Publicités

Archives du blog

Une caissière de Carrefour à Aulnay-sous-Bois espionnait une collègue pour son copain jaloux qui a fini par la brûler

Elle était devenue avant le drame l’espionne de Johann B. Celui qui est accusé d’avoir tenté d’assassiner Émilie en la brûlant vive en novembre 2007 à Châtenay-en-France. Sandrine G., caissière au Carrefour d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) où travaillait la victime, a témoigné ce lundi devant la cour d’assises, à Pontoise.

« Il doutait de la fidélité d’Émilie. J’ai l’impression que cela lui montait à la tête. Cela devenait une obsession », se souvient la jeune femme qui avait trouvé en l’accusé un confident. « Il m’a demandé d’espionner Émilie, de la faire parler. »

«J’ai l’impression d’avoir été utilisée comme un pion»

Sandrine travaillait alors aux caisses comme Émilie de qui elle n’était pas proche. Elle reconnaît à la barre que « c’était compliqué » et qu’elle « n’était pas à l’aise » dans ce rôle. Elle laissera entendre à Johann B. dans les jours précédant les faits qu’Émilie ne l’aimait peut-être plus. « J’étais son espionne. Je me suis dit que je m’étais foutu dans un drôle de merdier » lâche-t-elle. « J’ai l’impression d’avoir été utilisée comme un pion. »

La jeune femme n’a aucun souvenir, toutefois, de sa conversation téléphonique de plus de 4 minutes avec lui, 3 heures seulement avant les faits. Un échange qui a peut-être été décisif mais qui restera un mystère. Elle se souvient cependant de la version de l’accident qu’il lui a livré ensuite. « Il m’a expliqué qu’il a percuté un arbre, qu’il l’a sortie (NDLR, en parlant d’Émilie) de la voiture. Il a éteint les flammes comme il pouvait. Il l’a prise dans ses bras et il a appelé les secours. » Une version qui contredit ce que l’accusé a lui-même exposé devant la cour.

Elles décrivent un accusé «jaloux et possessif»

« Je demandais des renseignements. Je n’ai pas demandé de la surveiller » rétorque Johann B. « Je ne l’ai jamais manipulée. C’est une personne que j’appréciais, à qui je me suis confié », ajoute-t-il à propos de Sandrine.

Plusieurs autres caissières du Carrefour ont témoigné, proches d’Émilie, ayant recueilli ses confidences. Elles décrivent un accusé « jaloux et possessif ». « Elle ne sortait jamais avec nous. On avait l’impression qu’elle lui appartenait. Je la sentais effrayée, piégée, prisonnière. Elle ne savait pas comment terminer cette relation. Elle était résignée », témoigne l’une d’elles. La défense lui demande pourquoi Émilie n’a pas été aidée : « On avait 20 ans. On n’avait pas les clés. »

Source, image et article complet : Le Parisien

Publicités

Carrefour choisit Stef pour opérer sa plateforme à Aulnay-sous-Bois

Aulnay-sous-Bois

Sur l’ancien site PSA-Peugeot-Citroën à Aulnay-sous-Bois, Carrefour dispose d’une nouvelle plateforme dédiée à son activité e-commerce Drive. Aménagée par Segro et opérée par Stef, elle sera mécanisée en 2019 contribuant à la promesse de livraison sous trois heures du distributeur.

Source : L’antenne

Carrefour fait construire un site logistique dédié au e-commerce à Aulnay-sous-Bois avec 290 emplois

Carrefour Supply Chain a confié à Segro, le spécialiste de l’immobilier logistique, le soin de construire dans son parc logistique situé sur les anciens terrains de l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), la première plateforme du distributeur français entièrement dédiée à son activité e-commerce a fait savoir jeudi 9 novembre le groupe Segro.

Source et article complet : Usine Nouvelle

L’État français pourrait acheter le terrain de l’usine PSA à Aulnay-sous-Bois pour 100 millions d’euros ?

PSA_LibeC’est ce qu’affirme le quotidien Le Figaro. Cette immense friche plus grande que La Défense pourrait faire l’objet d’un vaste plan d’implantation d’entrepôts de l’enseigne Carrefour. Proche de la future gare du Grand Paris qui sera située au niveau du carrefour de l’Europe, ce terrain dispose de nombreux atouts (dessertes ferroviaire, routière, et proche de 2 aéroports).

PSA réaliserait ici une intéressante opération financière.

Ouverture du centre commercial O’Parinor tous les Dimanches à Aulnay-sous-Bois pour contrer l’arrivée d’Europa City

oparinor_aulnay

Vidéo

Le centre commercial Régional O’Parinor sera ouvert tous les dimanches à partir de demain, de 10h00 à 19h00 (9h00 à 19h00 pour le magasin Carrefour).

