Publicités

Archives du blog

État de catastrophe naturelle pour 73 communes : arrêté au Journal officiel du 27 septembre 2014

Inondations_Aulnay_1

Vidéo

Suite à des inondations et coulées de boue survenues entre le 16 et le 20 septembre 2014, 73 communes de 3 départements font l’objet d’une constatation d’état de catastrophe naturelle. C’est ce qu’indique un arrêté publié au Journal officiel du samedi 27 septembre 2014.

Les victimes disposent de 10 jours après la parution au Journal officiel pour faire la déclaration à leur assureur en vue d’une prise en charge du règlement du sinistre. Les communes concernées sont situées dans les départements suivants : Aveyron, Gard et Hérault.

L’état de catastrophe naturelle est constaté par un arrêté interministériel qui détermine les zones et les périodes où s’est située la catastrophe ainsi que la nature des dommages occasionnés par celle-ci.

Publicités

SEAUVE qui peut : commémoration le 21 juin des grosses inondations d’Aulnay-sous-Bois

Inondations_Aulnay_2

Vidéo

Le 19 juin 2013, la ville d’Aulnay-sous-Bois, comme bien d’autres dans le département, subissait un violent orage qui a causé des dégâts considérables dans de nombreuses habitations. Le 21 juin 2014, l’association Aulnay Environnement souhaite commémorer cette triste date en se rendant à 11h00 place de la gare d’Aulnay, en demandant aux participants d’apporter un seau d’eau pour illustrer le désarroi mais aussi la solidarité des habitants.

Aulnay Environnement souhaite que la ville signe une charte de prévention anti-inondation et une modification du Plan Local d’Urbanisme pour lutter contre l’imperméabilisation des sols.

Cliquer ici pour découvrir le tract d’Aulnay Environnement.

 

La Région Ile-de-France n’est pas encore suffisamment préparée aux conséquences d’une nouvelle crue centennale

Inondations_Aulnay_1

Vidéo

La rédaction propose de lire un extrait du bulletin liaison n°161 où l’on apprend que Paris serait protégée des inondations, la banlieue non. Pour lire cet article, cliquer ici.

Article proposé par Annie Neveu

Inondations : Discours de René-Augustin Bougourd, président d’Aulnay Environnement

rene-augustin_bougourd

Vidéo

Le vendredi 23 Mai se tenait, à la salle Dumont (boulevard Galliéni à Aulnay-sous-Bois), une réunion d’Aulnay Environnement sur la problématique de l’urbanisme et de l’inondation. Devant plusieurs dizaines de personnes, l’association souhaitait ouvrir un débat avec la salle et les élus (étaient au moins présents : Frank Cannarozzo, Stéphane Fleury et Denis Cahenzli).

René-Augustin Bougourd, récemment arrivé à la tête de l’association, a tenu un long discours pour rappeler de le contexte Aulnaysiens et les difficultés actuelles, comme :

  • Une urbanisation intense et souvent mal pensée
  • La présence d’anciens cours d’eau et rivières, aujourd’hui enterrés, qui favorise les inondations
  • La nappe phréatique proche de la surface (Moins d’un mètre secteur rue de la Morée)
  • Un PLU pas toujours adéquat, en rappelant que celui-ci avait été voté en janvier 2008
  • Les intempéries qui seront, selon lui, de plus en plus violentes

Sur la volonté de certains politiques de limiter la population à 85 000 habitants, René-Augustin Bougourd parle d’une « Chimère », rappelant que la population française est démographiquement active (2 enfants par femme) et que la population francilienne ne cesse d’augmenter.

Pour accéder à la vidéo, cliquer sur l’image.

Filmé et préparé par Arnaud Kubacki avec l’aide d’Evelyne Janier-Dubry

L’A86 inondée suite à vol de pompes, et l’assainissement dans tout ça ?

numérisation0006_Page_1La rédaction vous propose de prendre connaissance d’un article datant du 3 Mai, où l’on explique pourquoi l’A86 a été inondée suite à des précipitations. Et l’assainissement dans tout ça ? Cliquer sur l’image pour découvrir cet article.

