Publicités

Archives du blog

Déploiement du compteur Linky à Aulnay-sous-Bois, tout se passe bien ?

Depuis plusieurs mois le compteur Linky se déploie sur toute la ville d’Aulnay-sous-Bois. Ce sujet anxiogène compte-tenu de la technologie employée par ce compteur (CPL) et les possibles atteintes à la vie privée avait poussé le Maire Bruno Beschizza à prendre la parole lors d’un conseil municipal.

Aujourd’hui, nous ne constatons pas d’incident relatif au déploiement de ce compteur. Pas de compteur qui prend feu ? Pas de maux de tête ou de nausées à cause des possibles radiations du compteur ? Pas d’explosion de la facture d’électricité ? Pas d’appareil électroménagers qui tombent en panne ? Pas de perturbation avec les boîtiers ADSL qui utilisent également le CPL ?

Si vous avez des informations à nous transmettre, n’hésitez pas à témoigner en commentaire.

Publicités

Rassemblement anti-Linky devant la maison de la Radio le 22 mars

Alors que le compteur Linky se déploie un peu partout, les opposants au compteur utilisant le CPL ne désarment pas. Ils donnent rendez-vous le mercredi 22 mars 2017 de 11h30 à 15h, devant la maison de la Radio à Paris ((116 avenue du Président Kennedy).

Le compteur Linky s’installe dans la copropriété de Savigny à Aulnay-sous-Bois

Linky_Aulnay_VideoLe compteur Linky est en cours de déploiement dans la copropriété de Savigny à Aulnay. Plusieurs bâtiments sont déjà équipés. Les compteurs Linky sont placés dans le local où se trouve le vide-ordure, à l’extérieur des appartements. L’intervention nécessite une coupure de courant de 15 minutes environ.

Le compteur Linky est très anxiogène et plusieurs collectifs craignent des risques sanitaires notamment par rapport au rayonnement de ce compteur. Le fait que ces compteurs soient placés à l’extérieur des appartements pourraient atténuer ces risques potentiels, même si des spécialistes affirment que les cables électriques qui parcourent les logements peuvent jouer le rôle indésirable d’antenne s’ils ne sont pas blindés (ce qui est le cas pour la plupart des logements).

Réunion publique le 28 janvier concernant le compteur Linky

linky_dangerLe sujet Linky est anxiogène pour un grand nombre de particuliers. Une réunion publique est organisée à Paris sur le sujet le 28 janvier. Plus d’information en cliquant sur l’image ci-contre.

Plus de 2 000 signatures contre le compteur Linky

Linky_Aulnay_VideoLa pétition contre le nouveau compteur électrique Linky a atteint 2274 signatures depuis début juillet.

Les organisateurs de cette pétition souhaiterait cependant que cette initiative soit davantage connue :

http://www.cyberacteurs.org/ cyberactions/refusons- compteur-electrique-linky- 1173.html

Vous n’avez pas le temps de lire sur Linky alors regardez  https://youtu.be/ BdqMwKFxDlQ et vous saurez l’essentiel selon les détracteurs du compteur.

Un argumentaire est également disponible en cliquant sur le lien suivant : http://antennes31.org/pdf/ LINKY_Contre-Argumentaire.pdf 

Source : communiqué des anti-Linky

242 communes auraient refusé l’installation des compteurs Linky

Linky_Aulnay_VideoCe dossier est très anxiogène pour de nombreux usagers : les compteurs Linky de ERDF, qui utilise la technologie CPL, continuent de faire couler beaucoup d’encre. A ce jour, 242 communes ont décidé de ne pas autoriser le déploiement de ce compteur, par principe de précaution ou sous la pression des administrés.

Si aucune étude homologuée n’a permis de mettre en cause cette technologie, des cas d’incendie et des troubles sur la santé sont pointés du doigt par les anti-Linky.

Une pétition contre l’installation des compteurs Linky à Aulnay-sous-Bois

Linky_Aulnay_VideoDécidément, le nouveau compteur communicant ERDF angoisse une partie de la population. Après de multiples alertes, c’est au tour d’un collectif de lancer une pétition contre le compteur Linky dans la ville d’Aulnay.

Vous pouvez découvrir et signer cette pétition en cliquant ici.