S’il est de coutume que cet immense centre commercial ouvre les dimanches un jour de fête ou en fin d’année, les parkings restaient désespérément vides lors du repos dominical.

Désormais, si vous n’avez pas eu le temps de faire vos courses en semaine, vous pourrez les faire tranquillement le dimanche. Quel sera l’impact sur les commerces de proximité ? Il faudra certainement quelques mois pour mesurer si les commerces situés dans le Boulevard de Strasbourg seront oui ou non impactés par cette décision.

L’arrivée prochaine d’Europa City et de ses 500 boutiques ont certainement incité le groupe Hammerson à mettre tous les atouts de leur côté. Cela sera t-il suffisant ? Réponse dans moins de 10 ans...

Carrefour recrute pour son magasin O’Parinor à Aulnay-sous-Bois

oparinor_aulnay

Vidéo

Vous êtes au chômage ou en difficulté ? Vous recherchez un job à mi-temps qui soit près de chez vous ? Carrefour O’Parinor recrute des hôtes de caisse dans ce qui est l’un de ses plus grands magasins en France.

Les pré-requis :

  • Sens de l’accueil et du service client
  • Convivialité, tact, diplomatie et bonne humeur.
  • Dynamisme et organisation
  • Fiabilité et rigueur

Pour postuler, cliquer ici.

Où faire ses courses moins cher en Seine-Saint-Denis et notamment à Aulnay-sous-Bois ?

courses_magasins_93Où faire ses courses sans pour autant vider tout son porte-monnaie ? Le Parisien a effectué un classement sur le département de la Seine-Saint-Denis et notamment à Aulnay-sous-Bois. On apprend que le E.Leclerc Drive est le moins cher, tandis que Intermarché est le plus cher.

Tout le classement disponible en cliquant sur l’image ci-contre.

 

Carrefour Aulnay-sous-Bois : «Le personnel n’en peut plus»

oparinor_aulnay

Vidéo

La CFDT et la CGT appellent, vendredi, à une journée d’action dans les hypermarchés Carrefour pour protester contre la remise en cause d’acquis sociaux et le gel des salaires. Devant le supermarché Carrefour d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), une trentaine de grévistes, bien décidés à «faire respecter leur droit, en refusant de remplir les rayons du magasin», ont fait entendre leur voix. Bruno Danet, délégué syndical CGT du magasin, revient sur la dégradation des conditions de travail des salariés de l’enseigne.

Source et article complet : Libération

Où faire ses courses moins cher à Aulnay-sous-Bois ?

courses_prixApparemment, selon UFC-Qye Choisir, ce serait E. Leclerc (panier de 355 €) qui serait le moins cher à Aulnay-sous-Bois. Carrefour (377 €) arriverait ensuite. Intermarché (Chanteloup : 386 €) serait le plus cher.

Seuls les supermarchés ont été classés. Les Hyper-discounts tels que Lidl ne font pas partie du classement.

Pour prendre connaissance du classement complet en Seine-Saint-Denis, cliquer sur l’image (source : Le Parisien)

 

Aulnay-sous-Bois : La Gamelle, film documentaire sur les jeunes sortis de prison dans la Cité de l’Europe

La_Gamelle_Aulnay« La prison. En sortir, craindre d’y retourner ou s’y résigner… Il n’était pas forcément simple de recueillir, en toute confiance, la parole de jeunes sortants de détention. Alors, Xavier Menut a pris le temps.

Avec La Gamelle, Xavier Menut nous livre un film rare sur le rapport qu’ont certains jeunes des quartiers à l’incar- cération. Quel rôle dissuasif ou préventif a, pour eux, la prison ? Comment se fait-il que la perspective de passer vingt-deux heures sur vingt-quatre dans une cellule ne soit pas un frein à la délinquance, ni même à la récidive ?

Trois années de tournage ont été nécessaires pour obtenir la sincérité et la profondeur indispensables au traitement d’un tel sujet. Trois années qui permirent d’être au plus près des habitants et de se familiariser avec les différents codes sociaux en vigueur dans la cité. Le résultat ? Une immersion « vraie » au cœur de la cité de l’Europe d’Aulnay- sous-Bois, des visages à découvert – sans flou ni mosaïque – et une tribune dédiée à ceux que l’on n’entend jamais.

Coproducteur de La Gamelle, le cinéma Jacques Prévert réitère son soutien au film documentaire. Depuis 2011, le cinéma d’Aulnay-sous-Bois a coproduit le film Indices de Vincent Glenn, et soutenu la diffusion des films Avoir 20 ans dans les Aurès de René Vautier et Faire quelque chose de Vincent Goubet.« 

Source : seenthis.net. Image : Le Parisien

%d blogueurs aiment cette page :