Archives du blog

Un beau pavillon détruit pour laisser place à un immeuble rue Louis Barrault à Aulnay-sous-Bois ?

Un superbe pavillon en meulière situé rue Louis Barrault à Aulnay-sous-Bois sera bientôt détruit pour le prochain immeuble place Jean-Claude Abrioux. Si une ville et son patrimoine ne peuvent rester figés dans le temps, quelques nostalgiques regretteront la disparition de ce type de maison si courant au début du 20ème siècle. Les nouvelles maisons en parpaing, sans charme et sans caractère, et les immeubles en bétons ne pourront pas remplacer le cachet de ces pavillons qui ont forgé l’urbanisme de tout un secteur…

Photo : un lecteur d’Aulnaycap

Maison meulière à Aulnay-sous-Bois

Meuliere_AulnayLes villes du Nord ont leurs maisons en brique rouge. Celles du sud-ouest sont parfois roses. En région parisienne et plus particulièrement à Aulnay-sous-Bois, nous avons des maisons en meulière. Certaines datent de plus de 100 ans et prouvent leur robustesse. Certaines sont très jolies et caractéristiques de ce qu’était Aulnay il y a à peine plus de 50 ans.

Aujourd’hui il n’est plus possible de construire de telles maisons. Espérons que certaines, classées, résisteront à la modernité et au béton qui vampirise de plus en plus de quartiers…

Aulnay-sous-Bois : Encore une belle maison en meulière qui va disparaître !

Aulnay_Maison_disparitionLa délibération n°18 du conseil municipal du 4 juillet 2013 sonnera le glas d’une maison en meulière, située au 46 Boulevard de l’Hôtel de Ville. En effet, la parcelle concernée sera transférée à Deltaville, dans le cadre du projet d’aménagement des chemins de Mitry-Princet. Un immeuble devrait être construit à la place.

Selon Stéphane Pipitone, co-président du conseil de quartier Mairie – Paul Bert et président de l’association Capade Nord : « il est bien dommage qu’un bien de valeur de notre ville a été laissé à l’abandon, et fini par être squatté. Ceci a contribué à la justification de sa destruction. En effet, son cout de rénovation aurait été bien trop élevé. Une démarche juridique de remboursement de la part des personnes responsables des dégradations, qui n’ont pas été inquiétées, aurait été préférable.« 

%d blogueurs aiment cette page :