Nouvelles critiques concernant le compteur Linky de ERDF

Linky_Aulnay_VideoDans l’article L341-4 du Code de l’Energie, modifié le 17 aout 2015 pour mettre en place le déploiement des compteurs communicants, il est écrit :
 » Ils (les gestionnaires de réseaux publics de transport d’électricité) garantissent aux fournisseurs la possibilité d’accéder au données de comptage de consommation, EN AVAL du compteur et en TEMPS REEL, sous réserve de l’accord du consommateur ».

1) Effectivement les données remontent bien en temps réel, contrairement aux propos délivrés par ERDF par exemple sur le marché d’Aulnay dimanche et ce mercredi sur le parking du gymnase de l’allée Circulaire.
Version officielle : cumul des mesures dans le compteur et remontée des données une fois par nuit, disponibles LE LENDEMAIN sur internet avec un intervalle minimum de 10 mn (selon préconisation de la CNIL, qui peut être de 30 mn ou plus.
La sortie TIC (Télé Information Client) du compteur fournit les différentes infos de puissance mesurées toutes les 2 SECONDES !  Donc une mesure toutes les 2 secondes.

Le compteur est prévu pour faire de l’EFFACEMENT : aller éteindre des appareils pour lisser respectivement des pics de consommation ou les rallumer afin d’ absorber une surproduction ponctuelle. Comment peut on savoir ce qui est allumé à un instant donné (radiateur, chauffe eau, sèche linge) et prétendre faire de l’effacement avec des données de puissance mesurées qui dateraient de la veille ?  (envoi une fois par nuit officiellement).   Le discours est incohérent.

La remontée des informations est certainement calée sur le rythme de mesure et de sortie de l’interface TIC, soit  TOUTES LES 2 SECONDES.
Ce qui serait conforme avec le TEMPS réel mentionné dans l’Article  L341-4.
Le décalage d’un jour correspond simplement à la compilation des données envoyées toutes les 2 secondes par des traitements informatiques de nuit. Ceci afin d’afficher la courbe de puissance consommée avec un intervalle de 10mn, 30mn ou plus selon la demande du client.
Qui peut le plus (intervalle 2 secondes) peut le moins ( moyenne sur 30 mn, sur 60mn )
Les compteurs Linky, selon leur spécifications techniques, ont la capacité d’amplifier et de répéter les signaux CPL des compteurs voisins (fonctionnement dit « en grappe »).
Conclusion : des échanges de données par CPL courant porteur en LIgne en permanence

2) Pour ce qui est de la demande d’accord préalable au client : c’est le grand vide.

Source : contribution externe

Réflexions sur le mémoire de la Préfète de l’Ariège en date du 24 mai 2016 concernant le compteur Linky

Linky_Aulnay_VideoTrois points méritent d’être soulignés, pour ce qui concerne mes domaines de compétence. Je laisse d’autres spécialistes s’exprimer sur les autres aspects.

  • I-3 Le développement des compteurs Linky est de la compétence exclusive du concessionnaire

Il convient de noter que le mémoire affirme lui-même que les réseaux sont exploités soit dans le cadre d’une régie, soit dans le cadre d’un contrat de concession conclu avec un gestionnaire de réseau (ERDF).

Il s’agit là d’un point capital issu du code de l’énergie Le gestionnaire d’un réseau de distribution d’électricité ne peut exercer ses missions que dans les conditions fixées par un cahier des charges pour les concessions ou un règlement de service pour les régies. Ces dispositions sont rappelées tout au long des articles du code de l’énergie, chaque fois qu’ils traitent des missions du gestionnaire d’un réseau de distribution.

Le problème en Ariège vient de ce qu’il n’existe pas, au sens juridique, de cahiers des charges de concession en Ariège. Celui qui a été signé en juillet 1994 a été abrogé par un décret de décembre 1994. Il n’a donc plus d’existence juridique. Deux autres cahiers des charges type ont été fixés par deux décrets successifs en décembre 1994, puis en 2006/2007. Le dernier cahier des charges type date ainsi de juillet 2007.

Or, en Ariège, aucun de ces nouveaux cahiers des charges n’a été conclu avec le gestionnaire de réseau, bien que celui signé en 1994 ait été abrogé. Il n’existe donc en Ariège aucun cahier des charges de concession valable sur le plan juridique. Il s’agit même d’un vide juridique fort préjudiciable aux clients d’ERDF qui ne peuvent ainsi connaître leurs droits ni exercer de recours pour les faire respecter.

L’ensemble de l’argumentation de la Préfète sur ce point est donc nul et non avenu. Cette argumentation n’a aucun fondement juridique puisqu’elle s’appuie sur un texte qui n’a plus aucune valeur juridique, en prenant bien le soin de n’en fournir que des extraits sur lesquels ne figure pas la date de signature.