Article proposé par Annie Neveu

Vidéos : on en sait plus sur l’inondation du quartier Jean Charcot à Aulnay-sous-Bois

inondations_aulnay_1

Vidéo

Une rupture de canalisation située rue Jean Charcot à Aulnay-sous-Bois a provoqué une grave inondation dans le secteur, le . Selon une note signée Guillaume Dellong, Chef du Service Réseaux, la rupture a été constatée face au n°24 rue Jean Charcot, le 18 mars 2014. Les services ont dû neutraliser les branchements d’eau entre les n°14 et 26 d’un côté et n°5 et 21 de l’autre.

.

inondations_aulnay_2

Vidéo

Des travaux de réparation ont été réalisés dans la nuit du 18 au 19 mars, pour remettre en service ces branchements. Pour les habitants ayant été coupés du réseau, un point d’eau a été mis en place à l’angle des rues Jean Charcot et Charles Dordain. VEOLIA (gestionnaire du réseau) est joignable au 09.69.36.99.18.

La rédaction a reçu de nouvelles photos et vidéos, que nous vous laissons découvrir (cliquer sur les images pour lire les vidéos).

IMG_0189

Vidéo : Le sous-sol de l’immeuble de la cité Arc-en-Ciel inondé, même sans pluie

arc_en_ciel_aulnay_inondations

Vidéo

La rédaction vous propose de prendre connaissance d’une vidéo du sous-sol du nouvel immeuble de la cité Arc-en-Ciel (quartier Tour Eiffel), en cliquant sur l’image ci-contre.

Alors qu’aucune forte pluie n’a été signalée, cet immeuble subit ce genre de désagrément au fil des caprices de la nappe phréatique. Les riverains, pourtant excédés, semblent résignés à voir passer le camion de pompage au moins une fois par semaine.

Logement : quelle exposition du parc francilien en zone inondable ?

Inondations_Aulnay_1

Vidéo

Par le nombre de logements potentiellement exposés, l’habitat s’inscrit au coeur des enjeux économiques et de gestion de crise des inondations en Île-de-France. Quelles sont les principales caractéristiques de cette exposition et les évolutions observées ? L’exploitation des fichiers fonciers permet de le préciser.

L’amélioration de la connaissance et de la protection des enjeux économiques et humains exposés aux risques d’inondation figure parmi les principaux objectifs affichés par le plan de gestion des risques d’inondation, mis en œuvre dans le cadre de la directive inondation, à l’échelle du bassin de la Seine.

Alors que doit s’engager l’élaboration des stratégies locales à l’échelle des territoires à risques importants (voir encadré), l’exploitation des fichiers fonciers de la Direction générale des finances publiques ( situation au 31.12.2010) fournit de nombreuses informations descriptives localisées à la parcelle sur la propriété bâtie et non bâtie. Le croisement de ces données disponibles pour toutes les surfaces cadastrées – soit 95 % de l’Île-de-France – avec la cartographie des zones inondables permet de tirer de nombreux enseignements sur l’exposition et la vulnérabilité du parc de logements franciliens aux risques d’inondation.

Près de 435 000 logements en zones inondables

Pour une crue d’occurrence centennale – considérée comme une crue moyenne par la directive Inondation –, les analyses révèlent la très forte exposition de ce parc. Près de 435 000 logements (environ 8 %), totalisant 27,3 millions de m2 de surfaces habitables, sont potentiellement exposés aux inondations par débordement.

Source : IAU

Mieux comprendre les épisodes de pluies intenses

Inondations_Aulnay_1

Vidéo

Il reste difficile de prévoir avec précision et fiabilité les épisodes de pluies intenses. L’importance relative de deux processus affectant la qualité de ces prévisions vient d’être quantifiée par une équipe du Laboratoire d’aérologie (CNRS / Université Toulouse III – Paul Sabatier). Les chercheurs montrent ainsi qu’il est important de prendre en compte ces processus dans les événements où la vitesse du vent est faible. Leurs résultats,qui viennent d’être publiés en ligne sur le site de la revue Quaterly Journal of the Royal meteorological Society, devraient contribuer à améliorer la prévision de ces événements qui provoquent de façon récurrente d’importants dégâts particulièrement dans le sud-est de la France.

Les pays du pourtour méditerranéen sont presque tous les ans confrontés en automne à des épisodes de fortes pluies et à des crues rapides qui mettent en danger les populations et peuvent occasionner de très importants dommages matériels. Le sud-est de la France est fréquemment affecté par ces épisodes qui résultent de la rencontre entre le relief et les masses d’air encore chaudes et chargées d’humidité provenant de la mer Méditerranée. Les prévisions météorologiques permettent d’anticiper ces épisodes et d’émettre des bulletins d’alerte. Toutefois, la simulation de leur évolution à différentes échelles de temps reste limitée. A ce jour, il est encore difficile de prévoir avec précision l’intensité et la localisation des précipitations, deux paramètres qui conditionnent largement l’ampleur des inondations. 

