Archives du blog

Le village des médias en Seine-Saint-Denis en danger à cause d’un référé en justice

Une atteinte grave et immédiate à la préservation de la biodiversité »

Saisie en référé par deux associations de défense de l’environnement (MNLE 93 et le Collectif pour le Triangle de Gonesse) et par une trentaine de riverains qui attaquaient l’autorisation environnementale délivrée par le préfet de Seine-Saint-Denis, la Cour administrative d’appel de Paris a estime que « l’exécution de l’arrêté attaqué porte une atteinte grave et immédiate à la préservation de la biodiversité, qui constitue à la fois un intérêt public et un intérêt défendu par les requérants ». 

Le juge des référés estime aussi qu’il n’est pas avancé de « solutions alternatives permettant de limiter l’atteinte portée aux espèces protégées et, en particulier, d’éviter l’urbanisation, sur une superficie d’environ huit hectares, de la frange sud-ouest de l’Aire des Vents laquelle pouvait en tout état de cause faire l’objet d’une réhabilitation adaptée à son état ».

Source et article complet : France Bleu

Pétition : L’Aire des Vents, C’est le Parc ! NON à l’urbanisation du Parc de La Courneuve Georges-Valbon

Un collectif se bat contre la bétonisation d’une partie du parc de LA Courneuve et de la suppression de l’Aire des Vents.

Vous pouvez signer cette pétition en cliquant ici.

Le parc Valbon en danger : non au projet Central Park

parc_courneuveSubrepticement, à l’insu des populations et des élus, l’Etat vient d’inclure dans les 15 opérations d’intérêt national (OIN), la réalisation d’une zone urbanisée entamant et même amputant pour partie, le parc GEORGES VALBON du nom de son créateur, à La Courneuve.

Ce joyau, ce cadre de vie et de détente exceptionnelle édifié sur d’anciens « Bidonville », représente 50 années d’effort des contribuables et des élus. Au mépris du courage de tous les acteurs du territoire, le gouvernement actuel veut imposer, sans concertation, la construction de 24000 logements représentant 90 000 habitants supplémentaires qui amputeront d’au moins 20%( 80 hectares) le parc actuel. L’objectif est de densifier encore le Nord de Paris, et de déplacer des familles modestes pour les remplacer par des plus riches. Les collectivités territoriales autrement dit les contribuables auront à charges la réalisation des écoles et équipements publics, etc… L’Etat en espère cinq milliards d’euros de recettes fiscales et foncières. Ce gigantesque projet coûterait 500 millions d’euros.                                    

Classé « Natura 2000 », seule zone urbaine ayant eu le privilège d’être élevée à cette distinction, le parc départemental Georges VALBON présente une grande richesse par sa biodiversité urbaine et environnementale et répond au besoin de détentes, sportives et collectives, de milliers de familles, enfants, jeunes et personnes âgées, centre de loisirs, etc…

Ce projet est un désastre écologique qui entraîne la disparition de plusieurs dizaines d’hectares d’espaces verts à moins de 20 kilomètres de Paris. Ce projet est inadmissible dans un pays où de grandes déclarations d’intentions ne vont pas manquer d’accompagner la préparation et le déroulement de la COP 21 en novembre, décembre prochain au Bourget.

C’est un déni de démocratie. Révélé par la presse cette partie du projet du Grand Paris, sans concertation avec les habitants et les associations de la Seine Saint Denis illustre une conception de la démocratie participative qui n’est pas la nôtre et nous rend inquiet à quelques mois de la métropolisation car aucun projet du même type n’est prévu dans l’Ouest Parisien.

Les associations MNLE 93 et La Courneuve Environnement sont opposées à cette urbanisation autoritaire du territoire comme elles s’opposent au projet dénommé « Europa City » sur le triangle de Gonesse qui vise à sacrifier des centaines d’hectares de terres agricoles et maraîchères. Elles peuvent entendre la nécessité de trouver des terrains constructibles, mais d’autres espaces appartenant au territoire de la future métropole seront moins destructeur. Pour rester positif elles proposent, pour améliorer l’environnement et l’accès au parc Georges VALBON la couverture de l’autoroute A1 où 200.000 voitures par jour polluent quotidiennement l’environnement.

La population de Seine Saint Denis et du Val D’Oise ont besoin de garder l’intégralité de ce poumon vert que représente le parc George Valbon à La Courneuve.

Source : communiqué MNLE 93

%d blogueurs aiment cette page :