattre de la question, des sanctions à prendre contre les migrants indélicats, et sur l’impact politique en Allemagne, avec la montée de l’Extrême-Droite. Un certain Thierry Pech faisait partie des animateurs, qui n’est autre que le Directeur Général du think-tank Terra Nova, proche du Parti Socialiste français.

Des propos consternants

Certains propos (nous vous invitons à écouter l’émission via le lien donné plus haut) sont très surprenants, voire très choquants. Monsieur Thierry Pech indique ainsi :

  • Les agresseurs de Cologne ont toujours connu chômage et misère sexuelle, c’est pour cela qu’il ne faut pas les juger hâtivement

Non seulement ces propos sont indignes pour toutes les femmes qui ont été victimes des attouchements sexuels à Cologne, Hambourg, Zurich et Helsinki, mais en plus, ils donnent un gage à ces individus en prétextant qu’ils ne peuvent faire face à une pulsion d’origine naturelle issue d’un contexte social défavorable.

Je me rappelle d’un débat organisé par le Parti Radical il y a quelques années sur la condition féminine, où une personne du public affirmait haut et fort que les hommes étaient des prédateurs sexuels en puissance, incapables de se contrôler et qui ont comme proies les pauvres femmes innocentes qui ont le seule défaut d’être un peu trop séduisantes. Ce en quoi un animateur l’avait remarquablement recadrée, en indiquant que ces propos justifieraient les actes de viols et ne seraient condamnables, puisque les hommes ne peuvent se soustraire à une pulsion biologique interne.

Avec cette déclaration, Thierry Pech donne ici carte blanche à ces individus, en les dédouanant. Il existe pourtant, en France, de nombreux Geek (passionnés d’informatique et de mangas), sans emploi, et qui n’ont pas une libido fantastique. Sont-ils des violeurs en puissance, attouchent-ils les femmes dans le métro ? Cela est bien moins sûr…

Autre propos :

  • C’est l’émancipation des femmes du monde musulman qui explique la frustration des hommes musulmans. Le raidissement patriarcal et machiste dans les pays arabes est la conséquence de l’émancipation des femmes

Là aussi, Thierry Pech inverse les rôles : les hommes qui agressent sexuellement des femmes deviennent les victimes et les femmes trop libérées responsables de ces actes. Pourtant, sauf erreur de ma part, jamais les anglais à la fin du 19ème siècle n’ont commis d’agressions sexuelles en masse (1 000 à 2 000 personnes organisées) sur les ladies féministes qui souhaitaient les mêmes droits que leur mari. Des propos insensés ou mal formulés qui méritent des explications.

Ces agressions méritent beaucoup plus de fermeté que de compassion. Ces personnes originaires du Maghreb et du Moyen-Orient, qui ne connaissent pas forcément le concept d’égalité homme-femme, ne doivent-ils pas accepter les us et coutumes de leur pays hôte, pays dans lequel ils ont souhaité s’y réfugier ? Si tous les agresseurs de Cologne n’étaient pas des migrants ou des clandestins, les premiers rapports de police montrent que la proportion est anormalement élevée.

Alors que la justice du Maghreb et du Moyen-Orient est implacable et n’aurait pas toléré le 1/4 de ce qui n’est passé à Cologne, la justice française (mais aussi suédoise, allemande…) relâche des individus qui n’hésitent pas à tabasser des couples dans les bus, et qui amochent fortement les femmes (comme cette sinistre histoire d’agression à Vélizy, où 3 agresseurs qui ont violemment agressé un couple ont de suite été relâchés sans être inquiétés).

Le sentiment d »impunité et de minimisation des actes délictueux est un très mauvais signal, ce qui risque d’aggraver la situation sécuritaire dans l’espace Schengen, et qui, comme à Cologne, permettra aux groupes mafieux d’utiliser les migrants et clandestins pour des actes de viols, vols et pressions sur les populations.

La police Allemande sommée de garder le silence sur les délits commis par les migrants

Cologne: presque tous les agresseurs sont des migrantsPlus les jours passent et plus l’Allemagne semble confrontée à une grosse gueule de bois : il aura fallu attendre les dramatiques événements de Cologne le jour de l’An (2 000 individus divisés en bandes organisées pour attaquer, voler et parfois violer) et des plaintes de plus de 120 femmes pour que la Police Allemande commence à donner ses statistiques sur la criminalité des migrants (plus de 1 million d’entrée en 2015).

Pour tant, les forces de l’ordre avaient interpellé 70 personnes, la plupart des demandeurs d’asile, rien qu’à Cologne lors de la nuit du drame. Pourtant, aucun média ne l’avait évoqué, aucune alerte n’avait été donnée.

C’est maintenant le responsable de la police de Francfort de jeter un nouveau pavé dans la mare, en indiquant qu’il existe une interdiction de ne pas divulguer les crimes commis par les réfugiés. En Rhénanie Nord Westphalie et dans d’autres Landers, la même consigne a été donnée. Le quotidien « Le Bild » s’est fait l’écho de cette étonnante déclaration.