Les chercheurs du CNRS et de l’Université Toulouse III – Paul Sabatier au Laboratoire d’aérologie se sont intéressés à deux phénomènes qui jouent un rôle crucial en météorologie : la micro-physique des hydrométéores (pluie, neige, grésil)1 et la turbulence atmosphérique. L’objectif était de déterminer l’importance relative de ces deux processus sur la sensibilité des prévisions. Pour cela, les scientifiques ont considéré cinq épisodes de pluies intenses, qui se sont déroulés entre septembre 2010 et novembre 2011 dans le sud-est de la France et pour lesquels ils disposent de données mesurées. Pour chaque événement, des simulations d’ensemble ont été effectuées avec le modèle atmosphérique de recherche Meso-NH2, en donnant plus ou moins d’importance à chacun des deux processus.

Deux résultats importants ont été mis en évidence. Pour les événements où la vitesse du vent est forte, les précipitations sont peu affectées par les perturbations introduites. Il n’est alors pas nécessaire de prendre en compte ces deux processus pour améliorer la prévision des épisodes de fortes pluies. Dans ce cas, c’est l’interaction avec le relief qui est déterminante dans le déclenchement des précipitations. Autre cas de figure, lorsque la vitesse du vent est plus faible, l’intensité des précipitations ainsi que leur localisation (en amont du relief) sont tous deux beaucoup plus sensibles à ces deux processus. La micro-physique des hydrométéores et la turbulence atmosphérique devraient alors être mieux représentées afin d’améliorer la sensibilité des prévisions.

Ces résultats suggèrent que dans les situations à vent faible, les erreurs liées à la représentation des processus micro-physiques et turbulents contribuent de manière significative à l’erreur totale du système de prévision. Mieux prendre en compte ces erreurs permettrait d’améliorer la prévision des épisodes de pluies intenses lorsque la vitesse du vent est faible. Cette étude a également permis de tester une méthodologie qui pourrait être mise en œuvre dans le cadre du programme international de recherche HyMeX3, coordonné par Météo-France et le CNRS et lancé en 2010 pour une durée de dix ans. 

 

Lancement des Assises nationales des risques naturels 2013

Inondations_Aulnay_1

Vidéo

Les assises nationales des risques naturels réunissent à partir d’aujourd’hui(NDLR : 2 décembre) à Bordeaux plus de 700 acteurs de la prévention des risques naturels (élus, services techniques des collectivités et de l’Etat, représentants de la société civile, acteurs économiques, scientifiques). Elles doivent permettre de débattre collectivement des sujets les plus prégnants et transversaux (culture du risque, approche coûts / bénéfices, risques et aménagements du territoire, gouvernance…).

Placées sous le thème « Partager nos connaissances et nos savoirs pour réduire ensemble les effets des catastrophes naturelles », ces deuxièmes assises visent à faire émerger des propositions concrètes pour résoudre certains problèmes récurrents et aboutir à une vision partagée.

Ces Assises sont aussi l’occasion de développer les échanges entre la communauté scientifique et les acteurs de terrain en permettant d’identifier les attentes et les besoins de chacun.

Elles sont également ouvertes à des intervenants européens et internationaux pour permettre de valoriser les échanges d’expériences entre pays et de développer de nouvelles réflexions pour mieux agir ensemble et préparer la contribution de la plateforme française pour la prévention des risques naturels.

Enfin ces assises permettent aussi d’enrichir la stratégie nationale de prévention du risque d’inondation (SNGRI) qui devrait être adoptée par le gouvernement au début de l’année 2014.

Les deux tiers des 36 000 communes françaises sont exposées de façon plus ou moins marquée à au moins un risque naturel. On estime que plus de 18 000 d’entre elles sont vulnérables aux inondations et plus de 11 000 aux mouvements de terrains. Plus de 21 000 communes sont concernées par le risque sismique tandis que plus de 6 000 sont menacées par les feux de forêts.

Source : communiqué Ministère du Développement Durable.

Dossiers annexes : Assises des risques naturels et Les français faces aux risques naturels

%d blogueurs aiment cette page :