Son argumentation tombe également dans la mesure où elle s’appuie sur le cahier des charges type de 2007 établi par la FNCCR qui n’a jamais été conclu en Ariège. Elle ne peut donc pas s’y référer.

  • I-1 Sur l’obligation légale de déploiement des compteurs Linky

L’argumentation est fondée, sauf qu’elle oublie de mentionner un point essentiel qui la rend également nulle et non avenue.

Il est exact que les gestionnaires de réseau ont obligation, de par l’article L 341-4 du code de l’énergie, de procéder aux déploiements de compteurs communicants. Mais, la Préfète ne cite pas cet article dans son exhaustivité. En effet, le dernier alinéa de cet article stipule que les cahiers des charges des concessions doivent être mis en conformité avec les dispositions du présent article. Il s’agit d’une clause impérative.

Or, ni en Ariège ni sur le plan national, il n’existe de cahiers des charges mis en conformité avec ces dispositions du code de l’énergie pour une raison simple. Le décret en Conseil d’Etat qui doit fixer le modèle type de cahier des charges conforme à ces dispositions n’est pas paru.

Donc, aucun gestionnaire de réseau de distribution, sur le plan national, n’est habilité à ce jour à déployer sur le territoire les compteurs communicants, de type Linky ou autres.

L’argument de la Préfète est, en conséquence, également nul et non avenu.

  • III – Sur l’existence d’éventuels risques sur la vie privée

La Préfète se garde bien de se référer à la seule loi qui, en France, protège les citoyens contre les atteintes à leur vie privée, soit la loi Informatique et Libertés. En effet, ERDF ne respecte pas les dispositions qui ont été prises par la CNIL sur le déploiement des compteurs communicants.

On peut souligner deux points principaux, l’un porte sur la protection des données qui sont contenues dans la courbe de charge, l’autre sur la base de données crée par ERDF pour alimenter son site Internet.

Sur le premier point, la position de la CNIL est simple. Elle considère « acceptable et suffisamment protectrice une conservation limitée de la courbe de charge à l’intérieur du compteur, sans remontée vers le gestionnaire ». Les données ne doivent pas quitter le domicile de l’abonné (enregistrement en local) afin de permettre aux usagers de disposer à tout moment d’un historique de leurs consommations. L’usager doit pouvoir s’opposer au déclenchement de ce stockage en local sans avoir à motiver sa décision et pouvoir désactiver à tout moment ce stockage et purger ses données, notamment en cas de déménagement.

Or, le compteur de type Linky mis en place par ERDF ne contient pas ces fonctions.

ERDF a instauré un tout autre système. Il remonte systématiquement toutes les données de l’abonné dans son système informatique et les met à sa disposition, à sa demande, sur un site Internet. De plus, ERDF n’a pas déclaré à la CNIL la base de données qui concentre toutes ces informations. ERDF est, dans le cadre de la loi Informatique et Libertés, passibles de lourdes peines pénales pouvant aller jusqu’à 5 ans d’emprisonnement et 300 000 € d’amende.

Source : contribution externe

D’autres personnes se mobilisent à Aulnay-sous-Bois contre le compteur Linky

Linky_Aulnay_VideoDepuis le message ci-dessous (4/05/16), on compte maintenant 167 COMMUNES  QUI ONT REFUSE LE LINKY

Vous trouverez la dernière version v2 du dossier résumé (6 pages) sur les compteurs et le système Linky.

EDF/ERDF a bien pour objectif d’utiliser la totalité de son infrastructure de lignes électriques pour constituer un réseau de communication lié au compteurs dans un premier temps, mais qui permettra d’autres fonctionnalités, de faire circuler d’autres données et de proposer des packages de services concernant : domotique, alarme, objets connectés, réseaux informatiques,… La future norme CPL G3 est prévue pour faire circuler des données de manière plus robuste à des débits plus élevés y compris au travers les transformateurs et réseaux basse/moyenne/haute tension (doc ERDF à l’appui).

Suite à un courrier reçu et à la réunion du quartier Nonneville d’hier, il y a confirmation sur le fait que la mairie ne prend pas de position, sous couvert de transfert de compétence au SIGEIF syndicat intercommunal de Gaz Electricité d’ile de France. Elle précise que légalement le changement ne peut se faire sans l’accord du client.

Source : communiqué d’un habitant d’Aulnay-sous-Bois

%d blogueurs aiment cette page :