Selon un haut responsable de la police de Francfort-sur-le-Main, il existe « une interdiction de ne pas divulguer les crimes commis par les réfugiés ». Le Bild affirme que des instructions similaires ont été données à la police de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Selon le porte parole du Ministre de l’intérieur Allemand, cette consigne a bien été donnée, pour ne pas donner du grain à moudre aux partis d’extrême-droite et aux partis anti-migrants.

Des faits similaires ont aussi été signalées à Berlin, Francfort-sur-le-Main, Stuttgart et Bielefeld.

A l’approche du Nouvel an, quatre réfugiés syriens ont également violé deux filles âgées de 14 et 15 ans dans la ville de Weil am Rhein (Baden-Württemberg). La police n’a communiqué sur les faits que le 7 janvier suite à de nombreuses requêtes de la part des journalistes. A noter que ces deux filles avaient suivi un migrant âgé de 21 ans, qu’elles connaissaient bien, dans son appartement. Les 3 autres réfugiés impliqués dans cette affaire de viol sont mineurs.

Ces informations risquent de soulever la question sur le rôle de l’Allemagne dans la gestion de la crise des migrants, où l’Europe a laissé ouvert grande les portes à des personnes dont certains individus qui pourraient être des terroristes, des criminels sortis de prison, des trafiquants ou des pillards.

On imagine mal comment la France réagirait si de tels instructions avaient été données à la Police, le ministre de l’Intérieur aurait certainement été contraint de démissionner.

Agressions sexuelles de la Saint-Sylvestre à Cologne, Hambourg, Helsinki, Salzbourg et Zurich : des migrants arrêtés

Cologne_AttaqueIl aura fallu environ 5 jours aux autorités Allemandes (quasiment autant en Finlande, Suisse et même plus en Autriche) pour admettre que des bandes apparemment organisées ont molesté, volé, violenté sexuellement et même violées de nombreuses femmes lors de la nuit de la Saint-Sylvestre. A ce jour, plus de 120 plaintes pour agression sexuelle ont été déposées rien qu’à Cologne. Il y en eut une cinquantaine à Hambourg et Dusseldorf, plusieurs dizaines en Finlande. Les premières remontées de plaintes ont été relevées à Salzbourg, en Autriche.

A Cologne, 16 individus ont été arrêtés : 15 Syriens et 1 Afghan, tous munis d’une pièce justifiant une demande d’accueil. Cependant, avec les trafics de passeport Syrien, il est possible que des individus d’autres nationalités se soient faits passés pour des réfugiés Syriens.

Jeu sexuel, criminalité organisée ou acte de terrorisme à grande échelle ?

En comptabilisant les plaintes dans toute l’Europe, on dépasse pour ce soir là plus de 200 cas d’agression sexuelle, sans compter les vols, les violences physiques et les jets de projectile (feux d’artifice, bouteilles…) sur les passants et les forces de l’ordre. Voici comment ont été rapportés les faits :

  • A Cologne, la Police parle de 2 000 personnes, divisées en bandes de 30 à 40 autour de la gare, de la Cathédrale et ailleurs dans la ville, qui ont encerclé les femmes, qui ont été attouchées, volées, et parfois violées (2 cas de viol reportés jusqu’alors). Les victimes décrivent alors les individus comme des personnes originaires de l’Afrique du Nord, ivre pour la plupart. Auparavant, les agressions étaient essentiellement verbales
  • A Helsinki, 1 000 individus, des réfugies Irakiens selon les médias locaux, ont convergé vers le centre-ville et ont commencé à harasser les passants, particulièrement les femmes
  • A Salzbourg, plusieurs Afghans, également réfugiés, ont été arrêtés pour des cas similaires

Ce qui choque selon les premiers rapports de police qui circulent sur le Net, c’est le caractère organisé des attaques, comme si tout cela n’était pas du simple fait d’une beuverie conduisant à des actions spontanées et improvisées. Des bandes de 20 à 30 personnes se sont soigneusement positionnées à plusieurs endroits dans la ville, et ont procédé à la même technique : entourer les victimes et empêcher les forces de l’ordre d’intervenir.

Certains soupçonnent même qu’il s’agirait ici d’un acte de terrorisme orchestré depuis l’extérieur, ou d’une cellule dormante intérieure. Si rien ne permet de confirmer cette théorie, la ville de Cologne, la plus touchée, est désormais terrorisée. Selon plusieurs témoignages, les jeunes filles ne sortent plus seules, les parents sont inquiets, la Maire (Sans Étiquette) Henriette Reker invitant même ses administrées de changer leur comportement et de se tenir à 1 bras de distance des personnes « louches » pour éviter de les provoquer.

