Archives du blog

Des faux postiers à Aulnay-sous-Bois visaient les personnes âgées pour leur voler leur carte bancaire

Les faux postiers ont commencé à sévir en Seine-et-Marne puis dans d’autres départements.

C’est une affaire qui a été rondement menée par les policiers de la sûreté départementale de Seine-et-Marne et de la police judiciaire de Versailles. « Cette grâce à cette co-saisine réussie que l’on a pu être aussi réactifs », souligne une source policière.

Escroqueries à la carte bancaire

L’enquête a démarré après une tentative de vol commise à Combs-la-Ville (77), à la fin du mois de janvier dernier. Se présentant comme un employé de La Poste, un malfaiteur a contacté par téléphone une personne âgée pour lui demander de changer sa carte bancaire, récupérant au passage le numéro confidentiel.

Puis un ou deux complices, vêtus d’un gilet jaune, ont sonné à son domicile pour se faire remettre la carte. Si la première victime ne s’est pas laissée faire, le même mode opératoire a été identifié le même jour à Quincy-sous-Sénart, dans l’Essonne. 

Puis les escrocs ont frappé à Clamart, dans les Hauts-de-Seine, au début du mois de février. Pour finir, les faux postiers auraient commis trois nouveaux faits à Reims, dans La Marne, le mercredi 17 février. Les enquêteurs, qui les surveillaient, ont interpellé un suspect sur le chemin du retour, dans la ville d’Aulnay-sous-Bois (93), avec le concours de la BRI.

Suspects

Son complice présumé a été appréhendé le vendredi 19 février. A l’issue de leur garde à vue pour vols en bande organisée, les deux hommes, déjà bien connu de la police, doivent être déférés au parquet en vue d’une mise en examen. Domiciliés en Seine-Saint-Denis, ils sont nés en 1989 et e  1994.

Les cinq victimes sont âgées de 72 à 94 ans. « Les malfaiteurs ont profité de leur vulnérabilité », commente un enquêteur. L’une d’elles avait été dépouillée de 1 000 € en liquide ainsi que de 600 € en cartes prépayées. Une autre avait subi deux retraits pour un total de 1 500 €.

Source : Actu.fr

L’entreprise « Les Menus Services » s’implante à Aulnay-sous-Bois

Spécialisée dans les services dédiés aux personnes âgées, l’entreprise « Les Menus Services » nous informe qu’elle s’implantera prochainement à Aulnay-sous-Bois.

L’offre des Menus Services est particulièrement adaptée aux personnes âgées, en convalescence, handicapées et à toute personne qui ne peut pas ou ne veut pas cuisiner. L’enseigne propose également une offre globale de services, comprenant le ménage à domicile, la télé-assistance, le petit-bricolage, l’assistance, administrative et bien d’autres.

Pour plus d’information, cliquer ici.

Avec ses manteaux bon marché, un habitant d’Aulnay-sous-Bois escroquait les personnes âgées

Barbe bien taillée, Denis* n’a pas déployé ses talents oratoires devant la chambre du Tribunal correctionnel d’Evry-Courcouronnes hier après-midi. Ce quadragénaire d’Aulnay-sous-Bois se dit marchand ambulant. Il vend des vêtements qu’il achète en gros.

Denis n’a pas de boutique, ni d’emplacement sur les marchés. Son domaine c’est la rue, avec sa voiture à proximité, pour s’échapper en cas de nécessité. Ses clients préférés qu’ils dénichent sur un bout de trottoir ce sont des personnes âgées vulnérables.

Il se faisait passer pour un parent

A petit pas Fernand* un ancien architecte de Milly-la-Forêt âgé de 90 ans s’approche de la barre des témoins et raconte d’un trait de sa voix chevrotante : « J’étais au marché avec ma femme. Je l’attendais dans la rue tandis qu’elle faisait la queue chez le boucher. Et cet homme m’a abordé. Il m’a appelé par mon prénom et c’est fait passer pour un parent d’une de mes connaissances professionnelle dans la région de Montbrizon. Il était bien habillé et souriant et je ne me suis pas méfié », poursuit le nonagénaire.

« Et très vite il m’a dit : « J’ai un cadeau pour vous, j’ai des invendus je vais vous en faire profiter ».

Son présent c’est un manteau en simili daim qu’il a acheté 32 euros. Il le donne au vieille homme et lui dit : « Je n’ai pas de facture mais je dois payer la TVA. Y’en a pour 300 euros. » 

Prestement le vendeur à la sauvette après quelques courbettes accompagne sa victime au distributeur pour retirer la somme. Le temps que la victime réalise, il est déjà bien loin. Si Denis a sévi autour du marché de Milly-la-Forêt il a procédé selon le même mode opératoire dans le Perche autour des villes de Ginai et Tourouvre.

Quatre victimes dont la plus âgée a 93 ans ont cédé à sa technique bien rodée pour des montants de plus de 500 euros. Devant ses juges, Denis conteste toute forme d’escroquerie : « J’ai tendance à embellir mes produits, je le confesse, c’est mon défaut. Mais c’est une vente normale, y’a rien de choquant. Ses personnes ont porté plainte contre moi parce qu’elles étaient vexées d’avoir payé cher le manteau » répond-t-il à la présidente du tribunal.

