Archives du blog

Le fondateur d’Aulnaycap réagit suite aux derniers événements qui ont secoué le blog

Chères lectrices, chers lecteurs,

Ce n’est pas dans mes habitudes de prendre la parole, de me mettre en avant et de réagir ouvertement sur des affaires internes ou externes. Cependant, les derniers articles et commentaires malencontreux écornant l’image du blog me forcent à l’action, malgré moi.

Avant d’en venir aux faits, et sans être trop long, rappelons tout d’abord ce qu’est Aulnaycap. Ce blog créé en décembre 2012 est devenu, au fil des évolutions et des erreurs corrigées (et oui, il faut savoir reconnaître ses erreurs), un site local à portée départementale, où tout le monde est libre de s’exprimer, quelle que soit sa sensibilité politique ou religieuse. Ce qu’avait commencé Jérôme Charré en 2005 avec Monaulnay et qui s’est hélas perdu depuis des années après son retrait, Aulnaycap a tenté de reprendre le concept et d’aller plus loin, en offrant à tout le monde, même celles et ceux qui n’habitent pas la ville d’Aulnay-sous-Bois, la possibilité de s’exprimer.

Au fil des années, l’audience du site a atteint des niveaux records, avec des articles traitant un large spectre d’activités et d’informations. Cela s’est ressenti dans le dynamisme de ses commentaires, nettement plus nombreux que sur les autres blogs locaux. Personnellement, je suis fier de ce résultat, sans oublier le succès de la chaîne vidéo YouTube et du nombre des abonnés Twitter et Facebook, là aussi bien plus étoffés que sur les autres blogs.

Suite aux procès à répétition de la municipalité et malgré les victoires en justice (le dernier fait l’objet d’un recours en cassation et peut être perdu cependant) sans que cela m’ait coûté un centime, j’ai préféré mettre à l’abri le blog car, de mon point de vue, Aulnaycap un site totalement neutre, indépendant et unique par rapport aux autres blogs, tous tenus par des politiques et dont la ligne éditoriale était plus ou moins influencée par des « forces extérieures ». C’est tout naturellement que j’ai demandé à Aurore Buselin, qui m’avait rejoint dans l’aventure dès janvier 2014, de reprendre les rênes du site. Seule Aurore a eu le courage d’accepter cette lourde tâche où les autres, des amis et confrères, préféraient la sécurité de l’anonymat ou du retrait.

En interne ou à l’extérieur, plusieurs personnes n’avaient pas compris ce choix. Bien entendu les articles d’Aurore n’étaient pas parfaits, des erreurs étaient commises. Mais qui n’a jamais fait d’erreur et qui peut se permettre, lorsque l’on ne fait rien ou peu, de critiquer quand une personne ose s’exposer de la sorte ? Au fil du temps, Aurore a, de mon point de vue, amélioré son style, fait moins de fautes (tout le monde en fait même les meilleurs), étoffé son périmètre. Nous n’étions pas d’accord sur la modération de certains commentaires (je suis plutôt ouvert à la critique et au débat, Aurore est plus ferme à ce sujet), ni forcément sur la ligne éditoriale parfois très axée sur la religion (mais une partie du lectorat réclame ce type d’article). Mais à la fin, nous arrivions à nous entendre.

Catherine Medioni, que j’ai connu dès l’affaire Pimodan en 2009-2010, s’est mise à contribuer de manière épisodique, puis plus poussée en nous abreuvant d’articles, locaux ou nationaux. Depuis quelques mois, le rythme de ses contribution s’est accéléré avec des articles de très grande qualité (pas tous sans erreur, celui sur le prétendu rappeur Belge a failli nous coûter un nouveau procès), et j’ai été le premier à la féliciter. Même si je ne partage pas la forme d’une partie de ses articles, le fond est travaillé. Ses critiques sur l’Islam lui ont valu quelques sueurs froides mais à ma connaissance, le délit de blasphème n’a pas été rétabli. Est-ce que je partage toutes ses opinions ? Non, mais je suis de ceux qui donnent la parole et laissent s’exprimer les personnes que ne partagent pas mon avis.

Venons-en aux problèmes internes. Je sais que certaines de nos « confrères » se délectent de nos péripéties et du grand déballage. C’est regrettable. Mais comme je suis sollicité en interne, allons-y. La crise, si elle remonte à bien plus loin, s’est empirée lors de la parution d’un article d’Aurore sur la communication des articles et contributions externes. En tant que responsable du blog, Aurore voulait tout centraliser et ne pas diffuser certaines informations, notamment celles en provenance de Sylvie Billard. Je crois savoir qui a donné ces consignes à Aurore, cette personne qui se fait passer pour un « médiateur » et écologiste chevronné se reconnaîtra. Le résultat fut la publication d’un article qui, sur le fond était louable, sur la forme pouvait laisser supposer qu’il n’y avait pas de cohérence et d’entente au sein de la rédaction. Catherine a, comme à son habitude et malgré mes innombrables conseils de ne pas réagir sur le coup de l’émotion, pris l’initiative d’appeler Aurore pour lui faire part de son désappointement. Je n’étais pas dans les discussions et je ne peux pas attester les faits mais connaissant Catherine, Aurore a dû en prendre pour son grade. Les termes « épaules pas assez larges » et « tu n’es pas à la hauteur » m’ont été reportés. Ces termes, à mon sens, on ne les emploie pas. Même à mes ennemis, j’essaye d’être plus constructif. Ici, c’est pour moi une erreur de communication grave dans la mesure où chaque mot doit être pesé.