Angela Merkel de plus en plus critiquée pour sa politique d’ouverture incontrôlée

Les partis de Droite et d’Extrême-Droite ont, dès la nouvelle officialisée, ciblé les migrants pour ces actes odieux, sans précédent dans ces pays. Il est vrai que le Syndicat de Police de Cologne a bel et bien confirmé que les personnes interpellées était très majoritairement originaire de Syrie, avec des papiers de réfugié, et non d’Afrique du Nord, comme le signalait au départ la direction de la police Allemande.

On ne sait pas combien de migrants sont arrivés en Europe en 2015. Une chose est sûre, 1,1 million se sont enregistrés rien qu’en Allemagne (ne sont pas compter ceux qui ne se sont pas manifestés). La Suède a été également l’un des pays les plus accueillant. Le flot des migrants s’est accentué lorsque Angela Merkel avait indiqué que l’Allemagne était ouverte pour accueillir les migrants en transit via les Balkans. Cela a provoqué un « Appel d’air », facilité par la relative passivité des autorités turques (d’où partent les migrants pour l »Europe, en majorité).

Si les médias ont joué sur le Charity Business en montrant des images d’enfants et de femmes exténués, la majorité des migrants arrivant en Europe était principalement des hommes, jeunes (16-35 ans), venus sans femme et enfants, attirés par l’eldorado européen. Composés de Syriens, Irakiens, Afghans, mais aussi des pays du Maghreb, d’Egypte et d’Afrique Subsaharienne, ces jeunes individus étaient, pour la plupart, peu à même de connaitre les us et coutumes de leur pays d’accueil : quelques spécialistes estiment en effet que, contrairement aux femmes libérées qui sortent la nuit seule et habillée à l’occidentale, les traditions de ces pays son totalement différentes. Dans certains pays comme l’Afghanistan, la femme reste plutôt soumise, discrète, et ne doit pas s’exhiber en public au risque de se prendre un revers de bâton. 

S’il ne faut pas généraliser ces individus à l’ensemble des migrants (2 000 supposés migrants sur plus de 10 000 migrants dans la région de Cologne, cela ne fait pas la majorité), ce « choc culturel » pourrait, si ce n’est pas un acte téléguidé qui vise à terroriser les populations, venir d’une incompatibilité qui n’a pas été prise au sérieux par l’intelligentsia, très ignorante du monde Arabo-Musulman.

Que faire des migrants coupables d’agression culturelle ?

une autre question se pose dans le droit international : quid de la sanction contre un réfugié qui est reconnu pour agression sexuelle et violence en bande organisée ? Si le droit Allemand prévoit de déchoir du statut de réfugié tout individu sanctionné de 3 ans de prison, que faire des Syriens coupables de ces méfaits ? Les renvoyer à Bashar Al-Assad (ce qui ferait monter au créneau les associations de défense des droits de l’homme, les migrants étant principalement Sunnites, majoritairement hostile au pouvoir Alaouite) ? Les renvoyer dans les camps de réfugiés en Turquie, mais de quel droit ? Les renvoyer dans le premier pays d’accueil de l’Union Européenne, à savoir la Grèce, au risque de les revoir dans quelques semaines ?

Il n’existe apparemment pas de solution. La prison ou une remise en liberté semble ce qui est, au niveau du droit, le plus probable. D’ailleurs, de nombreux réfugiés Syriens interpellés par la Police Allemande lors des événements ont indiqués avoir été invités par Angela Merkel, ont déchiré leurs papiers tout en redemandant de nouveau. Un sentiment d’impunité jusqu’alors inconnu Outre-Rhin.

Une décision irréfléchie qui risque de réveiller les vieux démons Allemands

Alors que Mein Kampf du tristement célèbre Adolphe Hitler est de nouveau en vente en Allemagne, les choix irréfléchis d’Angela Merkel, qui a agit sur le coup de l’émotion et non de la réflexion, risquent de faire resurgir une extrême-droite allemande que beaucoup pensaient morte ou marginale. Le mouvement Pegida, très célèbre à Dresde, mais aussi des partis populistes tirent les marrons du feu de ces tragiques événements. Ces partis avaient alerté la chancelière du danger d’accueillir autant de personnes. Le CSU, parti de centre-droit pourtant allié à Madame Merkel, avait aussi alerté que la situation pouvait devenir incontrôlable. Faisant fi des critiques et surfant sur son image internationale, Angela Merkel a enclenché un mécanisme qui risque de bien de lui faire perdre les prochaines élections. Mais aussi, par un choix politique insensé, que certains disent téléguidé par les entreprises Allemandes en manque de main d’oeuvre pas chère, risque de remettre l’extrême droite Allemande sur le devant de la scène nationale, qui ne manquera pas de se terminer en affrontement et en d’autres tragédies (un rassemblement d’extrême droite est prévu à Cologne ce samedi).

Les prochaines mois risques d’être chaotiques…

%d blogueurs aiment cette page :