Source et article complet : Actu.fr

Niveaux de vie des personnes âgées : comparez les revenus par commune dont Aulnay-sous-Bois

aulnay_personnes_ageesLouis Maurin, consultant au Compas et directeur de l’Observatoire des inégalités, détaille le champ d’application du comparateur des revenus des personnes âgées élaboré par le Compas en partenariat avec la Gazette des communes, la Gazette Santé-Social et l’Observatoire des inégalités.

Comment interpréter les courbes de progression de ce comparateur ?

L’évolution du niveau de vie des 75 ans et plus d’une ville comme La Ciotat met en évidence un écart de 1 à 3 entre les plus riches et les plus pauvres et de 1 à 4 en termes de revenus. Cela signifie que le niveau de vie des plus riches a progressé de 97 euros entre 2008 et 2011 pour s’établir à 3077 euros mensuel, alors que dans le même temps, celui des plus pauvres a évolué de 31 euros pour atteindre 809 euros.

Découvrez les résultats pour votre commune à l’aide du comparateur

Comment approfondir l’analyse une fois ces tendances dégagées ?

Cela passe par une analyse des besoins sociaux au niveau local et par la caractérisation des valeurs de progression. Certaines causes peuvent être démographiques comme des décès chez les 75 ans et plus. Cela peut aussi s’expliquer par un phénomène migratoire comme l’installation de personnes aisées dans une commune plutôt démunie. Mais le renouvellement de la population ne constitue pas un facteur déterminant de l’évolution des revenus pour une échelle de temps courte (2008-2011 dans notre comparateur).

Quelles sont les limites de ce type d’outil ?

L’outil ne prend pas en compte les impôts, ce qui signifie que les progressions pour les plus aisés sont un peu surestimées. Les prestations ne sont pas non plus intégrées au calcul, c’est-à-dire que les revenus des plus pauvres apparaissent plus bas qu’ils ne le sont en réalité. De même, l’inflation n’apparait pas.

Tours par exemple enregistre une progression du revenu des plus pauvres de 23 euros en trois ans, ce qui, après inflation, fait tomber le chiffre à presque zéro. Les pondérations à apporter sont néanmoins faibles et ne modifient pas le jugement global à apporter sur les résultats.

Le comparateur peut-il servir d’outil pratique aux communes ?

Cet outil doit servir aux communes pour se faire une idée du niveau de vie de leur population vieillissante, ainsi qu’à prendre conscience de l’importance de disposer de données plus fines pour réaliser un état des lieux. Certaines communes sont très avancées dans la connaissance des données sociales, mais pas toutes. Il existe une très grande inégalité dans l’analyse de ces questions.

Le 3ème Schéma en faveur des personnes âgées en Seine-Saint-Denis

personnes_ageesLe 3ème Schéma en faveur des personnes âgées fut présenté le 9 octobre à la Bourse départementale du travail à Bobigny en présence notamment de Stéphane Troussel, le Président du Conseil général et de Pierre Laporte, le vice-Président chargé de l’autonomie des personnes. Ce schéma est le témoignage d’une volonté commune, autour d’objectifs construits collectivement, d’améliorer continuellement la conditions de vie des séniors en Seine-Saint-Denis.

Bien souvent, les parcours de vie en Seine-Saint-Denis sont plus difficiles qu’ailleurs et au moment du passage à la retraite, l’accompagnement et le soutien par les proches, les associations et les collectivités sont essentiels.

C’est particulièrement vrai aujourd’hui, alors qu’arrivent à l’âge de la retraite des générations aux carrières émaillées de périodes de chômage, ou ayant traversé des périodes de précarité de plus en plus nombreuses au cours de leur vie active. Ces évolutions sociales exigent, dans un cadre financier par ailleurs tendu pour l’ensemble des acteurs publics, un niveau de concertation maximal avec tous les partenaires de l’aide à l’autonomie des personnes.

C’est ce travail que le Département a pris à bras le corps, sur la base de l’autorité que les lois du 13 août 2004 et du 21 juillet 2009 lui donnent en tant que chef de file de l’action sociale dans les territoires. Avec l’élaboration de notre nouveau Schéma départemental, le Département a l’ambition de mettre la personne âgée au coeur des réflexions et des actions, de prévenir la perte d’autonomie par la coordination des dispositifs et des prestations.

Dans ce contexte, la mobilisation et la participation de tous les acteurs gérontologiques étaient essentielles. C’est pour cette raison que nous avons initié une concertation large des professionnels et des forces vives oeuvrant au bien vieillir en Seine-Saint-Denis, pour associer tous les protagonistes dans une réflexion stratégique sur l’action sociale gérontologique.

Lancées le 21 novembre 2012 à la Bourse départementale du travail, les Assises du schéma ont permis le dialogue et l’élaboration conjointe de propositions entre professionnels et usagers.

Cette démarche a été marquée par la volonté du Conseil général d’impliquer pleinement les retraités et les personnes âgées : 100 d’entre eux s’étaient portés volontaires lors du forum de la CNAV de juin 2012 pour être invités aux différents temps d’échanges. De son côté le CODERPA a organisé quatre tables-rondes afin d’alimenter une réflexion avec près d’une centaine d’usagers.

%d blogueurs aiment cette page :