Suite à cet entretien houleux, Aurore m’annonce sa démission. Je lui demande alors de revoir sa décision car cela m’apparaît comme précipité. Aurore est toujours responsable du blog et cette réaction me paraît disproportionnée par rapport aux commentaires désobligeants qu’elle a pu entendre. Une réunion a eu lieu en interne où Catherine confirme ses propos, sans qu’Aurore ne réagisse vraiment. Aurore me fait part officiellement de son départ le lendemain et m’annonce qu’elle créé son propre blog.

Ce coup dur aurait pu en rester là si Catherine n’avait pas réagi, là aussi au quart de tour et malgré mes conseils, pour répondre aux sous-entendus de l’article de départ d’Aurore. Aurore a bel et bien annoncé son départ suite aux propos de Catherine, mais Catherine estime que ces explications sont biaisées. Vous connaissez la suite au travers de commentaires malencontreux qui ne sont pas à la hauteur d’un site comme Aulnaycap.

Que faire maintenant compte-tenu de la situation ? Je n’ai jamais voulu le départ d’Aurore, et je souhaite qu’elle reste. Cependant, j’ai été choqué d’apprendre qu’Aurore a supprimé une grande partie de ses articles sur la religion Catholique. C’est un acte que je ne comprends pas car Aulnaycap est avant tout un site avec ses lecteurs, pour ses lecteurs. Elle avait fait l’opération une fois et j’avais réussi à la réparer et je me rends compte aujourd’hui que sans prévenir, Aurore a de nouveau supprimé ces articles. Je trouve cela fort regrettable. Moi-même j’ai été membre d’un autre blog et si je reconnais mes erreurs, la façon de me poignarder dans le dos aurait pu m’inciter à ce genre d’action, mais je n’en ai rien fait. Même toutes les vidéos que j’avais pu faire pour ce site, vidéos que seul j’avais effectué au travers d’incalculables heures de reportage parfois dangereux, m’avaient été retirées, tout ça pour laisser mourir la chaîne YouTube que j’avais pourtant mis sur pied au fruit de gros efforts. Sans oublier les menaces de mes ex-collègues qui, au final, ont laissé mourir tous les outils que j’avais pris l’initiative de concevoir. Tout ce que j’avais fait revenait à ce site et après le recul nécessaire pour analyser la situation, je pense avoir fait le bon choix.

Maintenant quid de l’avenir d’Aulnaycap ? Peut-on menacer de fermer le blog (comme j’ai pu le lire dans certains emails) alors qu’il est le plus populaire à Aulnay et qu’il rayonne dans tout le département ? Peut on menacer de supprimer le contenu réalisé pour le blog sur un coup de tête ? Je dis non, Aulnaycap n’est pas un blog personnel mais un outil utile pour informer, alerter et aider. Peut-on continuer de travailler dans ces conditions et alimenter le blog comme si de rien n’était ? Certainement pas.

De mon point de vue, les propos qui ont été proférés à l’encontre d’Aurore étaient disproportionnés. Mais la réaction était tout autant et ce grand déballage n’était non seulement inutile mais aussi nuisible. Aurore a, en tant que responsable du blog, toute latitude pour prendre les décisions qui s’imposent et ne pas publier le contenu qui lui paraît incompatible avec la charte éditoriale du blog. Mais quid de l’après 31 décembre 2020 ? Si je ne souhaite pas reprendre les rênes du blog car m’étant éloigné d’Aulnay pour des raisons familiales et professionnelles, je peux en assurer la responsabilité intérimaire le temps d’assainir la situation.

Le blog Aulnaycap ne peut et ne doit pas mourir. C’est un outil qui a été créé avec vous, pour vous. Et loin des considérations personnelles et de l’auto-promotion dont je n’ai que faire, si vous souhaitez que je retrouve temporairement mon statut de responsable du blog, je le ferai. Je souhaite cependant qu’Aurore reste mais apprenne de ses erreurs, comme je l’ai fait, afin de continuer cette aventure qui je l’espère, vous appairait utile voire indispensable.

Pour Catherine, je souhaite bien évidemment qu’elle puisse continuer à s’exprimer au travers de ses articles en tant que contributrice externe. J’ai beaucoup de respect pour elle, mais diriger un blog nécessite du recul, garder la tête froide malgré les attaques et ne par réagir aux provocations nombreuses et parfois perfides.

Après ce long article qui je l’espère ne vous a pas ennuyé, je vous laisse la parole et nous dire sincèrement ce que vous en pensez. Bien entendu, les fausses personnes anonymes ne sont pas conviées à participer au débat, qu’il faut relever.

A propos de la responsabilité du blog Aulnaycap et des commentaires parfois injurieux

La popularité d’Aulnaycap et les articles pas toujours en adéquation avec l’idéologie et les convictions de ses lecteurs apportent parfois des tensions qui se traduisent par des commentaires acerbes, parfois injurieux frôlant la diffamation. Une mise au point s’avère nécessaire, à la demande de la rédactrice en chef Aurore Buselin.

La responsabilité du blog

Si certains en doutaient encore, la responsabilité du blog repose bien sur les épaules d’Aurore Buselin, et ce depuis 2017. L’ancien rédacteur en chef Arnaud Kubacki a décidé de passer le relais pour des raisons personnelles, professionnelles et pour réduire les tensions avec le pouvoir politique local. En effet, une certaine inimité du Maire envers Arnaud Kubacki conduisait systématiquement à des poursuites judiciaires reposant souvent sur des motifs futiles, poursuites qui ont toujours été déboutées. Si Arnaud Kubacki n’a subi aucun dommage financier (il se défendait sans avocat) et en ressortait souvent grandi, le temps passé au tribunal était jugé inutile au regard de ses obligations familiales et professionnelles. Le changement de responsabilité a permis de renouer des contacts avec la communication du Maire et ses collaborateurs, même si ces rapports ne sont pas toujours sans accrocs. La neutralité du blog Aulnaycap reste souvent mal perçue par la municipalité, qui a souvent utilisé des moyens de pression diverses par le biais de collaborateurs incitant à revoir ou à supprimer certains articles jugés déplaisants vis-à-vis de la municipalité.

Aurore Buselin a son style, sa méthode, sa propre qualité rédactionnelle. Sa manière de relater les faits et la richesse syntaxique de ses articles sont différentes de celles d’Arnaud Kubacki ou des autres contributeurs occasionnels. Chaque rédacteur a son style, son histoire, son expérience. Si la sincérité dans la restitution de l’information reste de mise chez Aulnaycap, il est possible que la vision et la compréhenson du sujet aboutissent à des articles qui peuvent être perçus comme manquant d’impartialité. Cependant, Aulnaycap reste un blog indépendant des partis politiques et des différents mouvements. Aucun rédacteur n’a fait partie d’une liste aux dernières élections municipales 2020, contrairement aux autres blogs Aulnaysiens.

La modération

Il y a eu ces derniers temps beaucoup de critiques sur la qualité de la modération chez Aulnaycap. Si sous la responsabilité d’Arnaud Kubacki, les commentaires étaient souvent acceptés sur le principe de la liberté d’expression et de critique, la modération s’est beaucoup durcie sous Aurore Buselin.

Sans faire étalage des différences d’opinion au sein de la rédaction, nous avouons ici que les avis diverges. Si les commentaires sans intérêt et attaquant gratuitement une personne sous couvert de l’anonymat doivent être modérés, les critiques vis-à-vis du blog eux ne le devraient pas. Après tout, c’est grâce à la critique et la remise en question que l’homme a su évoluer, faisant fi des préjugés et des idées reçues.

Les auteurs de commentaires qui ont été critiques sur Aulnaycap et qui ont été sanctionnés de manière brutale ont tous été réhabilités et peuvent de nouveau commenter. Le bannissement ne servant à rien (les auteurs peuvent changer d’IP ou de pseudo), les commentaires diffamants ou injurieux seront tout simplement supprimés.

 

Des tensions au sein de l’UDI à Aulnay-sous-Bois !

UDI_Aulnay_ConfligLa rédaction vous propose de prendre connaissance d’un article du Parisien daté d’aujourd’hui en cliquant ici ou sur l’image ci-contre. Jacques Chaussat, Arnaud Kubacki et Daniel Jacob, 3 figures de l’UDI locale, sont en désaccord sur l’organisation du Parti dans la ville.

Depuis les élections municipales de 2014, aucune réunion, aucune vision claire n’est donnée par M. Chaussat aux militants UDI, selon Arnaud Kubacki. Daniel Jacob estime que pour survivre, il faudrait que l’UDI se présente aux échéances électorales.

Aulnaycap en action

notre ami, Arnaud Kubacki ,

votre fidèle serviteur, dans le feu de l’action, pour toujours vous apporter le meilleur des événements.

 

DSC_0034

DSC_0035 DSC_0079 DSC_0080

%d blogueurs aiment cette page :